Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival International de Benicàssim #18 (samedi 14 juillet 2012)
School of Seven Bells - Department S - Robyn Hitchcock & The Venus 3 - Buzzcocks - Noel Gallagher's High Flying Birds - The Stone Roses - Crystal Castles  (Benicàssim)  du 12 au 15 juillet 2012

Encore une courte nuit, pourtant la météo est maussade et la température presque fraîche (la faute à un vent violent). Je décide tout de même d’aller me reposer à la plage en misant sur un retour du soleil. Sur ce plan là, c’est gagné. En revanche, après une brève sieste, j’ai la désagréable surprise de constater que mon portefeuille et mon portable (pourtant bien enfouis dans mon sac à dos) ont disparu... Bonne fête nationale et légère panique : il me reste deux jours de festival, sans un sou en poche et sans moyen de communication. Ça sent le mode Low Cost pour la suite. Le passage par la Guardia Civil et les démarches administratives me font rater l’entame des festivités (notamment School of Seven Bells et Department S). J’ai un peu le moral dans les tongues mais c’est la soirée des Stone Roses donc je ne vais pas non plus me laisser abattre !

J’arrive à la moitié du concert de Robyn Hitchcock ; l’ancien leader des Soft Boys, qui restent une référence pour pas mal de groupes (R.E.M. notamment), est en grande forme. Il enchaîne les pop songs immédiates, piochant dans son propre répertoire et s’appuyant aussi sur pas mal de reprises. Une bonne mise en bouche avant le déboulé des Buzzcocks.

Là encore, je m’attendais au pire, avec des préjugés sur le vieillissement prématuré des précurseurs du mouvement Punk. Que nenni ! La voix de Pete Shelley est intacte et l’envie d’en découdre bien présente. John Maher martyrise sa batterie avec un rictus au coin des lèvres, quant à Steve Diggle, il prend des poses très "Hookienne" et affole le public. Tous les classiques y passent et s’enchaînent dans un rythme effréné (les pauses entre les morceaux sont du niveau d’un Frank Black des grands soirs, c'est-à-dire inexistantes !). Pas le temps de respirer, ni de reprendre son souffle, c’est assez bluffant ! Je n’ai pas compté le nombre de morceaux, mais je pense que le set est plus qu'optimisé !

Ça fait en tous cas du bien de voir que s’ils ne sont pas forcément là que pour le plaisir, ils en prennent quand même un certain (ou alors ils simulent très bien).

Après cette bonne claque revigorante, il est temps de rejoindre la grande scène pour le retour d’un frère Gallagher au FIB, après la mascarade de 2009 qui avait marqué le début de la fin. En l’occurrence, il s’agit de Noel (avant Liam en 2013 et la reformation programmée d’Oasis en 2014 pour les 20 ans du festival ?) et de ses High Flying Birds. La foule est dense, les Anglais sont au taquet, les hymnes stadiers sont entonnés et les gobelets virevoltent. Ah… Manchester. Le concert est à l’image de l’album : simple, classieux, loin de la désinvolture du frangin. Et de s’apercevoir (si on l’avait oublié) que Noel est quand même un sacré compositeur, capable de pondre des mélodies entêtantes ("Everybody’s on the Run" et son  joli clip, "The Death of You and Me"). Après avoir dédié le concert aux Mancuniens et aux Ecossais, il clôt le set de manière très symbolique en reprenant deux titres d'Oasis : "Whatever" et "Don't Look Back in Anger" repris en cœur, avec une ferveur dont seuls les Anglais sont capables. Je suis libre de faire ce que je veux, et puis c'est tout. Comme disait l'autre, quand une de tes chansons est accueillie de cette façon là, tu peux mourir tranquille !

A l'issue du concert, il est plus sage de ne pas bouger et d'attendre gentiment l'arrivée des Stone Roses (il faut reconnaître qu'ils sont pour beaucoup dans ma venue cette année). La prestation de Ian Brown en solo en 2010 m'avait déjà mis l'eau à la bouche et c'est donc avec beaucoup d'impatience que j'attends la réunion d'un des groupes phares des années 90 dans sa version d'origine (Ian Brown, John Squire, Mani & Reni). Le moins que l'on puisse dire est que je ne vais pas être déçu : le groupe entame son set par le classique "I Wanna Be Adored", histoire de poser les règles du jeu. Le public s'enflamme dès l'intro de la ligne de basse et la tension ne redescendra pas. Tous les classiques sont déroulés sans fausse note ("Sally Cinnamon", "Made of Stone", "I Am the Resurrection").

Guitare impeccable, basse puissante et batterie profonde accompagnent un Ian Brown à la voix intacte, cabotin, toisant la foule de son regard frondeur. Le tout ponctué de "Fuck You" ("merci", en langage Madchesterien), "Muchas Gracias" avec un accent prononcé. Le concert se conclut sur un Ian Brown (décidément en grande forme) faisant danser pendant de longues minutes des figurines de Bruce Lee devant les caméras tout en surveillant le résultat sur l'écran géant derrière lui ! Les quatre membres du groupe se congratulent ensuite de manière plutôt spontanée et semblent vraiment heureux de se retrouver. Grosse prestation !

Je reprends mon souffle en attendant le concert suivant. Précisons le tout de suite, j’aime beaucoup Crystal Castles… sur album (il faut dire que sur scène, c’est déjà très compliqué de les croiser tant ils ont coutume d’annuler à la dernière minute !). Je me fais donc une joie de clôturer ma soirée avec eux. Comble du bonheur, ils sont réellement là ce soir ! Ça va donc être une chouette fête… ben non en fait, la demoiselle est pourtant très joyeuse mais manifestement ailleurs… en tous cas pas vraiment en état de chanter. La belle Canadienne (un petit côté Milla Jovovich dans Le Cinquième Elément) minaude énormément, crie aussi beaucoup et veut tellement se faire attraper par le public qu’à force de jouer, elle y parvient ! Elle revient difficilement, à moitié à poil, extirpée de la fosse par une sécurité prise au piège (de Crystal, ok...). Musicalement, le son (enregistré ?) est bien là. Pour le reste, c’est un gâchis total. Exténuée par tant de difficultés, la Miss finit par quitter la scène en plantant là son groupe, au bout d’à peine trente minutes de désolation. Triste. Je lance un grand appel : quelqu’un a-t-il déjà vu un concert valable du groupe ?

Je quitte les lieux sans demander mon reste et croise un jeune arborant un T-Shirt fait maison : "FIB2010 – Espana campeone del Mundo". Je réalise alors que jusque là pas un groupe local, ni une personne du public n’a lancé les traditionnels "Campeone" pour célébrer la victoire de la Roja à l’Euro… blasés les Espagnols ou alors vraiment préoccupés (ou bien tout simplement pas là) ?

Allez, direction dodo, les rêves vont être très Roses cette nuit.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Alpinisms de School of Seven Bells
La chronique de l'album Disconnected from Desire de School of Seven Bells
La chronique de l'album Ghostory de School Of Seven Bells
School of Seven Bells en concert au Festival Rock en Seine 2009 (samedi 29 août 2009)
Buzzcocks en concert au Fil (vendredi 13 mai 2011)
Noel Gallagher's High Flying Birds en concert à L'Aéronef (mardi 9 octobre 2012)
La chronique de l'album eponyme de Crystal Castles
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du dimanche - Wallis Bird - The Temper Trap - Success - The Black Angels

En savoir plus :
Le site officiel du Festival International de Benicàssim
Le Myspace du Festival International de Benicàssim
Le Facebook du Festival International de Benicàssim

Crédits photos : Franck Batalla


LaBat’         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=