Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Terri
Azazel Jacobs  août 2012

Réalisé par Azazel Jacobs. Etats-Unis. Comédie dramatique. 1h45. (Sortie 5 août 2012). Avec Jacob Wysocki, John C.Reilly, Bridger Zadina.

En parlant, il y a quinze jours, d' "Adrienn Pal", un film hongrois mettant à l'honneur une infirmière au physique hors norme, on soulignait que le cinéma s'était désormais emparé du thème de l'obésité pour le traiter sans voyeurisme, mais au contraire avec un regard généreux et bienveillant. "Terri" d'Azazel Jacobs en sera l'éclatante confirmation.

Adolescent en surpoids, Terri n'est pas heureux dans son collège où il fait l'objet de moqueries sur son physique. Mais la vie ne l'a pas non plus gâtée : sans traces de ses parents, il est élevé par son vieil oncle artiste qui perd la mémoire et lui prépare des toasts aux haricots. Il vit avec lui dans une maison dans les bois, égaré le long d'une voie ferrée désaffectée, une maison bric-à-brac, refuge poétique qu'il a du mal à quitter pour aller au collège en pyjama...

"Terri" d'Azazel Jacobs n'est pas le énième film de collège où l'on rigole avec les restant d'une tarte aux pommes. Ici, quand un garçon a le doigt baladeur sous les jupes d'une jolie blonde scarlettjohanssonnienne, il risque l'exclusion et l'ire du proviseur. Même si ce proviseur a la tête d'un héros de Jude Apatow, puisqu'il s'agit de l'inévitable John C. Reilly, bouille à la Pierre Perret et acteur tout en sensibilité.

C'est avec cette sensibilité, rouée parfois maladroite souvent, qu'il va essayer de rendre le goût de l'adolescence à Terri. Tous les ingrédients du "feel good movie" sont réunis pour que Terri fasse de mauvais fortune bon cœur, avec l'aide (perverse) de son copain Chad et la sensualité (pas tout à faite innocence) d'Heather la blondinette.

Comme toujours, on reste baba devant la maturité de ses jeunes acteurs américains comparés à leurs homologues français, plutôt mal dégrossis à leur âge ou insupportables d'arrogance quand ils ont la malchance d'être de jeunes surdoués. Si l'on excepte la belle exception récente de David Prat ou Sarah Coulaud dans "Nino" de Thomas Bardinet, on n'a pas souvent la chance en France d'avoir devant soir une telle brochette de jeunes acteurs comme dans le film si bien casté d'Azazel Jacobs.

Récemment, en revoyant "Gilbert Grape" avec le tout jeune Johnny Depp, l'encore plus jeune Leonardo Di Caprio et déjà l'inévitable John C. Reilly, on se disait qu'on avait pu voir ce film sans s'imaginer que ces jeunes-là allaient devenir des stars. On a le même sentiment avec "Terri" et l'on parierait bien quelques dollars sur le sort futur de Jacob Wysocki, qui pourrait être capable de s'abstraire de son physique pour rencontrer d'autres rôles, sur Bridger Zadina, et sa nervosité étrange, et bien entendu sur Olivia Crocicchia, blonde dynamique comme de la dynamite.

Évidemment, Azazel Jacobs n'est pas Todd Solondz, qui avait été sans concession dans la description d'une enfance difficile dans "Bienvenue dans l'âge ingrat". Ici, il n'est pas question de grossir le trait pour qu'en sorte un pus noir comme le malheur. On est dans "un film indépendant américain classique" avec son ton poético-littéraire hérité de Salinger et de Carson Mac Cullers, auquel le personnage de l'oncle de Terri se réfère.

Il n'est même pas sûr qu'Azazel Jacobs s'en tienne à ce cinéma légèrement en marge et ne se serve pas de "Terri" comme d'un ticket permettant de rallier le "cinéma dominant".

Ce n'est pas grave : "Terri" est là et fait immédiatement partie de ces films qu'on reverra dans quelques années, voire quelques décennies, en trouvant qu'il n'a pas vieilli et qu'il en disait beaucoup sur l'Amérique individualiste des années Obama. On y verra alors clairement cette soif de chacun de retrouver les autres, de se grouper, de se regrouper pour être plus fort, pour avoir moins peur et faire triompher les jolies choses.

Mais on doit devancer l'appel et voir dès aujourd'hui "Terri", un film qu'on aimera avoir aimé.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=