Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Terri
Azazel Jacobs  août 2012

Réalisé par Azazel Jacobs. Etats-Unis. Comédie dramatique. 1h45. (Sortie 5 août 2012). Avec Jacob Wysocki, John C.Reilly, Bridger Zadina.

En parlant, il y a quinze jours, d' "Adrienn Pal", un film hongrois mettant à l'honneur une infirmière au physique hors norme, on soulignait que le cinéma s'était désormais emparé du thème de l'obésité pour le traiter sans voyeurisme, mais au contraire avec un regard généreux et bienveillant. "Terri" d'Azazel Jacobs en sera l'éclatante confirmation.

Adolescent en surpoids, Terri n'est pas heureux dans son collège où il fait l'objet de moqueries sur son physique. Mais la vie ne l'a pas non plus gâtée : sans traces de ses parents, il est élevé par son vieil oncle artiste qui perd la mémoire et lui prépare des toasts aux haricots. Il vit avec lui dans une maison dans les bois, égaré le long d'une voie ferrée désaffectée, une maison bric-à-brac, refuge poétique qu'il a du mal à quitter pour aller au collège en pyjama...

"Terri" d'Azazel Jacobs n'est pas le énième film de collège où l'on rigole avec les restant d'une tarte aux pommes. Ici, quand un garçon a le doigt baladeur sous les jupes d'une jolie blonde scarlettjohanssonnienne, il risque l'exclusion et l'ire du proviseur. Même si ce proviseur a la tête d'un héros de Jude Apatow, puisqu'il s'agit de l'inévitable John C. Reilly, bouille à la Pierre Perret et acteur tout en sensibilité.

C'est avec cette sensibilité, rouée parfois maladroite souvent, qu'il va essayer de rendre le goût de l'adolescence à Terri. Tous les ingrédients du "feel good movie" sont réunis pour que Terri fasse de mauvais fortune bon cœur, avec l'aide (perverse) de son copain Chad et la sensualité (pas tout à faite innocence) d'Heather la blondinette.

Comme toujours, on reste baba devant la maturité de ses jeunes acteurs américains comparés à leurs homologues français, plutôt mal dégrossis à leur âge ou insupportables d'arrogance quand ils ont la malchance d'être de jeunes surdoués. Si l'on excepte la belle exception récente de David Prat ou Sarah Coulaud dans "Nino" de Thomas Bardinet, on n'a pas souvent la chance en France d'avoir devant soir une telle brochette de jeunes acteurs comme dans le film si bien casté d'Azazel Jacobs.

Récemment, en revoyant "Gilbert Grape" avec le tout jeune Johnny Depp, l'encore plus jeune Leonardo Di Caprio et déjà l'inévitable John C. Reilly, on se disait qu'on avait pu voir ce film sans s'imaginer que ces jeunes-là allaient devenir des stars. On a le même sentiment avec "Terri" et l'on parierait bien quelques dollars sur le sort futur de Jacob Wysocki, qui pourrait être capable de s'abstraire de son physique pour rencontrer d'autres rôles, sur Bridger Zadina, et sa nervosité étrange, et bien entendu sur Olivia Crocicchia, blonde dynamique comme de la dynamite.

Évidemment, Azazel Jacobs n'est pas Todd Solondz, qui avait été sans concession dans la description d'une enfance difficile dans "Bienvenue dans l'âge ingrat". Ici, il n'est pas question de grossir le trait pour qu'en sorte un pus noir comme le malheur. On est dans "un film indépendant américain classique" avec son ton poético-littéraire hérité de Salinger et de Carson Mac Cullers, auquel le personnage de l'oncle de Terri se réfère.

Il n'est même pas sûr qu'Azazel Jacobs s'en tienne à ce cinéma légèrement en marge et ne se serve pas de "Terri" comme d'un ticket permettant de rallier le "cinéma dominant".

Ce n'est pas grave : "Terri" est là et fait immédiatement partie de ces films qu'on reverra dans quelques années, voire quelques décennies, en trouvant qu'il n'a pas vieilli et qu'il en disait beaucoup sur l'Amérique individualiste des années Obama. On y verra alors clairement cette soif de chacun de retrouver les autres, de se grouper, de se regrouper pour être plus fort, pour avoir moins peur et faire triompher les jolies choses.

Mais on doit devancer l'appel et voir dès aujourd'hui "Terri", un film qu'on aimera avoir aimé.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mai 2022 : Culture et vous - A vos agendas !

Il fait beau, il fait chaud, mais il n'y pas que les terrasses dans la vie. La culture bat son plein et, avant que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est temps de se montrer curieux pour découvrir les nouveautés de la semaine de la musique et du spectacle vivant ainsi que du cinéma, de la lecture et des expositions.

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antoine et Cléopâtre" aux Ateliers Berthier
"Feel Good" à la Manufacture des Abesses
"Double Je" au Théo Théâtre
"Tous les marins sont des chanteurs" au Théâtre du Rond-Point
"Cry me a river" au Monfort Théâtre
"Carmen ou presque" au Théâtre Trévise
une reprise avec "Mister Paul" au Théâtre du Petit Montparnasse
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Monnaies & Merveilles" à la Monnaie de Paris
dernière ligne droite pour :
"Aux frontières de l'Humain" au Musée de l'Homme
"Maurice Denis - Le Bonheur rêvé" au Musée Maurice Denis
"Le Monde de Steve McCurry" au Musée Maillol
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"Juste la fin du monde" de Xavier Dolan
"La belle époque" de Nicolas Bedos
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven
"Les Eternels" de Zhangke Jia

"Le Traître" de Marco Bellocchio
"It must be heaven" de Elia Suleiman
en salle pour les cinéphiles : "Les Femmes des autres" de Damiano Damiani

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=