Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Le Cabaret Vert #8 (vendredi 24 août 2012)
Temple - Toots and The Maytals - Most Agadn't - The Dandy Warhols - La Femme - Public Enemy - The Bots - Birdy Nam Nam - Joey Starr - Skrillex  (Square Bayard, Charleville-Mézières)  du 23 au 26 août 2012

Après avoir déjeuné copieusement dans une petite gargote réconfortante - "Le Rimbaud", sans rire, nous sommes cernés –, une petite sieste post-prandiale s'imposa sur le site du festival, qui semble au ralenti – il est 14h30 –, comme étouffé par cette chaleur lourde, très lourde, qui fait voler les hirondelles bas, très bas – et c'est mauvais signe, et vous le savez. Nous fûmes néanmoins gentiment bercés par les beats apaisants d'High Tone – et rien que pour cela, remercions de tout cœur monsieur le régisseur son. Hop, dix groupes nous attendent.

Temple

Un groupe de métal pour inaugurer ce deuxième jour de festival et secouer ses esgourdes encore un peu engourdies ? Excellent choix. Temple, à l'origine influencé par Limp Bizkit et Rage Against The Machine, se tient, en réalité, en équilibre sur le fil de deux genres a priori inconciliables, le rap et le métal. Que les curieux aillent écouter leur album Serrez les rangs, serrez les dents... Loin d'effrayer, le mélange intéresse et cette "cuisine" de funambule, en live, est plutôt savoureuse : les textes sont en français, agressifs, engagés, habilement proférés par un frontman surexcité, et dont il faut ici saluer la présence scénique, la guitare est nerveuse, la basse tendue, la double-pédale enragée. Les pieds farouchement fichés sur les enceintes retours, les musiciens de Temple c'est aussi une complicité indéniable – et ça, on aime –, et un plaisir scénique décomplexé et sincère. Une belle entrée en matière, donc, et une découverte réussie.

Toots and The Maytals

Qu'importe que l'on soit difficilement sensible à la vibe "reggae", la prestation des Toots and The Maytals restera malgré tout dans les mémoires. Frédérick "Toots" Hibbert, à peine monté sur scène, fait autorité, moulé dans un cuir un peu trop grand pour lui, et caché derrière d'insondables lunettes noires. Le live, tenu par ces papys du rocksteady, et entraîné par deux sombres belles plantes au choeur, tient tout à fait la route – hormis l'absence cruelle de cuivres, et une reprise peu concluante de "Louie Louie". Sous un soleil de plomb salutaire, au milieu de ces corps ondulants sur les vibrations sereines d'un groupe légendaire, oui, j'eus envie de crier, si la décence ne m'avait pas étranglée juste avant : "Big up !"

Most Agadn't

Ne tergiversons pas : Most Agadn't est LE groupe découverte de ces deux jours. Elle, derrière son clavier, vaporeuse, sulfureuse, mi-réservée, mi-déjantée, lui, derrière sa batterie, tout sourire, élastique, diabolique. Le duo distille avec un plaisir non feint tantôt une new wave emballante, neuve, tantôt une pop racée, installe en un rien de temps et sans complexe une ambiance unique, faite de douceur maîtrisée et de personnalités résolues. Un gros coup de cœur, pour moi, et un groupe à suivre de très près par Froggy's...

The Dandy Warhols

Musicalement, rien à dire, bien au contraire. On aime, et on aime beaucoup. Les Dandy Warhols resteront dans nos favoris quoi qu'il arrive. Mais, malheureusement, pour avoir vu aux Eurockéennes leurs amis-ennemis éternels, The Brian Jonestown Massacre, avouons que ce sont ces derniers qui remportent, plutôt haut la main, la palme scénique. Pour être honnête, je crois n'avoir jamais vu de ma vie, avec The Dandy Warhols, un set aussi statique, et des musiciens aussi imperméables – merci, quand même, à Zia McCabe, de lever parfois le nez de son clavier, et de sourire plus qu'à la cantonade... Chacun dans son coin, derrière son/ses micro(s), derrière sa guitare, derrière sa batterie, le tout dans une ambiance plutôt morne, presque bizarre qui tend à faire croire – mais comment est-ce possible pour une formation qui tourne depuis vingt ans ? – à un manque de complicité entre les membres du groupe. La réelle déception du jour.

La Femme

Il y a des groupes qu'on aurait besoin de voir deux fois avant de réellement réussir à se faire une idée sinon juste du moins plus précise de leur univers. La Femme, donc, produit sur moi une petite perturbation axiologique – certes fortement élémentaire : j'aime, j'aime pas ? J'aime, oui, et avant tout, l'originalité de leur formation, et l'inévitable disposition scénique qu'elle engendre – des synthé partout, ou presque, dans une logique "pop synthétique" intéressante. De la même façon, on trouve chez les musiciens un côté touche-à-tout plaisant et plutôt bien exploité. Je n'aime pas, non, par contre, le côté faussement décalé de textes plutôt décevants – à mon avis, un talon d'Achille à cacher ou à panser. Mon doute porte donc, in fine, sur l'univers déployé par La Femme : des potentialités, indéniablement, appréciées par le public, sans aucun doute, mais des influences parfois un peu trop perceptibles. La Femme, une griffe musicale à acérer...

[Intermède : Et Dieu, ou une puissance céleste équivalente, décide, à ce moment précis, que le firmament tourmenté des Ardennes se perce, s'ouvre, et s'abandonne dans un déluge torrentiel transformant les festivaliers du Cabaret Vert en de petits insectes centrifuges, tantôt se dissimulant sous des tables, tantôt s'imprégnant sans scrupules de cette débauche diluvienne, tantôt se rapprochant dangereusement sous de fragiles parapluies, les uns sautant dans les flaques, les autres criant au loup et au blasphème en louchant sur leur bière que l'eau délave. Bref, à ce moment précis, il plut.]

Public Enemy

Un live de Public Enemy ? Un bon vieux gros show à l'américaine comme on les aime tant. On chauffe le public, on sillonne sans cesse la scène micro planté devant la bouche, on lève les bras, on saute en l'air, on crache son fiel et son hip-hop avec une rage réelle, on se fout de l'orage et de la pluie, on fait comprendre qu'on est un mythe, et que ça ne va pas se passer comme ça. D'un point de vue scénique, ça nous rappelle Cypress Hill, genre monstres sacrés à qui on ne la fait plus. Et puis, aléas merveilleux du direct et du hasard, je n'oublierai jamais ce petit jeu sympa entre moi et Flavor Flav, qui décida, au cours du set, de jouer les stars photogéniques devant mon capteur enjoué...

The Bots

Entre les groupies sur les bords du plateau qui préféreraient tuer leur mère plutôt que de lâcher leur I-Phone en mode vidéo, et un manager "nounou" qui fait irruption sur scène entre chaque morceau pour susurrer quelques conseils "comm'" à son petit protégé à la batterie, le live de The Bots commence un peu comme un concert organisé par feu L'Ecole des fans. Mais vite, la qualité technique des deux loupiots – 15 et 17 ans, s'il vous plaît – prend vite le pas sur ces petites contrariétés. Du coup, il semblerait que les deux frangins surclassent très très rapidement la mollesse du concert des Dandy Warhols et réinjectent en deux temps trois mouvements un esprit rock en bonne et due forme. On lance des t-shirts à l'effigie du groupe, on sourit, on dit merci, on avance que la France est formidable, mais, à part ça, on envoie du bois, du lourd, du prometteur, et c'est surtout cela qu'il faut retenir. Et le final... Quel final. Mikaiah Lei, le guitariste, décide de slamer, garde son micro, est emmené loin, loin de la scène, perd – logiquement – son micro, revient sur la scène, sans son micro, retrouve – logiquement – son micro, mais... ce dernier ne fonctionne plus. Pendant ce temps, Anaiah Lei, le batteur, fait de même : slame, part loin, loin. Revient sur scène. Mais, là, c'est la guitare à présent qui ne marche plus. Il reste dix minutes de set à assurer... Comment faire ? Rester sur scène, sourire, re-slamer, profiter... Une fin rock'n'roll, donc, qu'on espère pas calculée, par certains côtés drôlissime, mais tellement réjouissante, rafraîchissante, qu'on ne peut que souhaiter un superbe avenir à ces deux petits prodiges du punk rock.

Birdy Nam Nam

Voir un live de Birdy Nam Nam, c'est avant tout profiter d'un son et lumière à couper le souffle. D'innombrables strobos multicolores caressent la foule – modèle "Atomic 3000 Color" me souffle-t-on à l'oreille –, et un son hyper propre l'envoûte – malgré une enceinte d'aigus grillée, et une reprise insensée d’"Abesses". Dans la mesure où Defiant Order, leur dernier album, propose un son bien plus personnel, avec des compositions aux petits oignons, le live des Birdy Nam Nam n'en est que plus riche, alternant entre gros "tubes" et track plus intimiste... Le pied.

Joey Starr

Le problème de Joey Starr serait-il son public ? On sait que sans lui, l'artiste ne peut rien, mais là, il fut quand même (très) difficile de faire avec – penchant plus du côté "lascar" NTM que du côté "bobo" de Polisse... Pour résumer, avant l'entrée en scène de ce que je considère comme un mythe, envers et contre tout : ambiance survoltée, nerfs à fleur de peau, bastons en continu, nuage épais de substances illicites et psychotropes, mecs de la sécurité aux aguets, nerveux devant un public injurieux, agressif, violent. Au-delà de ça, le set est à tomber : d'abord, on apprécie la présence d'un line up riche – DJ mais aussi bassiste, guitariste, batteur –, ensuite, on savoure particulièrement les textes d’"Egomaniac", enfin, on reste fascinés par la présence phénoménale du Jaguarr, habilement complété par un Nathy Boss malgré tout un peu perché ce soir-là. Oui, on peut ne pas aimer le hip-hop, mais là, ce concert était à ne pas rater...

Skrillex

On aimerait faire un hommage à Skrillex, à sa percée fulgurante, à sa notoriété démesurée – n'oublions pas que ce jeune homme a déjà collaboré avec Lady Gaga ou encore The Black Eyed Peas. Mais le faux départ de son set nous en empêche : le compte à rebours – cinq, quatre, trois, deux, un –, en effet, fit flop. Un petit rire, immanquablement, nous échappe. Raté. Eh puis, la dimension passablement mégalo-maniaque de la disposition scénique – petit jeune homme chevelu, sautillant, planqué derrière ses grosses lunettes et un énorme screen à LED où défilent des animés – nous scotche un peu, à vrai dire. Les canons à fumée, phalliques à souhait, font le reste. Cependant, et pour en finir avec le sarcasme facile, l'effet "house" de son électro fonctionne à merveille, reconnaissons-le, et l'on fut presque tentée de vouloir retrouver sa jeunesse et de brûler le dancefloor herbeux du Cabaret vert, parmi les milliers de festivaliers... en transe.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Cattleya Songs de Breezy Temple
La chronique de l'album Hold a match for a gasoline world de Luke Temple
La chronique de l'album Make this your own de The Cooper Temple Clause
La chronique de l'album Snowbeast de Luke Temple
La chronique de l'album The book of Dogma, the temple of transparent balls de Black Dog
La chronique de l'album Good Mood Fool de Luke Temple
Articles : EditA - Salon de l'édition musicale #2 (édition 2016) - Le Carreau du Temple
Temple en concert au Festival japonais des Musiques innovantes
Temple en concert au Festival MOFO 2004
Temple en concert à La Maroquinerie (29 octobre 2006)
L'interview de The Cooper Temple Clause (mars 2007)
La chronique de l'album True Love de Toots and the Maytals
Toots and The Maytals en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2005
La chronique de l'album The Black Album - Come on feel the Dandy Warhols de The Dandy Warhols
La chronique de l'album Distortland de The Dandy Warhols
The Dandy Warhols en concert au Bataclan (28 mai 2003)
The Dandy Warhols en concert à la Maison de la Radio (Black Session) (27 mai 2003)
The Dandy Warhols en concert à Bercy (20 octobre 2003)
The Dandy Warhols en concert au Festival des terre-Neuvas 2006 (Vendredi)
The Dandy Warhols en concert au Festival Musiques en Stock 2008
The Dandy Warhols en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du dimanche
La chronique de l'album La femme chocolat de Olivia Ruiz
La chronique de l'album Psycho Tropical Berlin de La Femme
La chronique de l'album Mystère de La Femme
La Femme en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
La Femme en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Marseille
La Femme en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Samedi 15 septembre
La Femme en concert au Festival Les Paradis Artificiels #7 (édition 2013) - mercredi 10 avril
La Femme en concert au Festival Art Rock #30 (édition 2013)
La Femme en concert au Festival Art Rock 2013 - vendredi, samedi et dimanche
La Femme en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Jeudi
La Femme en concert au Festival Rock en Seine 2013 (samedi 24 août 2013)
La Femme en concert au Festival Fnac Live #4 (édition 2014)
La Femme en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - samedi 2 juillet
La Femme en concert au Festival La Route du Rock #26 (samedi 13 août 2016)
La Femme en concert au Festival Rock en Seine 2016 - samedi 27 août
La Femme en concert à l'Espace Médoquine (jeudi 19 janvier 2017)
The Bots en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du samedi
La chronique de l'album Live in Paris de Birdy Nam Nam
Birdy Nam Nam en concert au Festival Les Trans 2005 (Samedi)
Birdy Nam Nam en concert au Festival de Dour 2006 (jeudi)
Birdy Nam Nam en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
Birdy Nam Nam en concert au Festival Les Transmusicales 2008 (Vendredi)
Birdy Nam Nam en concert au Festival Rock en Seine 2009 (samedi 29 août 2009)
Birdy Nam Nam en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Vendredi
Birdy Nam Nam en concert à L'Aéronef (mardi 20 mars 2012)
Birdy Nam Nam en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - vendredi
Birdy Nam Nam en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Vendredi 26 août
Joey Starr en concert au Festival Art Rock 2007 (Vendredi)
Joey Starr en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (samedi)
Joey Starr en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - dimanche
Joey Starr en concert à Naksookhaw - Winston McAnuff and Fixi - Calypso Rose - IAMDDB - Kumbia Borukas - SKA P - Rak (2 au 4 août 2019)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Le Cabaret Vert
Le Facebook du Festival Le Cabaret Vert

Crédits photos : Sophie Hébert
Article écrit en collaboration avec Yannick Hervé


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Luke Temple (29 février 2008)


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=