Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Six personnages en quête d'auteur
Théâtre de la Colline  (Paris)  septembre 2012

Comédie dramatique d'après l'oeuvre éponyme de Luigi Pirandello, mise en scène de Stéphane Braunschweig, avec Elsa Bouchain, Christophe Brault, Caroline Chaniolleau, Claude Duparfait, Philippe Girard, Anthony Jeanne, Maud Le Grévellec, Anne-Laure Tondu, Manuel Vallade, Emmanuel Vérité et la participation d'Annie Mercier.

1920. Avec "Six personnages en quête d'auteur", Luigi Pirandello, écrivain et dramaturge italien, innovait avec un non-spectacle et une mise en abyme du théâtre qui s'interrogeait sur la création littéraire, et notamment sur la construction du personnage, et de la possible mutation opérée par la représentation sur une scène qui floute les contours de la réalité et celle de la fiction.

2012. Près d'un siècle plus tard, Stéphane Braunschweig adapte l'opus pirandellien à la lumière d'un double éclairage : celui d'une époque d'exhibitionnisme confondant et de vide existentiel où les gens ordinaires et anonymes n'en finissent pas de se répandre sur leur vie en inondant le paf et le net et celui du credo du théâtre post-moderne.

Le travail de Stéphane Braunschweig est infiniment plus subtil et subversif qu'il peut y paraître d'autant qu'il use du procédé de l'arbre qui cache la forêt et peut être apprécié comme comme un hymne en creux - ou un hommage selon le degré d'optimisme du spectateur - au théâtre dans sa conception moderne et qualifiée dorénavant de "classique".

En effet, avec la scène introductive, scène additionnelle à l'oeuvre originale, il dresse de manière concise et sidérante, et avec avec autant de sérieux que d'humour et de second degré, un état des lieux des questionnements souvent essentiellement nombrilistes qui agitent le théâtre contemporain dit "post-moderne", un théâtre au bord de l'anéantissement induit par le dogme de la tabula rasa.

Celle-ci qui reproduit une scène désormais récurrente infligée au spectateur, celle du travail à la table en début de répétition d'une pièce, c'est-à-dire des cogitations des comédiens en forme de brainstorming jargonnant qui constitue un quasi vademecum savoureux tant des axes, voire des élucubrations, du théâtre postmoderne que de la mutinerie des comédiens.

Ainsi se confrontent à un metteur en scène "traditionnel" soucieux d'une certaine fidélité au texte, et, à la fois, manque d'autorité naturelle et est assailli de doutes, certes pertinents mais non résolus, qui le placent en position de faiblesse, quatre comédiens qui ont accepté sa proposition de jouer une pièce du répertoire mais surtout pour ne pas la jouer en l'état, au mieux en conserver l'esprit.

Car pour ces derniers, déclinaisons archétypales du comédien infatué de son ego et d'un narcissisme boursouflé quand il ne l'est pas, en sus, de prétention professionnelle, l'enjeu n'est pas d'exercer leur métier à destination du public mais de satisfaire à leur épanouissement personnel.

Aussi contestent-ils non seulement la légitimité de l'auteur, l'intégrité de son oeuvre (diffuser et mettre en valeur un texte et un auteur avec le respect de la lettre d'un texte ressortirait au fétichisme canonique et rétrograde et le personnage n'est plus qu'une "vieille lune") et son intérêt (dès lors qu'elle est factuellement antérieure aux réalités sociétales contemporaines elle serait moins intéressante que les petites histoires et/ou réflexions personnelles du comédien) mais également la légitimité et l'utilité du metteur en scène, comme directeur chef de troupe.

Christophe Brault, Anne-Laure Tondu, Emmanuel Vérité et Elsa Bouchain sont plus vrais que nature dans la posture du comédien face à l'excellent Claude Duparfait, frêle silhouette précieuse à la démarche de danseuse malgré d'énormes baskets qui semblent le lester tel un scaphandrier. Le moment est jubilatoire.

Comme chacun voit midi à sa porte, les pistes explorées que sont l'écriture de plateau, le spectacle "collectif" ou l'improvisation en resucée de happening ne font pas l'unanimité ce qui déboucherait sur une impasse si, brutalement, n'intervenait l'irruption sur scène des fameux "six personnages" de Pirandello, les vrais gens qui viennent porter leurs doléances pour devenir des personnages, voie royale pour la reconnaissance et l'immortalité, interprétés par Caroline Chaniolleau (la mère), Maud Le Grévellec (la soeur), Anthony Jeanne (le jeune frère), Manuel Vallade (le grand-frère) et Philippe Gérard, le père.

Ce dernier, colosse aux yeux clairs, comédien fascinant à la présence irradiante, chantre du pathétisme lyrique, est le personnage en miroir de celui interprété par Claude Duparfait, et son symétrique tant par le physique que le jeu, donne une dimension tragique à ce qui dans l'oeuvre originale est un mélodrame populaire pour faire pleurer Margot.

Car pour illustrer son propos réflexif, Pirandello, homme du 19ème siècle, héritier de la littérature romanesque et du vérisme italien lui-même héritier hybride du naturalisme français et du réalisme russe, déploie une intrigue au pathos larmoyant aujourd'hui suranné, et qui, en l'occurrence n'arrive pas, sur la durée, à se départir d'un caractère pesant voire laborieux, nonobstant le parti pris habile du surjeu pour conforter une démonstration sur l'efficacité et l'intemporalité des piliers du théâtre que sont que sont l'intrigue et les caractères.

Dans un décor de double plateau nu, celui du Théâtre de la Colline avec en fond de scène un miroir, et un mini plateau style white cube, Stéphane Braunschweig navigue serein alors que s'évanouit la confusion entre la réalité et la fiction, le réel et le vrai, la personne de de chair et de sang et l'être de papier et milite pour que soit préservé le mystère du théâtre.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=