Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Métamorphoses
François Vallejo  (Editions Viviane Hamy)  août 2012

François Vallejo, un des auteurs phares - et fidèles - des Editions Viviane Hamy, y publie en 2012 son dixième roman intitulé "Métamorphoses" dont le titre avec le pluriel est déjà par lui seul, un indice de sa densité.

La thématique centrale, qui aborde un sujet sociétal contemporain, pourrait être celle de la conversion religieuse à la religion islamique avec pour intrigue la lutte d'une jeune femme pour extirper son demi-frère, Français de souche né "dans une famille mécréante de naissance et par nature", des griffes de l'intégrisme musulman.

Métamorphoses, mot aux sens multiples, et au pluriel également sans doute parce que, au cours de sa vie, l'homme peut changer, changer de pensée, de vie, de croyance, et, en l'espèce, tandis que le frère gravit le chemin de la radicalisation religieuse pour exterminer les infidèles, la soeur, atteinte d'une sorte de mysticisme profane, part également en croisade mais pour le sauver.

Mais est-ce vraiment "le" seul sujet de ce roman ? Ne serait-ce pas l'arbre qui cache la forêt ?

Et le choix comme illustration de couverture d'une photographie de Andreas Mahl intitulée "Danse dans les arbres", artiste par ailleurs fasciné par le thème du double et du dédoublement, qui évoque la fable "Le Baron Perché" d'Italo Calvino qui a inspiré "L'arbre aux échelles" conçu et exposé in situ dans le Château de Chaumont-sur-Loire par François Méchain, et la métaphore de l'échelle comme accessibilité à la liberté et à la connaissance et invitation à regarder autrement le monde, conforte d'autant plus ces interrogations que François Vallejo ne tisse jamais ses opus avec un seul fil.

En l'espèce, il décline à nouveau la thématique de la famille à travers le paradigme fraternel en explorant, dans un contexte particulier, la relation mimétique et la dualité du lien qui génèrent une affection passionnelle réciproque au sein du couple fraternel sans intervention de la relation parentale, qui conduit à la solitude mais également au soutien indéfectible même s'il passe par une rivalité voire une domination.

Car telle est la relation équivoque entre une soeur et un frère utérins dont la fille, l'aînée non désirée ("le produit d’un accident antérieur ; une mauvaise rencontre de ma mère") est chargée de veiller sur son frère, l'enfant de l'amour d'un couple parental symbiotique ("le seul vrai fils de ses deux parents") qui est toutefois davantage absorbé par sa vie professionnelle que par ses rejetons, une relation d'amour pathogène ("Alban et moi, une sorte de jeu ou de folie à deux") qui rappelle celle des enfants Herzog relatée par Félicité Herzog dans "Un héros" même si les manifestations extérieures en sont différentes.

Se noue alors dès la prime enfance un lien fraternel pervers : la soeur appelle rarement son demi-frère "mon frère" ou "mon demi-frère" mais presque toujours "mon demi" et acquiert sur lui un ascendant aussi naturel que volontaire et déterminé qui explique peut-être pour ce "demi" pour le moins sous influence voire sous domination de l'aînée le besoin d'exister à part entière, de faire ses propres expériences et d'acquérir une identité en dehors de cette relation ("Mon demi a toujours souffert de l’étroitesse de sa vie, il cherche à lui donner une dimension planétaire, à montrer son importance").

Et tous les deux souffrent de propensions névrotiques : lui, "Un enfant inquiet perpétuel taiseux qui répugnait à aligner plus de trois phrases dans la journée" elle, de tempérament solitaire (les amies se marient, les hommes "aucun ne me retient"), et l'épreuve qu'elle va vivre va exacerber les tendances cyclothymiques, délirantes et paranoïaques.

Tout commence quand Alix, artiste plasticienne avortée reconvertie en restauratrice de peintures anciennes, et plus précisément des oeuvres religieuses, apprend que son demi-frère Alban, doctorant en chimie moléculaire s'est converti à la religion musulmane.

Mais pas une conversion religieuse de celle inoffensive pour autrui, révélation personnelle à la Paul Claudel ou mysticisme extatique de la pucelle témoin de la manifestation divine, mais celle à une foi sectaire et intégriste qui prône sa suprématie pour le bien de l’humanité.

Dès lors, atteinte de graphomanie cathartique, elle va tenir un journal relatant tous les épisodes de la lutte engagée, quasiment seule contre tous, pour relater ce qui s'est passé, "sauver" son frère et surtout pour le récupérer ("Ce qui me met en rage, c’est de n’avoir plus aucune prise sur mon demi").

Et ces écrits subjectivisés, s'ils tentent de comprendre le parcours du frère et son argumentaire basé sur la prééminence de la foi musulmane qui "propose un destin collectif, soulage les hommes de tous les tourments de l’injustice et de l’humiliation auxquelles les sociétés de l'hémisphère nord les ont condamnés et ose une conquête universelle et authentique" et la légitimité de son combat ("Les musulmans pacifiques traités en ennemis par les anti-islamistes sont devenus des guerriers de leur foi"), ils se focalisent largement sur celui de la soeur qui est prête à tout ("Tu ne partiras pas. Si je dois me convertir à ta religion pour te retenir, je me convertirai demain").

Une soeur chez qui sévit une confusion névrotique des sentiments ("Je veux être la sœur, la mère, l’amante de tous les innocents", entre ceux de la soeur, de la mère ("... l’intuition, confirmée une fois de plus aujourd'hui, qu’il irait toujours trop loin sans moi"), ("... mes manoeuvres, à l’adolescence, pour soustraire Alban à leur autorité"), de l'amante (Mon frère "l’enfant étroit d’épaules, mon petit frère primitif devenu un athlète bronzé... un petit mec craquant avec un don verbal...") qui est au coeur de son engagement dans un combat qui va finalement s'engager contre tous.

François Vallejo livre un opus à flux tendu, à l'écriture maîtrisée et palpitante, qui aborde à chaud le sujet contemporain récurrent de la montée de l'Islam radical ainsi que la résurgence du communautarisme à un siècle prêchant l'épanouissement personnel et exaltant le parcours individuel à travers l'attrait qu'ils peuvent exercer sur des individus en perte de repères ou en quête d'un absolu donnant un sens à leur vie.

Par ailleurs, par le choix de cette histoire de vies, il conduit le lecteur à s'immerger dans le fonctionnement intime et douloureux d'une fratrie atypique et le récit de deux parcours et combats personnels en symétrique au dénouement aussi incertain et imprévisible que déroutant.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Vacarme dans la salle de bal" du même auteur
La chronique de "Le voyage des grands hommes" du même auteur
La chronique de "Ouest" du même auteur
La chronique de "Madame Angeloso" du même auteur
La chronique de "Groom" du même auteur
La chronique de "Pirouettes dans les ténèbres" du même auteur
La chronique de "Les soeurs Brelan" du même auteur


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Mondrian figuratif" au Musée Marmottan-Monet
"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=