Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Sommeil d'Or
Davy Chou  septembre 2012

Réalisé par Davy Chou. France/Cambodge. Documentaire. 1h40. (Sortie 19 septembre 2012).

"Le Sommeil d’Or" de Davy Chou est un film qui ne devrait, selon l’expression, ne laisser personne indifférent et émouvoir les cinéphiles au plus profond de leur être.

Cambodgien né en exil, ayant dû apprendre le khmer pour mener à bien son projet, Davy Chou a décidé de réveiller la mémoire du cinéma cambodgien.

Comme tout le reste de la culture dite bourgeoise, le cinéma n’avait pas droit de cité dans la révolution radicale des Khmers rouges. Or, entre 1960 et 1975, plus de 400 films avaient été tournés et le cinéma cambodgien était d’une vitalité qui n’avait d’égal que son originalité.

Très populaire, il s’attachait aux contes et légendes khmers, n’hésitait pas à utiliser des "effets spéciaux" pour créer un climat onirique, aimait les grandes fresques d’histoire et d’amour. Il y avait de grandes stars, plus de trente cinémas à Phnom Penh et l’on pouvait sans exagérer parler d’industrie cinématographique cambodgienne.

Le cinéma comptait donc beaucoup pour ce petit peuple de dix millions d’habitants… Et puis : patatras ! Les Khmers rouges jettent tout à bas, font disparaître physiquement beaucoup de protagonistes de cette aventure cinématographique.

Les survivants, que Davy Chou interroge, sont partis loin du "Kampuchea démocratique", ont défait ou refait leurs vies, ont survécu loin de l’idée de pouvoir retourner dans leur pays et, a fortiori, d’y tourner de nouveaux films.

Presque plus rien n’existe désormais des temps cinématographiques khmers, prouvant à ceux qui n’y croyaient pas qu’une cinémathèque peut disparaître comme une bibliothèque. Restent des témoins qui se souviennent à l’aide de quelques photos jaunies, d’affiches ou de programmes en piètre état.

Certains iront jusqu’à dire qu’ils ne se souviennent plus des traits de leurs parents morts mais n’ont pas oublié ceux des acteurs de l’époque et gardent en mémoire des scènes entières de leurs films.

Beaucoup, beaucoup d’émotions dans ce documentaire qui ne traite pas d’un sujet rebattu, questionne vraiment sur la mémoire et rappelle vraiment que toutes les civilisations sont mortelles.

Le cinéma est une force nourrissant les hommes, mais son support était fragile avant les facilités de la duplication numérique. Qu’un cinéma ait pu s’évanouir ainsi à jamais comme un château de sable emporté par la vague, et qu’on ait dû attendre le travail de Davy Chou pour en faire le constat, devrait faire réfléchir. La disparition du cinéma khmer, dans l’indifférence universelle, encore plus universelle que pour une espèce animale, n’est peut-être que la première d’une longue série qui laissera de nombreux pays sans histoire récente.

Filmé avec soin et minutie, "Le Sommeil d’Or" de Davy Chou fourmille de très beaux portraits de "fantômes" du cinéma khmer. Avec les moyens du bord, les souvenirs de tous et de chacun, il aura réussi son coup : proclamer qu’il y a eu un cinéma là-bas, un cinéma oublié qu’il ne faut plus oublier.

Cette affirmation est peu de choses face à un génocide épouvantable. Mais elle résonne déjà comme une minuscule victoire. Les rêveurs, qui n’ont jamais tort de rêver, se plairont à imaginer qu’un jour ou l’autre, quelque part, dans une cachette bien hermétique, on retrouvera des dizaines de bobines, en parfait état de conservation, prêtes à être projetées…

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=