Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Loin de Corpus Christi
Théâtre des Abbesses  (Paris)  septembre 2012

Comédie dramatique de Christophe Pellet, mise en scène de Jacques Lassalle, avec Marianne Basler, Annick Le Goff, Sophie Tellier, Tania Torrens, Julien Bal, Bernard Bloch et Brice Hillairet.

On sait tout ce que le cinéma doit au théâtre. Depuis quelque temps avec, par exemple, le succès de l’adaptation théâtrale des "39 marches" ou la mise en espace des "Conversations Hitchcock-Truffaut", on a l’impression que c’est au tour du théâtre de s’inspirer du cinéma.

"Loin de Corpus Christi" franchit un pas de plus puisque la pièce de Christophe Pellet a pour thèmes principaux et entrelacés la cinéphilie, Hollywood et le Maccarthysme.

Une jeune femme, perdue dans l’amour du cinéma, tombe amoureuse d’une image : celle d’un jeune acteur américain de l’après-guerre, Richard Hart, qui n’a fait que quatre films avant de s’évanouir "mystérieusement".

Au terme de son enquête, entremêlée de scènes de l’époque de Hart, de passages dans le Berlin-Est au temps de la RDA, on en saura plus sur ce personnage énigmatique et le rôle qu’il aura joué dans le départ forcé de Bertolt Brecht et de ses amis d’Hollywood.

Dans sa première partie, plus cinématographique, "Loin de Corpus Christi" suit principalement Anne Wittgenstein, la cinéphile, dans sa quête d’un visage perdu du 7e art, dans la seconde, plus théâtrale, elle se concentre sur Norma Westmore, femme influente dans un grand studio hollywoodien, dénoncée comme communiste et accompagnant son ami Brecht dans son nouvel exil allemand.

Pour rendre clair le travail fragmenté de Christophe Pellet, lui donner un rythme cinématographique, Jacques Lassalle s’appuie sur une scénographie astucieuse de Catherine Ranki : quelques rangées de fauteuil de velours font face à un écran cinéma. Autour d’elles est figurée la façade d’un temple, à l’image de ces palaces cinématographiques de l’âge d’or hollywoodien. Sur le chapiteau du temple, apparaissent des lettres tapées à la machine, indiquant où l’action de la scène se passe.

Ainsi, la chronologie n’est pas forcément respectée sans que le spectateur s’y perde. C’est aussi la matérialisation de ce qu’est finalement "Loin de Corpus Christi" : un scénario d’un film qu’aurait pu écrire Brecht, cigare au bec, en tapant sur son Underwood quand il n’était plus qu’un salarié de l’usine à rêves. Un film qui aurait raconté le vingtième siècle comme le siècle de l’exil permanent pour des êtres confrontés aux polices de la pensée.

On soulignera la performance de Bernard Bloch qui compose à la fois un savoureux Brecht et un émouvant érudit du 7èmè art. Tout le "casting" est d’ailleurs épatant, avec une inoubliable Marianne Basler passant sans se forcer de la jeune idéaliste, amoureuse et fougueuse à la vieille femme meurtrie par l’Histoire des hommes mais toujours déterminée dans ses choix de vie.

Reste pour la vérité, et l’honneur du pauvre Richard Hart, aux cinéphiles, qui n’ont pas oublié son beau visage dans le mythique "The Green Dolphin Street", à faire ce que ne fait pas faire Christophe Pellet à Anne Wittgenstein : ouvrir le "Halliwell", le célèbre dictionnaire du cinéma américain. Ils y découvriront aussitôt que l’acteur est mort à 36 ans. Il n’est donc pas le délateur décrit dans "Loin de Corpus Christi". Dont acte.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=