Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Corps de femme 3 - Les haltères
Espace Confluences  (Paris)  septembre 2012

Spectacle conçu et mis en scène par Judith Depaule et interprété par Élisa Yvelin.

"Corps de femme 3 - Les haltères" est le troisième volet de la quadrilogie que Judith Depaule consacre aux femmes dans les sports réputés masculins parce qu'ils exigent une importante force physique.

Après le lancer de marteau à travers le cas de l'athlète polonaise Kamila Skolimowska, première championne olympique dans sa discipline ("Corps de femme 1 - Le marteau") et le rugby à travers des portraits de joueuses de clubs d'Île-de-France ("Corps de femme 2 - Le ballon ovale"), Judith Depaule consacre ce chapitre à la championne du monde 2010 d’haltérophilie dans la catégorie des moins de 48 kilos, la turque Nurcan Taylan qui peut lever une masse équivalente à deux fois et demi celle de son propre corps. Fille d'un ouvrier qui travaillait la fonte, elle a découvert l’haltérophilie au collège avec un professeur de sport ancien membre de l'équipe nationale. 

Ce volet est certainement le plus ambitieux en terme de mise en scène. Judith Depaule quitte le registre de la sociologie pour s'intéresser presque uniquement au corps de la championne turque.

Lorsque celle-ci se livre, même si elle déclare à un moment être une femme sentimentale et fragile, elle n'évoque le reste du temps que l'entraînement, la répétition des mouvements, et sa fierté de mettre sa force au service du rayonnement de la Turquie. Jamais elle n’interprétera cette enveloppe charnelle en terme d'objet désirable ou désirant.

Judith Depaule s'attache donc à rendre compte des modification du corps de l’haltérophile sous l'effort durant les entraînements. A partir de là, quelle est l'essence de la féminité, comment se manifeste cette féminité, comment Nurcan Taylan parvient-elle à vivre son être femme à travers un corps musclé, et pourtant étonnement peu massif, qu'elle a fait travailler des années durant pour qu'il devienne un outil de puissance?

Un corps de femme mais un corps forcément maltraité, des muscles meurtris sous les charges, une structure qui gardera des séquelles d'un entraînement intensif. A l'écran, la championne turque semble toujours très seule.

Comme lors des précédents volets, devant l'écran, une actrice joue le rôle de l’haltérophile, mais Elisa Yvelin est autant danseuse et mime qu'actrice. Son corps, d'abord totalement emprisonné dans un costume de muscles de baudruche qui déforme sa silhouette, incarne la légèreté dans une enveloppe ambiguë.

Elle amplifie les aspects les moins spectaculaires de l’haltérophilie, la vitesse, la technique des mouvements, la déformation du visage sous l'effort. En projection de lumières sur le corps de la danseuse, les organes de l’haltérophile s'animent, son coeur palpite de plus en plus vite, son flux sanguin s'accélère, sa pression artérielle augmente, ses muscles se bandent et libèrent la force brute nécessaire pour soulever la fonte. Sa prestation est remarquable, entre fragilité et fierté, à l'image de la championne.

La mise en scène intelligente de Judith Depaule effectue un mouvement de bascule entre présence physique de l'actrice danseuse et insertions de vidéo. Ce balancement rappelle les mouvements horizontaux des barres de fonte soulevées puis lâchées sur le plateau. De même, un petit personnage dessiné crée ce mouvement de balancier entre l'écran et la scène lorsqu'il est projeté sur le corps de la danseuse.

Les mouvements se déroulent sur un fond de bruits de poids levés puis relâchés au sol. Bruits métalliques et répétitifs de la salle d'entraînement qui rappellent certains morceaux anciens d'Einstürzende Neubaten.

"Corps de femme 3 - Les haltères" est donc une surprise par rapport aux autres volets. Ce spectacle est plus visuel que les précédents, s'intéressant au physique plus qu'à la féminité, il est plus corporel, moins intellectuel, plus dansé, moins interprété. Et pourtant il s’intègre à l'ensemble de manière cohérente.

Il peut aussi être vu sans connaître le reste de l'oeuvre de Judith Depaule, car elle y exprime une vraie vision de femme et la prestation d'Elisa Yvelin est puissante.

Nurcan Taylan a été, en juin 2012, suspendue pour dopage. Ceci a certainement été une surprise pour Judith Depaule alors que le spectacle était presque complètement écrit et mis en scène. Mais cette actualité lui offre une transition parfaite pour le quatrième volet qu'elle prépare pour 2013 et qui sera consacré aux produits dopants.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=