Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Avoir 20 ans dans les Aurès
René Vautier  octobre 2012

Réalisé par René Vautier. France. Drame/Documentaire. 1h40. (Sortie 3 octobre 2012 - 1ère sortie 1972). Avec Alexandre Arcady, Hamid Djelloli, Philippe Léotard, Hamid Djelloli Jean-Jacques Moreau, Jacques Causelier et Michel Elias.

Têtu comme un Breton têtu, en guerre contre tous les pouvoirs iniques, qu'ils aient pris la forme du nazisme, du colonialisme, du militarisme et bien entendu celle multiforme du capitalisme, René Vautier est une vraie légende de l'insoumission cinématographique depuis plus de soixante ans.

Il a toujours été là où il y avait des hommes qui ne renonçaient pas à dire non, qui rêvaient toujours de renverser un très vieux monde où les injustices mènent la danse.

Il était grand temps que son film le plus célèbre, "Avoir 20 ans dans les Aurès", revienne sur des écrans où, jadis, il avait eu bien du mal à s'imposer en traitant d'un sujet tabou. Et l'on ne s'attardera pas sur ses passages télés au compte-gouttes.

À une époque où l'on souhaite remiser l'esprit de résistance au magasin des accessoires inutiles, ce film humaniste, goguenard, fort en gueule et en chansons libertaires, tombe à pic.

Première fiction sur la guerre d'Algérie, mais reprenant l'histoire vraie d'un "commando de bretons", un "commando de cheveux longs", le film de Vautier n'est pas un film à thèse, un film strictement politique sur le conflit qui marque encore la France d'aujourd'hui.

C'est un authentique film de guerre, à l'égal de la "317ème section" de Pierre Schoendoerffer sur la guerre d'Indochine. Évidemment, les deux films n'expriment pas le même point de vue sur la soldatesque.

Apologie des hommes de devoir que sont les hommes de guerre, le film de Pierre Schoendoerffer est à l'antithèse de celui de Vautier, allégorie contre la guerre, exaltant ceux qui ne perdent pas leur haine de la guerre, même s'ils sont obligés de se salir les mains, même s'ils sont un temps conditionnés et manipulés par leurs officiers.

Vautier n'est jamais un idéologue même s'il revendique des parti-pris bien tranchés : il décrit des hommes viscéralement contre ce qu'on les oblige à faire et à être.

Tourné avec le millième du budget d'un film choc américain sur la guerre du Vietnam, "Avoir 20 ans dans les Aurès" peut fièrement tenir la comparaison car il ne se contente pas de montrer des hommes du commun, de bons petits bourgeois plongés dans la guerre et devant se débrouiller dans cet enfer qu'ils n'imaginaient pas.

Il montre, au contraire, des hommes concernés avant comme après, et a fortiori pendant. Des hommes qui sont bien jeunes mais qui ont pensé, sans doute naïvement, à trouver une position éthique dans cette guerre qu'on leur impose et dont ils ont d'emblée la conviction qu'elle n'a rien à voir avec la défense des idéaux républicains et démocratiques.

Tous les épisodes que raconte Vautier sont signifiants. Il les raconte avec des accents qui rappellent parfois, comme l'ultime épisode avec le jeune Alexandre Arcady, ce qui faisait la substance de "La Grande illusion" de Jean Renoir.

"Avoir 20 ans dans les Aurès" n'est donc jamais daté, jamais pris en faute avec l'Histoire, jamais scrupuleusement didactique.

On peut - et on doit - le prendre comme la description d'un groupe d'hommes solidaires malgré les embûches que leur tend le réel dans sa version la plus extrême, celle du manichéisme guerrier.

Quarante ans après sa réalisation, "Avoir 20 ans dans les Aurès" de René Vautier est d'une modernité brûlante. En plus, il permet de revoir Philippe Léotard dans son premier vrai rôle. Un grand comédien dans un grand film.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 novembre 2020 : Le Froggy's Nouveau

L'arrivée du Beaujolais nouveau sera moins festive qu'à l'habitude cette année. Qu'à cela ne tienne la nouvelle édition de Froggy's Delight et le replay de la nouvelle Mare Aux Grenouilles est là pour vous tenir chaud ! Voici le programme :

Du côté de la musique :

"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

et toujours :
"Pursue a less miserable life" de Saffron Eyes
"Reborn" de Aldo Romano
"Dear mademoiselle" de Astrig Siranossian
"Lignes futures" de Brazzier
"Song machine, season one : Strange timez" de Gorillaz
"Mémoire d'un enfant de 300 000 ans" de Imbert Imbert
"Perspectives & avatars" de Laura Perrudin
"Aux amis qui manquent" la 4eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Frédéric Chopin" de Roustem Saitkoulov
"Beethoven, un nouveau manifeste" de Simon Zaoui
"Any day now" de The Brooks

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Douze Hommes en colère" de Reginald Rose
"Phèdre!" par François Gremaud
"La Dame de chez Maxim" de Georges Feydeau
"Comme s'il en pleuvait" de Sébastien Thiéry
"La journée de la jupe" de Jean-Paul Lilenfeld
"Hier est un autre jour" de Sylvain Meyrac et Jean-François Cros
"10 ans de mariage" d'Alil Vardar
"Ils s’aiment" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"Le Professeur Rollin se re-rebiffe" de François Rollin
et un malicieux air d'opéra avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir l'exposition commentée "Soleils Noirs" au Louvre-Lens
en virtuel :
"Miro "Bleu I, Bleu II, Bleu III" au Centre Pompidou
"Gregory Crewdson - An Eclipse of Moths" à la Galerie Templon
voir ou revoir l'exposition "Les costumes font leur show !" au Centre national du costume de scène à Moulins
parcourir les collections de la National Gallery of Denmark à Copenhague
du Palais de Schönbrunn à Vienne
du Museu Imperial de Petropolis au Brésil et en Thaïlande
et du Museum of Contemporary Art à Bangkok
et "Les petites histoires des chansons coquines" du Musée de la Sacem

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Les bien-aimés" de Christophe Honoré
"L'exercice de l'Etat" de Pierre Schoeller
"Jimmy Rivière" de Teddy Lussi-Modeste
"Peur de rien" de Danielle Arbid
"The Bookshop" de Isabel Coixet

Lecture avec :

"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud
et toujours :
"Histoire politique de la roue" de Raphael Meltz
"Inépuisables" de Vivian Gornick
"Kudos" de Rachel Cusk
"Se cacher pour l'hiver" de Sarah St-Vincent
"Histoire navale de la seconde guerre mondiale" de Craig L. Symonds

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=