Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Avoir 20 ans dans les Aurès
René Vautier  octobre 2012

Réalisé par René Vautier. France. Drame/Documentaire. 1h40. (Sortie 3 octobre 2012 - 1ère sortie 1972). Avec Alexandre Arcady, Hamid Djelloli, Philippe Léotard, Hamid Djelloli Jean-Jacques Moreau, Jacques Causelier et Michel Elias.

Têtu comme un Breton têtu, en guerre contre tous les pouvoirs iniques, qu'ils aient pris la forme du nazisme, du colonialisme, du militarisme et bien entendu celle multiforme du capitalisme, René Vautier est une vraie légende de l'insoumission cinématographique depuis plus de soixante ans.

Il a toujours été là où il y avait des hommes qui ne renonçaient pas à dire non, qui rêvaient toujours de renverser un très vieux monde où les injustices mènent la danse.

Il était grand temps que son film le plus célèbre, "Avoir 20 ans dans les Aurès", revienne sur des écrans où, jadis, il avait eu bien du mal à s'imposer en traitant d'un sujet tabou. Et l'on ne s'attardera pas sur ses passages télés au compte-gouttes.

À une époque où l'on souhaite remiser l'esprit de résistance au magasin des accessoires inutiles, ce film humaniste, goguenard, fort en gueule et en chansons libertaires, tombe à pic.

Première fiction sur la guerre d'Algérie, mais reprenant l'histoire vraie d'un "commando de bretons", un "commando de cheveux longs", le film de Vautier n'est pas un film à thèse, un film strictement politique sur le conflit qui marque encore la France d'aujourd'hui.

C'est un authentique film de guerre, à l'égal de la "317ème section" de Pierre Schoendoerffer sur la guerre d'Indochine. Évidemment, les deux films n'expriment pas le même point de vue sur la soldatesque.

Apologie des hommes de devoir que sont les hommes de guerre, le film de Pierre Schoendoerffer est à l'antithèse de celui de Vautier, allégorie contre la guerre, exaltant ceux qui ne perdent pas leur haine de la guerre, même s'ils sont obligés de se salir les mains, même s'ils sont un temps conditionnés et manipulés par leurs officiers.

Vautier n'est jamais un idéologue même s'il revendique des parti-pris bien tranchés : il décrit des hommes viscéralement contre ce qu'on les oblige à faire et à être.

Tourné avec le millième du budget d'un film choc américain sur la guerre du Vietnam, "Avoir 20 ans dans les Aurès" peut fièrement tenir la comparaison car il ne se contente pas de montrer des hommes du commun, de bons petits bourgeois plongés dans la guerre et devant se débrouiller dans cet enfer qu'ils n'imaginaient pas.

Il montre, au contraire, des hommes concernés avant comme après, et a fortiori pendant. Des hommes qui sont bien jeunes mais qui ont pensé, sans doute naïvement, à trouver une position éthique dans cette guerre qu'on leur impose et dont ils ont d'emblée la conviction qu'elle n'a rien à voir avec la défense des idéaux républicains et démocratiques.

Tous les épisodes que raconte Vautier sont signifiants. Il les raconte avec des accents qui rappellent parfois, comme l'ultime épisode avec le jeune Alexandre Arcady, ce qui faisait la substance de "La Grande illusion" de Jean Renoir.

"Avoir 20 ans dans les Aurès" n'est donc jamais daté, jamais pris en faute avec l'Histoire, jamais scrupuleusement didactique.

On peut - et on doit - le prendre comme la description d'un groupe d'hommes solidaires malgré les embûches que leur tend le réel dans sa version la plus extrême, celle du manichéisme guerrier.

Quarante ans après sa réalisation, "Avoir 20 ans dans les Aurès" de René Vautier est d'une modernité brûlante. En plus, il permet de revoir Philippe Léotard dans son premier vrai rôle. Un grand comédien dans un grand film.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=