Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Vendredi 28 septembre
1995 - Spoek Mathambo - Aucan - Orelsan - Mix Up Maroc - C2C - Madeon - Murkage - Spank Rock - Dope D.O.D  (Dock des Suds, Marseille)  du 27 au 29 septembre 2012

Vendredi 28, soirée sold out, avec pas moins de 15.000 spectateurs présents aux Docks des Suds pour cette deuxième soirée Marseillaise de Marsatac sous le signe du rap, de l’électro et du dubstep.

15 concerts seront proposés ce soir avec l’ouverture de la grande scène extérieure (scène 3).

On démarre donc la soirée avec 1995, groupe de rap français à l’ancienne (enfin, avec des jeunes mais dans l’esprit des pionniers des années 90).

A la base pas trop notre tasse de thé, mais on doit toutefois admettre que, pour un concert inaugurant cette soirée, l'ambiance fut au rendez-vous. Les 5 MC’s et le beat maker de 1995 ont su y faire et ont chauffé la foule déjà nombreuse pour ce premier concert. On remarque la jeunesse du public, à savoir si c’est nous qui vieillissons ou alors une programmation orientée pour…

Nous courons vers la scène 1, avec un tel monde, les Docks des Suds semblent pratiquement confinés et on se retrouve à jouer des coudes pour parvenir à notre destination. Ici se produit Spoek Mathambo, étonnant mélange entre sonorités traditionnelles Sud-Africaines et rap moderne. La recette fonctionne et conquit le public intrigué par cette formation.

Sur un détour, une atmosphère scénique attire notre regard et notre ouïe sur la scène Cabaret : lumières bleus très sombres, obscurité renforcée par les visages des musiciens semi-cachés sous des sweats à capuches.

Il s’agit d’Aucan, œuvrant dans un rock expérimental accidenté, entre ascensions dubstep et faux-plats downtempo.

L’ambiance particulière envahit la salle et convainc chacun dans la qualité de ce rock sombre. Cela nous a valu de mettre de côté Orelsan qui, aperçu de loin, a apparemment attiré la foule.

Retour sur la scène 1, pour l’un des grands rendez-vous de la soirée avec le projet initié par Marsatac en faisant appel à Nasser.

Ce projet, Mix Up Maroc propose un étonnant mélange hybride du rock/électro des Nasser, des instruments traditionnels avec un maître de musique gnawa Maâlem Hassan Boussou et du rap marocain de Komy. Tous ces sons et instruments pourtant bien ancrés dans leurs styles dédiés, sont pourtant en parfaite harmonie les uns avec les autres.

On se prend très vite au jeu, la musique particulière sonne comme une nouveauté, on oscille entre guitare effrénée et guembri (instrument traditionnel aux sons de basse incroyables).

C’est ainsi que le concert passe très vite et nous en redemandons. Pour en savoir plus, on vous invite à lire le retour de l’interview de cette formation à paraître prochainement sur Froggy’s Delight.

L’heure est formelle, il est 23h30, heure de passage de C2C sur la grande scène 3. Toute la foule s'est amassée pour les voir, ne faisant que confirmer leur fulgurante notoriété. 15 minutes avant le début, le public remplit quasiment la totalité de l'espace.

Une véritable marée humaine à laquelle certains se retrouvent contraints d‘abandonner les premiers rangs, serrés comme des sardines. Ils arrivent sur scène sous une trombe d’applaudissements et commencent leur show, chacun derrière sa platine dédiée. Difficile de capter les spectateurs en DJSet, mais ces cinq là savent y faire : chorégraphie minimaliste mais bien orchestrée, platines changeantes de main tout en maintenant le rythme, configuration scénique modulable, duels en face à face Hocus Pocus vs Beat Torrent

Certains regretteront, à juste titre, de ne pas bénéficier d’un écran géant. Ce qui n’empêchera pas à la foule de se retrouver en trans sur "Down The Road" et un "F.U.Y.A" mémorable.

Tandis que Madeon œuvre sur la scène 1, nous gardons tout cet entrain emmagasiné au cours de la performance de C2C pour aller à la rencontre de Murkage.

On savait un électro/rap mordant, nous en avons été servi avec une énergie impressionnante. En un rien de temps ils sont parvenus à enflammer le public Marseillais qui ne sait où donner de la tête avec ces quatre gars occupant tout l’espace de la scène. Ça saute, ça court, ça bouge dans tous les sens.

Le thermomètre explose en chaleur dans les espaces intérieurs, le monde se fait trop oppressant notamment dans la salle1 où la fosse déborde sur les portes battantes de l’entrée.

Un peu d’air frais est nécessaire, ça tombe bien 00h50, c’est au tour de Spank Rock d’investir la scène extérieure. Le rappeur arrive sur scène accompagné de son dj au féminin tendance dance des années 90 avec mini-short et mini-haut.

Une bonne partie du concert est composé d’un set assez clubbing, la foule danse et s’éclate. Quelques morceaux en duo avec la dj au chant feront également l’unanimité, notamment avec le titre "Car Song", enregistré à la base avec Santigold.

Nous restons au frais où Dope D.O.D arrive pour clôturer cette soirée en scène 3. Du hardcore hip-hop Néérlendais ? Plutôt efficace en cette heure tardive ! Il ne vaut mieux pas y emmener des âmes trop sensibles, tout est fait en sorte de marquer les esprits : regards provocateurs, un son des plus tonitruants, un masque peu attrayant, un gars au look métaleux double face (œil blanc et cheveux longs d'un côté, rasé et œil noir de l'autre), brrr... mais ça défoule et ils assurent un show assez énorme. Ils remonteront aussi sur scène en impro avec Noisia.

Ce deuxième soir ne fait que confirmer la festivité ambiante de cette édition de Marsatac. Les lieux étaient envahis, voire trop, par les 15 000 personnes. Ce soir nous a également permis de découvrir la troisième scène, celle extérieure, qui nous conforte dans la capacité à recevoir de gros concerts (si ce n’est le manque d’écran géant). Demain, samedi, est le dernier soir de Marsatac. Une programmation plus orientée rock/new wave nous attend toujours avec cette pointe caractéristique d’électro : Kas Product, Mekanik Kantatik, Juveniles, Stuck In The Sound, 2Manydjs, et tant d’autres.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

1995 en concert au Festival Art Rock 2012 - vendredi, samedi et dimanche
1995 en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - dimanche
1995 en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi & dimanche
1995 en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Marseille
La chronique de l'album Perdu d'avance de Orelsan
Orelsan en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Orelsan en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition
Orelsan en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Vendredi
Orelsan en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Vendredi 6 juillet
Orelsan en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2018 - Dimanche 22
Mix Up Maroc en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Nîmes
L'interview de Mix Up Maroc (vendredi 28 septembre 2012)
C2C en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - vendredi
C2C en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi
C2C en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Dimanche 16 septembre
C2C en concert au Fil (jeudi 11 octobre 2012)
C2C en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Dimanche

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Marsatac
Le Myspace du Festival Marsatac
Le Facebook du Festival Marsatac

Crédits photos : Sébastien Trivellin (retrouvez toute la série sur son Flickr)


Séb.T & Julie B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=