Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 66 Gallery - Howl
Maison de la Poésie  (Paris)  octobre 2012

Performance poétique de Allan Ginsberg, mise en scène de Bérangère Jannelle, avec Douglas Rand et Jean-Damien Ratel.

Avec "66 Gallery - Howl" la Maison de la Poésie porte bien son nom car en trente secondes chrono, le spectateur sera emporté dans le tourbillon de la tornade poétique créée le 7 octobre 1955 par Allen Ginsberg à la Six Gallery de San Francisco.

Et pour cela, il lui suffira de suivre la jeune fille qui emmène le petit groupe d'amateurs de poésie beatnik par un chemin détourné, orné de symboles "ginsbergiens" de la beat generation, pour atteindre la cave voûtée dite "petite salle". Une salle qui le transporte illico dans un lieu qu'aurait pu investir les poètes d'avant-garde californiens ou leurs homologues new-yorkais en plein Greenwich Village.

Le voilà assis les jambes en tailleur sur un coussin posé sur du vrai gazon alors que sur la pierre blanche des murs est projeté des images du poète lui-même, saisi dans l'incantation d'un de ses poèmes.

Démiurge rigolard, au verbe intarissable, Allen Ginsberg s'attaque à l'Amérique bien pensante, l'Amérique frileuse et anticommuniste à peine sortie de la guerre de Corée pour se préparer à s'embourber dans celle du Vietnam. On devine qu'à l'époque, où l'humour corrosif façon "stand-up" d'aujourd'hui était loin dans les limbes, cette logorrhée poétique aux images violentes et provocatrices tenait de la subversion...

Ce "coucou" d'outre-temps du poète a bien préparé le spectateur à ce qui va suivre : le temps de la performance. Derrière ses lunettes et ses faux-airs de cadre moyen des "fifties", Douglas Rand, qui se présente d'ailleurs comme un "acteur performeur", lance son cri ginsbergien tour à tour, selon son bon plaisir, en VO et en VF, dans un anglais incantatoire et dans un français délicieusement et délibérément approximatif.

S'habillant et se déshabillant, revêtant une robe de chambre de boxeur-poète ou posant sur sa tête un chapeau d'Oncle Sam, il invoque Moloch, l'Amérique et l'Amour, submergeant tout dans un flux goguenard et jouissif d'images saugrenus, accolant ou entrechoquant des mots forts comme des alcools ou des drogues.

À la rescousse de sa démesure, se tient Jean-Damien Ratel, un musicien bien mis qui machine un instrument étrange que n'aurait pas désavoué Gaston Lagaffe. C'est le "Moloch Amédée", qu'il a créé pour cette bonne occasion. Mi percussion mi-corde, relié à son ordinateur, cet instrument illustre parfaitement la poésie de Ginsberg vu et corrigé par Douglas Rand, et la projette même dans le nouveau millénaire.

Tout est possible ici : le cri primal comme l'hymne américain, la dérision comme le sérieux du pape de la contre-culture.

Le spectateur est pris dans un tourbillon de bruits, de mots et de lumières. Grâce à la mise en scène de Bérangère Jannelle, tenant et soutenant la performance singulière de Douglas Rand, la scénographie de Stéphane Pauvret bigrement évocatrice de l'avènement d'Allen Ginsberg, les lumières vives et les pénombres chaleureuses de Marc Labourguigne qui recréent l'atmosphère fiévreuse de ces happenings des premiers temps, il est certain qu'au bout de son voyage à la "66  Gallery", le spectateur comprendra parfaitement ce qui s'est passé quand Allen Ginsberg a surgi en 1955 pour hurler son poème "Howl".

Quand il sortira de ce spectacle total, épuisé et heureux, il pourra lui aussi dire : "J'y étais !". Où ça ? Dans l'antre de la rue Saint-Martin où l'on délivre chaque soir un peu du secret de la poésie.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=