Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 66 Gallery - Howl
Maison de la Poésie  (Paris)  octobre 2012

Performance poétique de Allan Ginsberg, mise en scène de Bérangère Jannelle, avec Douglas Rand et Jean-Damien Ratel.

Avec "66 Gallery - Howl" la Maison de la Poésie porte bien son nom car en trente secondes chrono, le spectateur sera emporté dans le tourbillon de la tornade poétique créée le 7 octobre 1955 par Allen Ginsberg à la Six Gallery de San Francisco.

Et pour cela, il lui suffira de suivre la jeune fille qui emmène le petit groupe d'amateurs de poésie beatnik par un chemin détourné, orné de symboles "ginsbergiens" de la beat generation, pour atteindre la cave voûtée dite "petite salle". Une salle qui le transporte illico dans un lieu qu'aurait pu investir les poètes d'avant-garde californiens ou leurs homologues new-yorkais en plein Greenwich Village.

Le voilà assis les jambes en tailleur sur un coussin posé sur du vrai gazon alors que sur la pierre blanche des murs est projeté des images du poète lui-même, saisi dans l'incantation d'un de ses poèmes.

Démiurge rigolard, au verbe intarissable, Allen Ginsberg s'attaque à l'Amérique bien pensante, l'Amérique frileuse et anticommuniste à peine sortie de la guerre de Corée pour se préparer à s'embourber dans celle du Vietnam. On devine qu'à l'époque, où l'humour corrosif façon "stand-up" d'aujourd'hui était loin dans les limbes, cette logorrhée poétique aux images violentes et provocatrices tenait de la subversion...

Ce "coucou" d'outre-temps du poète a bien préparé le spectateur à ce qui va suivre : le temps de la performance. Derrière ses lunettes et ses faux-airs de cadre moyen des "fifties", Douglas Rand, qui se présente d'ailleurs comme un "acteur performeur", lance son cri ginsbergien tour à tour, selon son bon plaisir, en VO et en VF, dans un anglais incantatoire et dans un français délicieusement et délibérément approximatif.

S'habillant et se déshabillant, revêtant une robe de chambre de boxeur-poète ou posant sur sa tête un chapeau d'Oncle Sam, il invoque Moloch, l'Amérique et l'Amour, submergeant tout dans un flux goguenard et jouissif d'images saugrenus, accolant ou entrechoquant des mots forts comme des alcools ou des drogues.

À la rescousse de sa démesure, se tient Jean-Damien Ratel, un musicien bien mis qui machine un instrument étrange que n'aurait pas désavoué Gaston Lagaffe. C'est le "Moloch Amédée", qu'il a créé pour cette bonne occasion. Mi percussion mi-corde, relié à son ordinateur, cet instrument illustre parfaitement la poésie de Ginsberg vu et corrigé par Douglas Rand, et la projette même dans le nouveau millénaire.

Tout est possible ici : le cri primal comme l'hymne américain, la dérision comme le sérieux du pape de la contre-culture.

Le spectateur est pris dans un tourbillon de bruits, de mots et de lumières. Grâce à la mise en scène de Bérangère Jannelle, tenant et soutenant la performance singulière de Douglas Rand, la scénographie de Stéphane Pauvret bigrement évocatrice de l'avènement d'Allen Ginsberg, les lumières vives et les pénombres chaleureuses de Marc Labourguigne qui recréent l'atmosphère fiévreuse de ces happenings des premiers temps, il est certain qu'au bout de son voyage à la "66  Gallery", le spectateur comprendra parfaitement ce qui s'est passé quand Allen Ginsberg a surgi en 1955 pour hurler son poème "Howl".

Quand il sortira de ce spectacle total, épuisé et heureux, il pourra lui aussi dire : "J'y étais !". Où ça ? Dans l'antre de la rue Saint-Martin où l'on délivre chaque soir un peu du secret de la poésie.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=