Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sarvil l'oublié de la Canebière
Comédie Bastille  (Paris)  octobre 2012

Spectacle musical de Frédéric Muhl Valentin et Ali Bougheraba d'après le livre éponyme de Georges Crescenzo et Michel Alione, mise en scène de Frédéric Muhl Valentin, avec Ali Bougheraba, Camille Favre-Bulle, Benjamin Falletto et Cristos Mitropoulos accompagné à l'accordéon par Anthony Doux.

Attention gaité ! Attention humour ! Attention spectacle à ne pas manquer ! Sil est une chose que fera à coup sûr le spectateur qui sera allé voir "Sarvil, l'oublié de la Canebière", ce sera d'en parler autour de lui.

Car, après avoir vu ce "musical marseillais", on ne peut qu'avoir envie de faire partager le moment de bonheur que procure ce spectacle qui se donne pour enjeu de réhabiliter la mémoire de René Sarvil, le maître de la chanson populaire marseillaise, souvent mis en musique par Vincent Scotto et dont les textes restent dans toutes les mémoires de sept à cent-sept ans, qui ont fredonné "Le plus beau des tangos du monde", "Adieu Venise provençale" ou "Le Chapeau de Zozo".

Évidemment, la chanson française, dans sa forme la plus simple, celle qui ne prétend pas rivaliser avec Baudelaire ou Verlaine, est souvent décriée et méprisée. Alors, forcément, on se doute que sa version méridionale provoque encore plus de moues dédaigneuses. On se gausse des roucoulades de Tino Rossi, des chanteurs "avé l'assent" et on se pince le nez devant les odes à la bouillabaisse et à l'aïoli.

Voir tout un spectacle consacré à celui qui à célébré la "cane cane Canebière" ne pourrait être a priori qu'une idée d'ancien aficionado des "opérettes marseillaises", des nostalgiques d'Andrex, Rellys ou Alibert.

Et pourtant, René Crescenzo, dit René Sarvil, né de parents italiens et comme bien des Marseillais pas à Marseille même, est à redécouvrir. Ce fou de travail a régné pendant presque quarante ans sur les revues et les opérettes à "la marseillaise", après avoir créé le genre.

Et ses chansons, qu'il écrivait très bien sans facilités ni vulgarité, sont à réécouter, à réentendre sans oeillères ni préjugés : et comme cela tombe bien, c'est ce que se propose la petite troupe qui chante et qui galège autour de "Sarvil, l'oublié de la Canebière" !

Quatre chanteurs, Camille Favre-Bulle, Benjamin Falletto, Cristos Mitropoulos et Ali Bougheraba, menés par ce dernier, qui se réserve le rôle titre et celui du narrateur, vont accomplir leur tache avec du soleil dans la voix et un cœur gonflé à la générosité.

Et avec un respect total pour Monsieur René Sarvil : pas question, ici, de se moquer de ses textes débordant de bons et de beaux sentiments. Ils seront chantés au premier degré, celui qui permet de saisir la belle et simple poésie que comprenaient les humbles et les petites gens qui s'en nourrissaient dans le Vieux-Port.

Et cela n'empêchera pas de les entrecouper de gags et de blagues quand il s'agira de raconter la vie de Sarvil, fil conducteur du spectacle écrit par Ali Bougheraba et Frédéric Muhl-Valentin, par ailleurs très imaginatif metteur en scène puisqu'il réussit à faire tenir un vrai, un authentique spectacle musical, dans un espace apparemment peu propice à l'ambition de recréer l'Alhambra de Marseille.

On ne répétera jamais assez que l'on s'amuse et que l'on peut même se surprendre à fredonner des chansons qu'on ignorait connaître aussi bien !

Avec la magie de l'accordéon MIDI d'Anthony Doux, accordéon numérique qui lui permet de jouer presque tous les autres instruments avec les boutons de sa "boîte à punaises", on retrouve comme de bien entendu les chansons d'Alibert ou de Fernandel. On découvrira même que Sarvil, complice un petit bout de temps de Pierre Dac à Montmartre, a écrit en 1940 une revue dont le titre est explicite : "Ta gueule, Adolf".

Brillants, prouvant qu'on chante et danse aussi bien à la Bastille qu'à Broadway, nos petits chanteurs à la sauce phocéenne réussissent haut la main leur pari : au bout d'une heure et demie, Sarvil n'est plus un inconnu, ses chansons sont redevenues des ritournelles inoubliables, et pas des tubes dégoulinants de mièvrerie, pendant que l'axe Paris-Marseille se révèle une route heureuse et fraternelle à mille lieux de la tristesse guerrière d'un PSG-OM.

On osera ajouter que ce spectacle réjouissant devrait vite dépasser le contingent estimable des amateurs d'opérettes marseillaises. Il a tout pour fédérer tous les publics et contredire le titre de la biographie dont il utilise la trame : René Sarvil ne sera bientôt plus l'oublié de la Canebière, mais, au contraire, son chantre glorieux.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=