Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mekanik Kantatik
Interview  (Marseille)  samedi 29 septembre 2012

Marstac 2012, samedi 29 Septembre, quelques heures avant un concert détonnant d'énergie positive et de partage, Nicolas Cante, alias Mekanik Kantatik, nous a offert cette interview remplie de sincérité avec tout le naturel dont on lui connait.

Cette interview a été diffusée en direct sur DzFishRadio, radio bretonne, et Plato Radio en compagnie de l’animateur radio Robex et de Delphine d’Art’Chemist. A ne pas manquer, Mekanik Kantatik est actuellement en tournée pour présenter son dernier album Are you Kantatik ?.

Nicolas, tu as déjà donné trois dates sous différentes configurations à Marseille cet été. Ce soir (troisième soir de Marsatac), tu nous présentes un projet bien particulier ?

Nicolas Cante : Oui, les concerts qui ont eu lieu cet été constituaient différentes prestations qui n’ont rien à voir avec ce soir : c’étaient des ciné concerts, live électro, ça dépendait des soirs. Ce soir c'est LE projet, Mekanik Kantatik, sur lequel je travaille depuis près de 10 ans. Je suis seul avec mon piano, on commence tranquille, joli et on finit chépère total avec du hardcore.

Es-tu toujours avec ton piano mythique ?

Nicolas Cante : Exactement, même un peu plus qu'avant. Là il est agrémenté de petites lumières, de  loupiottes qui le rendent encore plus vivant.

Tu montes seul sur scène ce soir, pas de background, n’as-tu pas un peu peur ?

Nicolas Cante : Peur ? Bien sûr que non ! Sans musiciens, la vie est plus sûr tu vois (rires).

On te range habituellement dans le cadre des musiques nouvelles et expérimentales, te sens-tu tout de même à ta place dans ce festival de musiques actuelles (Marsatac) ?

Nicolas Cante : Oulah ! Où est la frontière entre nouvelle et actuelle ? Difficile de le dire. Ce dont je suis sûr, c’est que mon projet est actuel, moderne, nouveau, et expérimental aussi. Je ne pense pas que tous mes projets auraient leur place ici, mais concernant Mekanik Kantatik c'est très cohérent et cela me fait vraiment plaisir d’être à Marsatac.

Pour revenir à tes premiers pas dans ta musique, tu oscillais entre conservatoire de jazz et free party. Comment faisais-tu cohabiter Manu Le Malin et Duke Ellington ?

Nicolas Cante : Ce n'était pas facile ! En fait, il ne fallait pas prendre de drogues la semaine, et n'en prendre que le week-end (rires). Donc pas évident mais ça marchait. C'était la semaine au conservatoire, donc à travailler Duke Ellington, Billy Evans, etc., ce qui est tout de même la base de la musique que j'aime et que je travaille et le week-end, j'étais avec les copains en free à expérimenter les sons entre hardtech, hardcore mais c'était assez dur, pas très sexy comme musique. Le côté house et groove est venu après.

As-tu songé à mettre de côté un de ces deux genres musicaux au profit de l’autre ?

Nicolas Cante : Ah non ! Il y a tout qui me plait dans ces musiques. J'entends de belles choses dans Manu Le Malin, j'entends de belles choses dans Duke Ellington, Glen Gould, etc. Donc je garde tout.

Concernant le piano qui est une création assez exceptionnelle, comment est venue l'idée de modifier un instrument de base, pourtant pas évident à manipuler ? Comment as-tu fait pour le démultiplier ainsi sans en perdre la tessiture de base ?

Nicolas Cante : Cela fait une petite dizaine d'années que je travaille sur ce projet. Donc je n'arrive pas depuis hier, hop, comme ça. Je viens de l'expérimental, de la performance contemporaine. A la base, ce projet entrait dans le cadre d’une création pour la biennale des jeune créateurs de l'Europe et de la Méditerranée, à Naples. Donc c'était vraiment une installation où la musique n'était pas importante, ce qui était primordial c’était le concept, la musique était secondaire. Ce projet vient donc de là.

Après cela m'a un peu saoulé personnellement car j'aime danser, donner du fun, de la fête, donc j'ai essayé d'adapter ce concept d’installation, très conceptuel, à du dancefloor, à des soirées festives. Petit à petit, j'ai ajouté l'ordi qui trafique en temps réel, puis des lumières et des capteurs un peu partout. C'est un travail de longue haleine, mais avec le travail... tout passe !

Justement dans cette configuration très spécifique, comment se déroule ton travail de composition ? As-tu dans un premier temps une mélodie ou des sons en tête ?

Nicolas Cante : Je n’ai rien en tête avant de composer. Je suis musicien, donc intermittent du spectacle depuis une dizaine d'années. J'ai de la chance d'être français et de pouvoir profiter de ce sacré statut qui est magnifique et du coup, je ne vis que de la musique et tous les jours j’en fais. Ainsi quand la musique me vient, elle est là et je la prends. Ce dernier album a été enregistré l'été dernier à Aix-en-Provence, avec du soleil, le ciel bleu, les petits oiseaux, la piscine, donc j'ai profité du moment présent, je compose sur le temps réel, sur l’instant. C’est ainsi un deuxième album beaucoup moins expérimental et plus fun que le premier.

Cela vient donc naturellement ?

Nicolas Cante : Oui tout à fait, à fond.

Au sujet de tes prestations sur scène, tu es très présent, tu bouges beaucoup, on peut te considérer comme un showman, comme...

Nicolas Cante : Un clown ! Lâche-le ! J'assume ! (rires)

Oui, c’est vrai que tu fais rigoler et c'est pêchu !

Nicolas Cante : Avec ce projet, Mekanik Kantatik, j'aime ce côté show, je joue de ça et c’est très important pour moi d’avoir un spectacle vivant. J'ai d'autres projets sur lesquels je le suis moins, je ne regarde pas le public, je fais de l'expérimentation, je ne danse pas et ne chante pas. Mekanik Kantatik est un projet que j'ai envie de faire vivre et de  partager, et le rôle du clown savant un peu chépere total je l'aime bien, je ne triche pas, je suis un peu comme ça dans la vie. Certes, j'exagère un peu en montant sur scène mais c’est moi qui suis sur scène et il y a du public en face donc je me lâche.

Actuellement tu as un deuxième projet, Improvisium 1.1, qui semble bien plus personnel. Etait-ce un besoin pour toi cette introspection ?

Nicolas Cante : Ah oui, tout à fait, justement le souci avec le premier album de Mekanik Kantatik est que j'avais un peu le cul entre deux chaises, je ne savais pas trop où aller entre le côté festif, fun, et le côté expérimentation que j'aime beaucoup.

Donc cet Improvisium 1.1, c'est vraiment de l'improvisation électro-acoustique, qui me permet d’aller beaucoup plus radicalement dans le côté son, matières sonores, expériences, expérimentations et du coup Mekanik Kantatik devient beaucoup plus fun et festif. Voilà, l'un sans l'autre, j'aurais beaucoup de mal.

C’est donc une nécessité pour toi de faire fonctionner ces deux projets en parallèle ?

Nicolas Cante : Oui, c'est ça, ces deux projets sont vraiment complémentaires pour moi.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Sounds... from my Piano de Mekanik Kantatik
La chronique de l'album Are you kantatik ? de Mekanik Kantatik
Mekanik Kantatik en concert au Fil (5 mars 2009)
Mekanik Kantatik en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
Mekanik Kantatik en concert à La Maroquinerie (vendredi 4 novembre 2011)
Mekanik Kantatik en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Samedi 29 septembre
L'interview de Mekanik Kantatik (21 avril 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Mekanik Kantatik
Le Myspace de Mekanik Kantatik
Le Facebook de Mekanik Kantatik

Crédits photos : Sébastien Trivellin (Retrouvez toute la série sur son Flickr)


Séb.T & Julie B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 septembre 2020 : On ira où tu voudras quand tu voudras

Cet été indien qui s'annonce n'est pas désagréable et apporte un peu de joie dans cette année bien triste. Plus modestement, voici notre sélection culturelle de la semaine pour vous réjouir, espérons-le, avec évidemment le traditionnel replay de la Mare Aux Grenouilles #10 toute fraiche

Du côté de la musique :

"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre
et toujours :
"Comme un ours" de Alexis HK
"Love songs" de Inflatable Dead Horse
"Charango" de Lisza
"Woman Soldier" de Morgane Ji
"Beethoven : Waldstrein & Hammerklavier" de Théo Fouchenneret

Au théâtre :

les nouveautés :
"Bananas (and the kings)" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le Nez" au Théâtre 13/Jardin
"Un conte de Noël" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Un Ennemi du peuple" au Théâtre de Belleville
les reprises :
"Edmond" au Théâtre du Palais Royal
"Une Ombre dans la nuit" au Théâtre du Guichet-Montparnasse

"Derniers coups de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Mon dîner avec Winston" au Théâtre du Rond Point
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Grand Point Virgule

"Alexandra Pizzagali - C'est dans la tête" au Théâtre du Marais
"Olivia Moore - Egoïste" à la Comédie de Paris
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Yves Klein, l'infini du bleu" à l'Atelier des lumières
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait" d'Emmanuel Mouret
"Adolescentes" de Sébastien Lifshitz
at home :
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'ete" de Lina Wertmüller
"Volt" de Tarek Ehlail
"Les Héritiers" de Marie-Castille Mention-Schaar
"Les Guichets du Louvre" de Michel Mitrani
"Chambre 666" de Wim Wenders
et des curiosités:
"Impressions de la Haute Mongolie (Hommage à Raymond Roussel)" de Salvador Dali
"The Confessions of Robert Crumb" de Terry Zwigoff
"L'Homme à la camréa" de Dziga Vertov

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen
et toujours :
"Churchill" de Andrew Roberts
"Des vies à découvert" de Babara Kingslover
"La chasse aux âmes" de Sophie Blandinières
"La discrétion" de Faiza Guene
"La grâce" de Thibault de Montaigu
"La préhistoire, vérités et légendes" de Eric Pincas
"Le lièvre d'Amérique" de Mireille Gagné
"Le monde du vivant" de Florent Marchet
"Qui sème le vent" de Marieke Lucas Rijneveld

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=