Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Au galop
Louis-Do de Lencquesaing  octobre 2012

Réalisé par Louis-Do de Lencquesaing. France. 2011. Comédie dramatique.

Le film de Louis-Do de Lencquesaing Au galop sorti le 17 octobre 2012 raconte l’histoire d’un homme (Paul) qui tombe amoureux d’une femme (Ada), une femme installée dans sa vie avec un homme qu’elle compte épouser et une fille de cinq ans. Au moment où nait cette attirance magique de Paul pour Ada, il perd son père des suites d’une opération du cœur. Paul vit avec sa fille, une lycéenne qui connaît ses premiers amours.

Louis-Do de Lencquesaing, à travers son long métrage, se place lui-même avec son personnage Paul au milieu d’un manège de trois figures féminines : sa mère, sa fille, sa maîtresse, auxquelles on peut ajouter en creux – parce qu’invisible-son ex-femme. Paul a par ailleurs un rôle flou, balloté dans cette période de sa vie qu’il ne maitrise pas. Mais a-t-il jamais trop maitrisé sa vie ? Docile et bienveillant comme il semble le paraître.

"Chauffé" ou "conduit" : posture qu’il peut refuser en voiture, il n’en est pas moins celui qui se laisse faire. Un peu paumé, à rêver se jeter des ponts ou par les fenêtres. Que dit le réalisateur des femmes dans Au Galop ? Rien de bien nouveau sous le soleil, j’en ai peur, que les femmes sont faites pour l’amour et la maternité, à la fois irresponsable et organisée. Les hommes s’usent plus vite, dans les soucis d’argent et une sensibilité réfrénée qui les font trébucher : le cœur qui lâche, la cheville qui pète, le mal de dos, les bouffées délirantes, les cheveux qui tombent, la bedaine prématurée.

La mère (Marthe Keller) est une bourgeoise aisée d’origine allemande, les apparences ont pour elle le plus grand prix : la mort de son mari est l’occasion d’une cérémonie mondaine. Elle n’a jamais participé, ni même entendu parler des placements financiers de son mari. Extérieure à tout ce qui est de l’ordre de gagner sa vie, elle n’est même pas consciente qu’elle n’est pas en mesure de payer les obsèques de son époux, elle n’est pas présente lors de la consultation du notaire pour la succession. Elle est généreuse et fantasque, issue de cette vieille aristocratie qui se montre chaleureuse avec les domestiques, avec les gens de service, prête à leur donner de grosses sommes sur un élan du cœur. La grande affaire de cette femme, c’est l’amour de son mari, avec qui elle a partagé toute sa vie, avec qui elle a été heureuse dans un luxe discret. Elle lui a donné deux fils pour perpétrer le nom de famille, pour continuer l’arbre, l’enracinement dans la généalogie. En cela elle semble satisfaite, elle fait ce qu’elle avait à faire : s’occuper de son mari, entretenir l’harmonie du foyer avec des serviteurs compétents et dévoués et elle a eu les fils. Ce qu’elle déplore chez ses fils (la quarantaine bien sonnée), c’est qu’ils soient tous les deux divorcés et qu’ils n’aient que des filles.

La fille de Paul, "celle qui croit encore à l’amour", l’amour d’un homme pour une femme et chacun serait fidèle l’un à l’autre. Attention elle n’est pas "polygame". Elle est lycéenne , elle ne semble pas passionnée par l’instruction, elle partage son temps entre son activité de babysitting : garder une fille de 5 ans (Zoé) avec qui elle s’amuse beaucoup. Elle rêve devant ce couple avec un enfant qu’elle apprécie. Elle serait prête à garder l’enfant sans être payée. Elle est jalouse avec son copain qu’elle s’apprête à soigner avec un dévouement total. Côté sexe : rien à déclarer, elle a l’initiative et trouve les moyens d’être seule à seul avec lui sans que ce soit sur le terrain du père. Elle l’emmène dans l’appartement vide de sa mère. Ce sont les filles / femmes qui décident où et quand elles couchent avec leurs amants. Elle vit ses premières amours de lycéenne sous l’œil bienveillant de la grand-mère et de son père. Il s’agit de savoir si c’est le bon, celui de toute une vie. Son père lui semble perdu et pervers : quoi ? Il couche avec une femme mariée ? Quoi ? A son âge tomber amoureux ? Comme si pour elle c’était sale.

Mais alors sa mère ? Ses parents sont divorcés, elle vit avec son père parce que sa mère n’est jamais là, elle a les clés de l’appartement donc c’est dans les murs de la mère qu’elle peut coucher avec son copain, la mère n’a pas trop d’égard pour les affaires familiales : elle n’est pas présente aux obsèques du grand-père. Elle ne donne pas de nouvelles, elle est loin. Et Paul est comme "confié" à sa fille, qui apprend son rôle : une femme doit discipliner l’homme. Au moment où Paul pense qu’Ada va finir par vivre chez lui, sa fille lui demande de partir vivre dans un studio (avec son copain - ce qu’on peut supposer). Elle le laisse aux soins d’une nouvelle femme. Cette mère absente est une figure anticipée d’Ada (Valentina Cervi), absente dans la vie de son mari et de Zoé. Sauf qu’Ada c’est avant tout la Mère.

Ada tombe enceinte avant d’épouser ses amants. Sa vie est bien installée avec un premier homme, gentil, qui ne rechigne pas à faire la vaisselle. Ils ont une fille, des amis bon chic bon genre. Un bel appartement. Elle travaille dans une maison d’édition, c’est le patron (Denis Podalydès) qui a maille à partir avec le comptable. Elle, elle gère une collection d’ouvrages pour enfants. Elle est l’assistante, l’organisatrice. Elle est d’origine étrangère (tiens comme la mère de Paul) , elle a une mère absente qui lui laisse les clés d’un appartement pour faire l’amour (tiens, comme la fille de Paul). Elle hésite entre l’amour et la famille et puis elle tombe enceinte, "sait", "sent" que l’enfant est de Paul alors elle part chez Paul. Bel appartement encore et Paul ne rechigne pas à faire les lessives. Elle attend un fils, il s’appelle déjà Ferdinand. Nul doute que jolie comme elle est, elle plait déjà à la mère.

Au galop ne se démarque pas des représentations de la Femme, la mère, la mégère, l’amoureuse. Davantage Eve que Lilith. L’amour est à réinventer : la formule est toujours d’actualité. Dans tout ce méli-mélo féminin, l’homme est incertain quant à son rôle, sa fonction, sa force surtout quand les hommes de la génération qui le précède disparaissent. L’homme n’est–il pas l’éternel enfant quand la femme est l’éternelle mère ? Qui s’y retrouve pour la vie ?

 

Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=