Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Laibach
An Introduction to… Laibach / Reproduction Prohibited  (Mute Records)  septembre 2012

LEBEN. LEBEN-HEIβT-LEBEN. LEBEN. LEBEN-HEIβT-LEBEN… La première fois que j’ai entendu Laibach, c’était dans un bar gothico-punk à Berlin. J’avais 15 ans, ça remonte à loin maintenant, je n’avais pas tout compris au ton de cette musique électro-industrielle mais je l’avais prise en pleine figure.

An Introduction to… Laibach n’est pas exactement ce que l’on pourrait appeler un greatest hits mais il est une porte d’entrée très intéressante au groupe et à son travail, fruit d’une collection initiée par Mute, comportant également Komputer ou Balanescu Quartet.

"The ultimate expedient of Laibach is their deft manipulation of transference : their public (especially intellectuals) is obsessed with the "desire of the Other" – what is Laibach’s actual position, are they truly totalitarians or not ? – i.e., they address Laibach with a question and expect from them an answer, failing to notice that Laibach itself does not function as an answer but a question.Why are Laibach and NSK not Fascists? By Slavoj Zizek

Groupe culte et précurseur, la formation Slovène explore depuis plus de trente ans les arcanes d’une certaine musique "industrielle". L’influence du groupe est majeure, précurseur dans le domaine musical avec son mélange de boîtes à rythmes, de musiques martiales, de Techno, de métal mais aussi dans le domaine politique avec d’autres groupes d’artistes du NSK (Neue Slowenische Kunst) comme Irwin ou Noordung  en Slovénie.

Travaillant en équipe, avec un esprit collectif, Laibach analyse la relation entre idéologie et la culture sous une forme artistique, met en lumière les tensions (troubles sociaux, oppositions idéologiques et les frustrations individuelles). L’enjeu pour le groupe serait de révéler et d’exprimer les liens entre la politique et l’idéologie, ou une idéologie de la production industrielle et les lacunes infranchissables entre ce lien et l’esprit.

Les Slovènes s’inspirent de l’esthétique (musicale - vestimentaire - emblème…) des régimes et des mouvements extrémistes et nationalistes le tout mélangé avec une approche dadaiste. Vous l’aurez compris, Laibach est un groupe conceptuel proche des idées, le suprématisme surtout, de Malevitch (le seul art qui ne puisse faire l’objet de manipulation politique est celui qui utilise le langage de cette même manipulation politique) ou de Guy Debord et forcément provocateur mais n’a strictement rien de nazi ou autre, et chez eux la notion même de concept prime avant la musique, bien que cette musique soit loin d’être mise de côté !

Musicalement, la compilation part forcément un peu dans tous les sens, comportant aussi bien des reprises de titres pop (leur tube "Opus Dei", "Warme Lederhaut" inspiré par la psychopathologie sombre de Crash ! de J. G. Ballard, "Across The Universe" ou "Get back" des Beatles, "Final countdown" d’Europe, "One Vision" de Queen parodié en "Geburt Einer Nation") que d’hymnes nationaux issus de l’album Volk sorti en 2006 ("Germania" réinterprétation de "Das Lied der Deutschen" écrit en 1797 et utilisé comme hymne national de l’empire Allemand pendant la république de Weimar, "Anglia") ou que de titres originaux comme le très Kaftwerkien "Bruderschaft". C’est martial, electro, cela fait penser parfois à Einstürzende Neubauten, à Rammstein ce qui est normal vu qu'ils leur ont tout piqué. C’est totalement ironique mais très sérieux, puissant et magistralement étudié.

An Introduction to… Laibach est donc un disque essentiel pour découvrir la musique et la philosophie de Laibach et il offre un éventail d’une discographie aussi pléthorique que labyrinthique. Seule ombre au tableau : les absences de deux titres majeurs du groupe "In the Army Now" de Status Quo et "Sympathy For The Devil" des Rolling Stones où les paroles de Jagger, "But what’s confusing you, is just the nature of my game" n’ont jamais aussi bien sonné…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Wat de Laibach
La chronique de l'album Spectre de Laibach

En savoir plus :
Le site officiel de Laibach
Le Myspace de Laibach
Le Facebook de Laibach


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=