Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Laibach
An Introduction to… Laibach / Reproduction Prohibited  (Mute Records)  septembre 2012

LEBEN. LEBEN-HEIβT-LEBEN. LEBEN. LEBEN-HEIβT-LEBEN… La première fois que j’ai entendu Laibach, c’était dans un bar gothico-punk à Berlin. J’avais 15 ans, ça remonte à loin maintenant, je n’avais pas tout compris au ton de cette musique électro-industrielle mais je l’avais prise en pleine figure.

An Introduction to… Laibach n’est pas exactement ce que l’on pourrait appeler un greatest hits mais il est une porte d’entrée très intéressante au groupe et à son travail, fruit d’une collection initiée par Mute, comportant également Komputer ou Balanescu Quartet.

"The ultimate expedient of Laibach is their deft manipulation of transference : their public (especially intellectuals) is obsessed with the "desire of the Other" – what is Laibach’s actual position, are they truly totalitarians or not ? – i.e., they address Laibach with a question and expect from them an answer, failing to notice that Laibach itself does not function as an answer but a question.Why are Laibach and NSK not Fascists? By Slavoj Zizek

Groupe culte et précurseur, la formation Slovène explore depuis plus de trente ans les arcanes d’une certaine musique "industrielle". L’influence du groupe est majeure, précurseur dans le domaine musical avec son mélange de boîtes à rythmes, de musiques martiales, de Techno, de métal mais aussi dans le domaine politique avec d’autres groupes d’artistes du NSK (Neue Slowenische Kunst) comme Irwin ou Noordung  en Slovénie.

Travaillant en équipe, avec un esprit collectif, Laibach analyse la relation entre idéologie et la culture sous une forme artistique, met en lumière les tensions (troubles sociaux, oppositions idéologiques et les frustrations individuelles). L’enjeu pour le groupe serait de révéler et d’exprimer les liens entre la politique et l’idéologie, ou une idéologie de la production industrielle et les lacunes infranchissables entre ce lien et l’esprit.

Les Slovènes s’inspirent de l’esthétique (musicale - vestimentaire - emblème…) des régimes et des mouvements extrémistes et nationalistes le tout mélangé avec une approche dadaiste. Vous l’aurez compris, Laibach est un groupe conceptuel proche des idées, le suprématisme surtout, de Malevitch (le seul art qui ne puisse faire l’objet de manipulation politique est celui qui utilise le langage de cette même manipulation politique) ou de Guy Debord et forcément provocateur mais n’a strictement rien de nazi ou autre, et chez eux la notion même de concept prime avant la musique, bien que cette musique soit loin d’être mise de côté !

Musicalement, la compilation part forcément un peu dans tous les sens, comportant aussi bien des reprises de titres pop (leur tube "Opus Dei", "Warme Lederhaut" inspiré par la psychopathologie sombre de Crash ! de J. G. Ballard, "Across The Universe" ou "Get back" des Beatles, "Final countdown" d’Europe, "One Vision" de Queen parodié en "Geburt Einer Nation") que d’hymnes nationaux issus de l’album Volk sorti en 2006 ("Germania" réinterprétation de "Das Lied der Deutschen" écrit en 1797 et utilisé comme hymne national de l’empire Allemand pendant la république de Weimar, "Anglia") ou que de titres originaux comme le très Kaftwerkien "Bruderschaft". C’est martial, electro, cela fait penser parfois à Einstürzende Neubauten, à Rammstein ce qui est normal vu qu'ils leur ont tout piqué. C’est totalement ironique mais très sérieux, puissant et magistralement étudié.

An Introduction to… Laibach est donc un disque essentiel pour découvrir la musique et la philosophie de Laibach et il offre un éventail d’une discographie aussi pléthorique que labyrinthique. Seule ombre au tableau : les absences de deux titres majeurs du groupe "In the Army Now" de Status Quo et "Sympathy For The Devil" des Rolling Stones où les paroles de Jagger, "But what’s confusing you, is just the nature of my game" n’ont jamais aussi bien sonné…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Wat de Laibach
La chronique de l'album Spectre de Laibach

En savoir plus :
Le site officiel de Laibach
Le Myspace de Laibach
Le Facebook de Laibach


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=