Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Laibach
An Introduction to… Laibach / Reproduction Prohibited  (Mute Records)  septembre 2012

LEBEN. LEBEN-HEIβT-LEBEN. LEBEN. LEBEN-HEIβT-LEBEN… La première fois que j’ai entendu Laibach, c’était dans un bar gothico-punk à Berlin. J’avais 15 ans, ça remonte à loin maintenant, je n’avais pas tout compris au ton de cette musique électro-industrielle mais je l’avais prise en pleine figure.

An Introduction to… Laibach n’est pas exactement ce que l’on pourrait appeler un greatest hits mais il est une porte d’entrée très intéressante au groupe et à son travail, fruit d’une collection initiée par Mute, comportant également Komputer ou Balanescu Quartet.

"The ultimate expedient of Laibach is their deft manipulation of transference : their public (especially intellectuals) is obsessed with the "desire of the Other" – what is Laibach’s actual position, are they truly totalitarians or not ? – i.e., they address Laibach with a question and expect from them an answer, failing to notice that Laibach itself does not function as an answer but a question.Why are Laibach and NSK not Fascists? By Slavoj Zizek

Groupe culte et précurseur, la formation Slovène explore depuis plus de trente ans les arcanes d’une certaine musique "industrielle". L’influence du groupe est majeure, précurseur dans le domaine musical avec son mélange de boîtes à rythmes, de musiques martiales, de Techno, de métal mais aussi dans le domaine politique avec d’autres groupes d’artistes du NSK (Neue Slowenische Kunst) comme Irwin ou Noordung  en Slovénie.

Travaillant en équipe, avec un esprit collectif, Laibach analyse la relation entre idéologie et la culture sous une forme artistique, met en lumière les tensions (troubles sociaux, oppositions idéologiques et les frustrations individuelles). L’enjeu pour le groupe serait de révéler et d’exprimer les liens entre la politique et l’idéologie, ou une idéologie de la production industrielle et les lacunes infranchissables entre ce lien et l’esprit.

Les Slovènes s’inspirent de l’esthétique (musicale - vestimentaire - emblème…) des régimes et des mouvements extrémistes et nationalistes le tout mélangé avec une approche dadaiste. Vous l’aurez compris, Laibach est un groupe conceptuel proche des idées, le suprématisme surtout, de Malevitch (le seul art qui ne puisse faire l’objet de manipulation politique est celui qui utilise le langage de cette même manipulation politique) ou de Guy Debord et forcément provocateur mais n’a strictement rien de nazi ou autre, et chez eux la notion même de concept prime avant la musique, bien que cette musique soit loin d’être mise de côté !

Musicalement, la compilation part forcément un peu dans tous les sens, comportant aussi bien des reprises de titres pop (leur tube "Opus Dei", "Warme Lederhaut" inspiré par la psychopathologie sombre de Crash ! de J. G. Ballard, "Across The Universe" ou "Get back" des Beatles, "Final countdown" d’Europe, "One Vision" de Queen parodié en "Geburt Einer Nation") que d’hymnes nationaux issus de l’album Volk sorti en 2006 ("Germania" réinterprétation de "Das Lied der Deutschen" écrit en 1797 et utilisé comme hymne national de l’empire Allemand pendant la république de Weimar, "Anglia") ou que de titres originaux comme le très Kaftwerkien "Bruderschaft". C’est martial, electro, cela fait penser parfois à Einstürzende Neubauten, à Rammstein ce qui est normal vu qu'ils leur ont tout piqué. C’est totalement ironique mais très sérieux, puissant et magistralement étudié.

An Introduction to… Laibach est donc un disque essentiel pour découvrir la musique et la philosophie de Laibach et il offre un éventail d’une discographie aussi pléthorique que labyrinthique. Seule ombre au tableau : les absences de deux titres majeurs du groupe "In the Army Now" de Status Quo et "Sympathy For The Devil" des Rolling Stones où les paroles de Jagger, "But what’s confusing you, is just the nature of my game" n’ont jamais aussi bien sonné…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Wat de Laibach
La chronique de l'album Spectre de Laibach

En savoir plus :
Le site officiel de Laibach
Le Myspace de Laibach
Le Facebook de Laibach


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=