Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La machine à explorer le temps
Théâtre de l'Alhambra  (Paris)  octobre 2012

Conte musical d'après l'oeuvre éponyme de H.G. Wells, mise en scène de Sydney Bernard, avec Avec Sydney Bernard et Thierry Le Gad.

Voilà un spectacle qui aurait plu au roi de l'illusion Robert Houdin et à son disciple inventeur de la fiction cinématographique, Georges Méliès. Un spectacle placé sous le signe de l'imagination, de la poésie et de la féerie.

Après avoir adapté "Vingt mille lieues sous les mers" de Jules Verne, Sydney Bernard s'attaque ici à un autre chef-d'oeuvre de la littérature d'anticipation, "La machine à explorer le temps" de H.G. Wells.

Attention ! Dans ce projet singulier, il ne s'agira pas de reconstituer le roman scènes par scènes, avec notamment la découverte des Morlocks, les terrifiants vampires qui peuplent la Terre en l'an 802 701, date où l'explorateur arrêtera sa merveilleuse machine. Non. Sydney Bernard a pris le parti, risqué sur le papier mais totalement réussi sur la scène, d'emmener le spectateur lire le roman de Wells avec lui.

Le principe est donc de créer l'ambiance pour que de son siège le spectateur participe à la lecture de Wells. Deux personnages, le narrateur joué par Sydney Bernard et l'explorateur interprété par Thierry Le Gad sont dans le décor futuriste du roman de Wells, vont et viennent dans cette structure impressionnante, se doublent et se dédoublent, et décrivent ce qu'ils voient.

C'est au spectateur d'imaginer le hors champ comme s'il était en train de lire. À la différence qu'ici, il est mis en condition avec des effets qu'il serait vulgaire d'appeler spéciaux et qui méritent d'être qualifiés de féeriques.

Tout commence par un tableau noir débordant d'équations, celles censées inventer dix ans avant Einstein une théorie digne de la relativité. Quand le tableau s'ouvre laissant la machine décoller vers le rêve, c'est un noir tourbillon vidéo de symboles mathématiques qui remplit l'espace. Pendant cette plongée à 800 millénaires du vingtième siècle, nos deux aventuriers installent une espèce de bâche qui va recouvrir l'espace scénique...

C'est en fait une structure gonflable d'une grande ingéniosité et d'une grande beauté, qui prendra bientôt des formes évolutives, créant à l'envi des collines ou des palais, une structure alternant les pleins et les déliés et sur laquelle nos explorateurs grimperont ou descendront, iront et viendront, pratiqueront même l'escalade.

Ce décor gonflable ne sera pas inerte mais vivant et surtout parcouru par des jeux de couleurs, des ambiances alternant sérénité et angoisse, lumière et obscurité, avec des formes toujours originales et esthétiquement réussies.

Il faut vraiment souligner qu'on est sous la houlette de Sydney Bernard devant un travail collectif où s'agrègent bien des talents, comme celui de Patrick Chemin (décor), de Laurent Fallot (lumière) et de Loïc Le Cadre (vidéo et décors sonores). Sans oublier la musique du Chapelier fou parfaitement adapté au séjour du disert narrateur et du sympathique professeur moustachu dans un avenir aussi fascinant qu'inquiétant.

Un spectacle qu'on conseillera fortement à tout le monde, et particulièrement aux enfants dès sept ou huit ans, à condition qu'ils soient curieux et ouverts à d'autres propositions que la "magie Disney".

"La machine à explorer le temps" sera ainsi une extraordinaire contre-proposition. Comme leurs parents, ils ne devraient pas regretter cette exploration. Il est aussi fort possible qu'elle leur donne envie de découvrir le roman.

Encore une raison de partir sans crainte pour cette belle exploration du temps et de l'imaginaire... Sans oublier un effet final qu'on ne révèlera pas, mais qui sera à coup sûr... décoiffant !

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 mai 2022 : En mai cultive toi comme il te plaît

Après une belle soirée en compagnie de KATEL vendredi, le replay est ici, c'est reparti pour une semaine d'actualité culturelle vue par nos chroniqueurs en attendant la déjà 48eme Mare aux Grenouilles en direct samedi !

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Odyssée - Une histoire pour Hollywood" au Théâtre de la Colline
"Nous, l'Europe, banquet des peuples" au Théâtre de l'Atelier
"Penthésilé.e.s amazonomachie" au Théâtre de la Tempête
"Skylight" au Théâtre du Rond-Point
"Encore plus, tout le temps, partout" au Théâtre de la Bastille
"L'Epopée d'un buveur d'eau" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"La Maladie de la Famille M." au Théâtre de la Reine Blanche
"Montaigne - Les Essais" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Scum Rodéo" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Frustrées" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Guy Carlier" au Théâtre des Mathurins
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"HEY ! Le dessin" à la Halle Saint-Pierre
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"La femme de mon frère" de Monia Chokri

"Mutum" de Sandra Kogut
"Party Girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
"Naissance des pieuvres" de Céline Sciamma
"Tu mérites un amour" de Hafsia Herzi
et dans la série Oldies but goodies :
"La Passante du Sans-Souci" de Jacques Rouffio
"Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=