Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Godspeed You! Black Emperor
La Condition Publique  (Roubaix)  samedi 3 novembre 2012

Ah l'espace ! Vaste sujet. Au sens propre et figuré d'ailleurs... Si bien que tout cela se pointe du doigt. C'est vulgaire, parait-il. Pourtant c'est essentiel. Question de repaire, d'emplacement, de lignes, bien qu'imaginaires. Tout cela rassure, il semblerait même que l'on appelle ça une bonne étoile. Parfois à tort, qui sait ? Finalement n'annonce-t-on pas la fin du monde prochainement, causée par des cataclysmes eux-mêmes causés par des pluies d'astres, de météorites ?

Sous cette constellation métaphorique, imprévisible mais quasi religieuse, la lumière reprend vie pour la première fois depuis 10 ans. Roubaix, décrépi, terni d'une inquiétante rougeur, sera la nouvelle Jerusalem ce soir. L'apocalypse est proche, camarade ? Crevons donc ensemble. La Condition Publique sera un purgatoire, dans lequel une foule de convertis est venue se ressourcer auprès de ses élus, de ses apôtres, pour décrypter le message. Le secteur est sectaire, les gourous sont là.

Deux écrans diffusent donc la bonne parole au sein de la paroisse : "Hope" crient-ils, dans un déchirement d'images à la pellicule martyrisée et torturée par le noir et le blanc du super 8. Le vaisseau décolle par un drone, l'aspect lancinant proposé par le groupe est essentiel, il ne quittera jamais l'espace au cours des deux heures et demie de concert.

La musique de Godspeed You! Black Emperor est une musique qui prend son temps, c'est un voyage initiatique qui passe par l'esprit de manière progressive. D'ailleurs, car la question se pose, peut-on ici parler de rock progressif ?

Les plages sont longues et peuvent être assimilées à des compositions dites classiques qui évoluent en différents mouvements. Pourtant, la dimension atteinte est à la limite de la musique contemporaine minimaliste, notamment sur les transitions entre les morceaux, basées sur des drones ambiants, qui créent une tension oppressante au dramatisme évident et exacerbé. Débarrassé alors de contraintes techniques et de vélocité, il semblerait que l'on appelle ça du post-rock. La virtuosité prend alors le dessus dans toute sa splendeur, de manière brutale, radicale, sans jamais atteindre la masturbation musicale tant redoutée dans ce genre d'exercice.

La musique de Godspeed n'en reste pas moins pauvre, bien au contraire. Comme dit précédemment, elle évolue en un constant mouvement perpétuel riche et varié, elle passe du heavy à la musique ambiante, de la musique tribale à la musique atonale, du psyché au doom. Au final tout cela ne serait-il pas du punk, de l'anarchie, du nihilisme à son paroxysme ?

L'ambiance dans la salle est incroyable, indescriptible, comme la musique qui y est présentée, tout le monde est scotché et ferme les yeux, lévite. Les plus mélomanes reconnaîtront dans la set list "Mladic" du dernier album 'Allelujah ! Don't bend ! Ascend ! en véritable ouverture, suivi de "Storm" du disque Lift Your Skinny Fists Like Antennas To Heaven. En guise de rappel, les plus sereins distingueront "East Hastings" (dont le thème hantait les images du 28 Days After de Danny Boyle) du "premier" album, f# a# ∞ (le premier vrai opus de GY!BE étant une cassette introuvable ayant pour nom All Lights Fucked on the Hairy Amp Drooling sortie en 1994 et limitée à 33 exemplaires).

Ce concert/groupe est indescriptible, il fallait y être, consciemment ou inconsciemment, sobre ou ivre. Il faudrait inventer un mot, du genre "Pyramidesque" pour en parler, car il n'en existe aucun d'adéquat.

Cette vague tentative de résumé provient de note prise pendant la chose, de manière subconsciente. Ce fut un peu comme un rêve irréel, un paradoxe donc. Et il parait que c'était énorme. Et comme tout bon rêve, impossible de m'en souvenir. Et même si ça manquait de vapeur, appelons ça la libération.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album 'Allelujah ! Don't bend ! Ascend ! de Godspeed You! Black Emperor
Godspeed You! Black Emperor en concert à Cabaret Sauvage (11 mai 2003)
Godspeed You! Black Emperor en concert à Cabaret Sauvage (13 mai 2003)
Godspeed You! Black Emperor en concert au Grand Mix (10 mai 2003)
Godspeed You! Black Emperor en concert à La Condition Publique (samedi 3 novembre 2012) - 2ème
Godspeed You! Black Emperor en concert au Festival La Route du Rock #23 (vendredi 16 août 2013)
Godspeed You! Black Emperor en concert à L'Aéronef (jeudi 16 avril 2015 )
Godspeed You! Black Emperor en concert à Condition Publique (dimanche 22 octobre 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de Godspeed You! Black Emperor
Godspeed You! Black Emperor sur le site de Constellation Records
Le Facebook de Constellation Records

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Sam Nolin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=