Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Superpoze - Wax Tailor & The Dusty Rainbow Experience
L'Aéronef  (Lille)  mercredi 14 novembre 2012

La cire, le tailleur et le trip-hop ne font parfois qu'un.

J'imagine déjà vos yeux interrogateurs. Moi-même, je n'aurais jamais imaginé un jour en parler, si ce n'est en jouant aux cadavres exquis. Pourtant, si je vous dis Wax Tailor ! Vous bondissez sûrement, tout en gesticulant et en proférant des remarques incongrues tel que Maisouimaisbonsangmaiscestbiensûr !

Dans la série trip-hop, je connaissais Tricky – check, Gorillaz – check, Björk – check, dernièrement Amon Tobin – check, et quelques autres – check mais Wax Tailor ? "Mais comment ça ! Tu ne connais pas ? - Euh non pas trop". C'est donc quasi en béotienne que je me trouve ce soir-là à l'Aéronef parmi beaucoup de gens. "Pourtant, paraît-il, son nom pend aux lèvres de tous les fans du genre. - L'occasion d'expérimenter".

Alors ? How is my Tailor ?

My tailor est d'abord riche de mélanges musicaux. Bel et bien, on retrouve les fondements du hip-hop. Ne le dit-il pas lui-même ? Le dj à la tête d'ampoule a éclairé son génie musical en écoutant le hip-hop noir américain, le fondement. Et si my tailor s'appelle Wax, c'est que son outil de travail n'est autre qu'une rondelle de cire. Le hip-hop c'est donc lui, l'incarnation, le rôle central. A coup de cross économes mais bien placés, son scratch scotch les oreilles des avertis. My tailor me fait penser parfois à C2C pour le hip-hop – demi chek. Une sorte de chef d'orchestre qui aurait pour baguette une galette. Autour de lui, des satellites-musiciens tournent. Et c'est là que le trip-hop prend toute sa dimension. Une dimension orchestrale.

My tailor est riche de musiciens. Ma préférence tend vers la cro(a)quante siffleuse. Non pas parce qu'elle est jolie mais parce que la flûtiste n'hésite pas à offrir de longues improvisations légères et jazzy.

Mais c'est aussi un guitariste, une violoniste et un contrebassiste. Une belle brochette de vrais donneurs de sons. Et par dessus ce tout, my tailor y saupoudre des mots. Parfois ceux aiguisés et dynamiques de rappeurs.

Parfois ceux atmosphériques et trémolos susurre-doux de chanteuse comme la pulpeuse et pailletée Charlotte Savary. Un peu trop comédie musicale à mon goût. Du coup, cela me fait penser à Archive – check.

My tailor est riche de cinéma. Once upon a time. Le spectacle s'ouvre à la manière d'un conte. La voix toute particulière du vieux monsieur de la BBC, Don McCorkindal nous raconte, pendant que les images défilent, l'histoire d'un jeune garçon découvrant la musique.

Pièces par pièces, c'est finalement – à la lettre ? – le fruit de son dernier album concept  Dusty rainbow from the dark, que my tailor nous donne à (voir + écouter =) écoutoir ou voiouter. Ce petit garçon de my tailor me fait penser aux dessins de Gorillaz – check ou de Ek3kiel.

How is donc my tailor ? Dans sa cire musicale, cinéma, musique hip-hop, trip-hop, se mêlent donc pour donner une matière intéressante. Wax Tailor la sculpte même finement pour offrir un fil musical abouti, un spectacle bien rôdé. A la manière de Ez3kiel – check, il est de ce courant d'artistes qui construisent la musique avec les images. Et si le postulat de départ était de créer une presque bande-son, alors le pari est réussi. Les atmosphères sont efficaces. Mais l'ensemble me paraît peut-être un peu trop mollasson, un peu trop comédie musicale, un peu trop niais.

En première partie, le dj est d'une autre trempe. L'opposé extrême, même. Jeune caennais de vingt ans, Superpoze est considéré comme un petit génie montant, qui a déjà fait beaucoup parlé de lui dans ce grand monde de l'électro.

Comme il aime le déclarer, "il ne mixe pas, il fait du live !". A le voir tripatouiller comme un fou ces machines, on te croit !, on te croit ! Calm down petit ! Car il est vrai, Superpoze, à lui tout seul, pourrait passer au travers de la scène. Je ris, j'avoue, en repensant à ces gesticulations. Nul besoin de montrer tes touches, tes joujoux électroniques, petit !

Il faut faire abstraction de ce spectacle de marathonien de l'électro. Le challenge réussit, j'avoue, les morceaux en valent la chandelle. Les influences de ses pères sont encore toutes fraîches : Amon Tobin, Ez3kiel. Mais la manipulation rapide et méticuleuse de ses séquences choisies : des mots, des voix, des bruits, originaux, bizarres, envoûtants, explosifs, cristallins… bref sont aboutis sans couacs. Dans quelques années, il sera, qui sait ?, sur la list de la French Touch. A suivre…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Superpoze en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Vendredi
Superpoze en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Dimanche
Superpoze en concert au Festival Les Indisciplinées #8 (édition 2013) - 7 & 8 novembre
Superpoze en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2015 - mercredi 29 avril
La chronique de l'album In the mood for life de Wax Tailor
La chronique de l'album Dusty rainbow from the dark de Wax Tailor
Wax Tailor en concert au Festival Europavox 2006
Wax Tailor en concert au Festival FNAC Indétendances 2007 (vendredi)
Wax Tailor en concert au Fil (jeudi 11 mars 2010)
Wax Tailor en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
Wax Tailor en concert à la Salle du Canton (samedi 16 mars 2013)
Wax Tailor en concert au Fil (vendredi 12 avril 2013)
Wax Tailor en concert au Festival Jardin du Michel #9 (édition 2013) - vendredi et samedi
L'interview de Wax Tailor (mercredi 29 octobre 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de Wax Tailor
Le Myspace de Wax Tailor
Le Facebook de Wax Tailor
Le Bandcamp de Superpoze
Le Myspace de Superpoze
Le Facebook de Superpoze

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Rachel Debrincat         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=