Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le naufragé
Théâtre de la Bastille  (Paris)  novembre 2012

Texte de Thomas Bernhard dit par Armel Veilhan dans une mise en scène de Joël Jouanneau.

Pour entrer dans l’œuvre littéraire de Thomas Bernhard, "Le naufragé" est sans doute le roman idéal. Pour une fois, le narrateur ne peut être confondu avec l’auteur. La verve, le pessimisme noir, les sarcasmes de l’écrivain autrichien ne sont pas seulement au service d’un exercice de style destructeur en forme de critique radicale de l’humanité.

Ici, le narrateur revient sur le suicide d’un de ses amis, Wertheimer, et en recherche les causes dans leur jeunesse commune.

En compagnie de Glenn Gould et de Weithermer, il était en effet un des élèves du célèbre pianiste Horowitz. Tous trois virtuoses, tous trois assoiffés d’absolu, tous trois promis à des carrières brillantes… Le hic, c’est que Glenn Gould écrasait les autres de son génie musical, leur rendait impossible le rêve d’atteindre l’inaccessible.

Ne leur restait qu’une solution : renoncer aux notes et sombrer dans les mots. Chose d’autant plus pénible qu’ils voyaient dans le même temps Gould s’enfermer dans l’autisme de son génie, n’en faire qu’une monomanie somptueuse.

Bref, dans "Le naufragé", Thomas Bernhard montre combien la folie rôde autour de la création, lui tient lieu de double et la nourrit fatalement.

Pour s’emparer de ce texte et le mettre en scène, Joël Jouanneau a choisi la simplicité et la limpidité. Pas question de se laisser enfermer dans les heurts, les cris, les ratiocinations chers à Bernhard.

Quand il pénètre sur la scène, Armel Veilhan est un homme normal qui arrive la casquette sur la tête. Sur le ton de la conversation, n’élevant la voix que pour souligner quelques mots ou quelques expressions, il va revenir sur le suicide de son ami Weithermer.

Dans le carré noir entouré d’une ligne blanche qui lui sert d’espace, en enlevant sa veste ou en la remettant, en jouant avec un médaillon pris sur le piano posé sur la droite de la scène, il parle avec aisance, étonnamment concentré sur un texte tout sauf facile à dire. On a la réelle impression que la pensée de Bernhard s’écoule naturellement en lui comme s’il la restituait sans l’avoir apprise.

Dans cette belle performance, Armel Veilhan peut se jouer d’un sourcil des aléas théâtraux comme un toussotement, un portable intempestif, ou jeter un petit coup d’œil curieux aux spectateurs indélicats que son récit captivant ne séduit pas.

Pianiste défroqué à l’instar de Weithermer, Veilhan peut également se permettre ce qui sur le papier aurait tout lieu d’un pléonasme : il ouvre le piano et coupe son récit pour jouer quelques minutes avec un beau doigté. Attention, il ne sera pas question de planter quelques accords des "Variations Goldberg". Armel Veihan préfère jouer une œuvre moderne d’une grande sérénité composée par le Japonais Toru Takemitsu.

C’est ce sentiment de sérénité, de bien-être, qui se dégage de cette interprétation formidable du "Naufragé". Pouvoir associer Thomas Bernhard et sérénité intriguera ceux qui connaissent bien l’œuvre du dramaturge autrichien, mais l’adaptation de Joël Jouanneau justifie magistralement cette relecture étonnante et passionnante.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=