Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Daphné
Treize chansons de Barbara  (Naïve)  octobre 2012

S'il est une artiste qui a accompagné mon adolescence, c'est Barbara. Une époque où je voyageais de Boby Lapointe vers Boris Vian vers Brel et Brassens puis Nougaro, elle est restée sur le podium avec des chansons que je connais encore par cœur, que je reprends à tous les arrêts de bus du passé et du présent des villes de Province où il faut savoir patienter des minutes et tant et plus. Alors : "Il pleut sur Nantes et je me souviens, le ciel de Nantes rend mon cœur chagrin…".

Il y a aussi ce souvenir d'une émission hommage de Macha Béranger quand elle œuvrait en nocturne sur France Inter et que des personnes seules, des jeunes hommes témoignaient la gorge nouée de la beauté lumineuse des chansons de Barbara, de ses visites dans les prisons dans les hôpitaux, de sa solidarité des condamnés (alors, sans espoir) des malades du Sida : "Si s'aimer d'amour, c'est mourir d'aimer, ils sont morts d'amour, sida condamnés…". Barbara, l'amour, la mort, la vie qui s'écoule avec ses heurts, ses plaisirs et ses extases sensuelles : de quoi éduquer les enfants et consoler ceux et celles qui restent encore des enfants, dans leurs rêves et leurs combats. Résolument à côté des faibles qu'elle gracie (les condamnés à mort "Si la photo est bonne"), qu'elle protège (les immigrés "Mes hommes"), face à la société – juge – répressive – assassine.

Barbara, la silhouette sombre qui enroulait vos sentiments en poète. Née en 1930, elle aurait aujourd'hui 82 ans, on imagine aisément quels auraient été ses combats… tellement semblables : le droit d'aimer entre personnes du même sexe, de religions ou de générations (voire de classes sociales) différentes, dans toutes les positions, les mises en scène ; croire en l'enfance, au rachat de ses fautes ; contre les martyres d'enfants dans les conflits armés aussi bien qu'auprès de parents tarés. Un bon nombre à sa suite, en somme. Et bizarrement Barbara n'est pas tellement programmée ou reprise par les artistes à la Radio ou à la Tivi.

Si Daphné a accepté de dédier tout un spectacle puis un album de chansons à Barbara, nous ne pouvons que saluer son heureuse initiative. Elle a la voix claire, quand nous sommes habitués à la voix grave et voilée de Barbara. Les chansons gagnent en légèreté, c'est-à-dire qu'elles perdent un peu en mystère : qu'en est-il de ces messes païennes, de cette lave de feu, de ses colères rentrées et de ces basculements charnels ? Peut-être que l'époque a changé, que les artistes sont davantage des filles – princesses que des femmes-sorcières telle Calypso qui retient Ulysse à sa couche. La sélection de Daphné est sans surprise, les titres les plus connus sont là : "Une petite cantate" (rappelez-vous dans Camille redouble quand Yolande Moreau, Michel Vuillermoz et Noémie Lvovsky la chantent doucement), "Au bois de Saint-Amand", "Si la photo est bonne", "Ma plus belle histoire d'amour" et des duos inattendus : "Dis, quand reviendras-tu ?" avec Benjamin Biolay, "Göttingen" avec Jean-Louis Aubert, "La dame brune" avec Dominique A… bien, bien.

Benjamin Biolay place sa voix un peu au hasard, Jean-Louis Aubert qui avait écrit pour Barbara a pris la voix de Buzy (j'ai mis longtemps à le reconnaître et j'aimais assez l'idée que Buzy participe au disque, pfff… déçue), Dominique A dans la partition de Georges Moustaki… guère piquant. La liberté du disque est peut-être à rechercher dans la production de David Hadjadj dans ses cordes, claviers et sons de jouets.

Daphné a rempli son contrat, mettre en lumière le talent de Barbara et nous espérons que les plus jeunes vont être curieux de découvrir l'artiste originale, ses chansons et toucher ses drames qui sont les leurs : quoi de plus punk que d'écrire : "à mourir pour mourir je choisis l'âge tendre, j'aime mieux m'en aller du temps que je suis belle, qu'on ne me voie jamais faner sous ma dentelle...", "j'ai tout essayé, j'ai fait semblant d'y croire, je reviens fatiguée et j'ai le désespoir".

Allez-y voir de plus près, au-delà des statues de cimetière. Je m'adresse bien sûr à ceux et celles que l'époque a tendance à désoler.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album L'émeraude de Daphné
La chronique de l'album Carmin de Daphné
La chronique de l'album Iris Extatis de Daphné
Daphné en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (vendredi)
Daphné en concert au Festival Mythos 2005
Daphné en concert au Café de la Danse (30 avril 2005)
Daphné en concert au Festival FNAC Indétendances 2007 (vendredi)
Daphné en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mercredi)
Daphné en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - samedi

En savoir plus :
Le site officiel de Daphné
Le Myspace de Daphné
Le Facebook de Daphné


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=