Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ben Gibbard - Aaron Espinoza
Café de la Danse  (Paris)  mercredi 5 décembre 2012

Public conquis à Ben Gibbard. En attendant, la première partie est assurée par Aaron Espinoza, leader du groupe Earlimart, en solo également. Accompagné d’une guitare et de pédales de loops et d’effets, on se perd un peu dans tout ça et le public n’y est pas, à part les connaisseurs qui apprécient le troisième morceau, "Heaven Adores You", hommage à Elliott Smith. Malgré tous ces effets, il lui manque tout même une énergie de groupe. Aaron parle beaucoup de son ami Ben Gibbard, qu’il supplie de revenir vivre à Los Angeles pour qu’ils se voient plus. Moi aussi, j’aimerais le voir plus…

Après un changement de plateau de 20 minutes, Ben Gibbard entre en scène à 21h. Il ouvre le bal avec "Shepherd’s Bush Lullaby" qui ouvre également son album solo Former Lives, a capella dans les deux cas. Ecoute religieuse à la première seconde.

Il poursuit avec deux morceaux du même album, "Lily" et "Oh Woe" et donne la note de ce soir : il jouera seul avec une guitare, sans effet. Un piano noir derrière lui, j’attends impatiemment le moment où il y prendra place.

Ben Gibbard est certes là pour promouvoir son album, mais il n’en oublie pas moins les fans de la première heure, autrement dit, les fans de Death Cab For Cutie et de The Postal Service, en offrant "Such Great Heights" que certains entonnent déjà.

Vient ensuite le sublime "Willamine" de l’album One Fast Move or I’m Gone (2009), collaboration avec Jay Farrar pour un film documentaire du Jack Kerouac. Retour en 2003 avec "Title & Registration" de l’album Transatlanticism. Ben annonce ensuite une chanson sur l’insomnie, "Dream Song" extraite de Former Lives, et réalise qu’il a écrit beaucoup de morceaux sur ce thème.

Puis il y a "Cath" et "Grapevine Fires", parmi les meilleurs morceaux de l’album Narrow Stairs, avec entre les deux "When The Sun Goes Down On Your Street", chanson qui n’est pas sortie sur CD. Poursuite de la promo de son album solo avec "Lady Adelaide" qui n’a toujours pas trouvé l’amour et "Something’s Rattling", originairement "Cowpoke", un vieux standard de la musique country dont Ben changé les paroles. Il en plaisante même : "Les cow-boys sont si Américains !". S’ensuit "One Fast Move or I’m Gone" et Ben quitte provisoirement sa guitare pour s’installer au piano. Enfin !

Et ça en valait la peine, à commencer par un des plus beaux morceaux de Death Cab For Cutie, "Passenger Seat" (sur l’album Transatlanticism). Seul à la guitare ou au piano, il a une présence et une énergie folles, je ne ressens même pas le manque d’autres musiciens. Quelqu’un du public tente de taper ses mains en rythme mais Ben en est presque perturbé. Il est également très agréablement surpris par le public assis en tailleur dans la fosse et très attentif (je pense qu’une trentaine de personnes est repartie avec un torticolis, ce soir).

L’interlude piano se poursuit avec "Duncan Where Have You Gone" de Former Lives, "Unobstructed Views", seul titre de la soirée extrait de Codes and Keys, le dernier opus de Death Cab For Cutie. Ben aime bien faire des reprises. Si, il y a quelques années, il surprenait au second degré avec Avril Lavigne ou Cyndi Lauper, c’est plus sérieusement qu’il interprète "Linger On Pale Blue Eyes" du Velvet Underground. La partie piano se termine avec "Soul Meets Body" (Plans). Ben reprend alors la guitare et pris soudain d’autodérision, se moque de sa chemise à carreaux  (et de celle de son prédécesseur sur scène) : "Avec nos chemises, on croirait qu’on fait partie d’un groupe de reprises de Neil Young. J’aime beaucoup Neil Young, je pourrais être dans le Crazy Horse, mais je serais le mec conservateur de Crazy Horse. Mais j’y peux rien, c’est mon style".

"Teardrop Windows" (Former Lives), "Crooked Teeth" (Plans) et "The District Sleeps Alone tonight" (The Postal Service) finissent cette première partie. En revenant, Ben parle de son amour pour Paris et est ravi d’en faire la dernière étape de cette tournée européenne avec Aaron Espinoza, mais est frustré de n’avoir vu que des trains et des gares s’enchaîner. On peut prendre "You Remind Me of Home" (Home EP) pour soi, tellement il a l’air de se sentir bien.

Après le drôle "Hard One to Know" (Former Lives), Ben se prend les pieds dans le tapis en essayant d’annoncer le titre suivant : "Le prochain morceau parle de… Hum. Je suis un très grand fan de Simon & Garfunkel, j’ai tous les albums, des enregistrements lives… et à chaque fois on voit Art Garfunkel qui parle des chansons et les explique alors qu’il n’a jamais rien écrit. C’est Paul Simon qui a tout fait ! Mais j’aime bien Garfunkel quand même. Bref, j’essaie de vous présenter un morceau en vous expliquant ce que faisait un autre gars… je devrais me taire". Et il fait bien de se taire vu ce qui suit : un troisième morceau de The Postal Service, "Recycled Air" sur lequel certains fans chantent le "papapapapapapapa…".

On termine avec le tube attendu de l’album Plans, "I Will Follow You Into the Dark". Le public est tellement à l’écoute que personne n’ose chanter réellement. Tout le monde chuchotte et c’est assez plaisant ainsi (en plus de nous épargner les voix fausses). C’est vraiment fini cette fois, une standing ovation ne le fera pas revenir, mais le rendez-vous est déjà pris pour plus tard. Pour ceux qui y prêtent attention, il a repris du poids, s’est coupé les cheveux comme avant. Il n’a pas repris ses lunettes mais le divorce lui va bien.

Je ressors des étoiles dans les yeux, et les quelques frissons qui me parcourent encore le corps n’ont rien à voir avec l’hiver parisien. Merci Monsieur Gibbard. See you soon !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Treble & Tremble de Earlimart

En savoir plus :
Le site officiel de Ben Gibbard
Le Facebook de Ben Gibbard
Le site officiel d'Earlimart
Le Myspace d'Earlimart
Le Facebook d'Earlimart

Crédits photos : Jasmina Vulic


Jaz'         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=