Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lisa Portelli
La Maroquinerie  (Paris)  samedi 15 décembre 2012

Tandis que la pluie innonde les rues de Ménilmontant, nous arrivons en ce samedi soir dans la salle de la Maroquinerie dans laquelle nous constatons que le déluge de l'extérieur se voit à l'intérieur, une belle fuite d'eau venant du plafond et glissant le long des éclairages arrose copieusement le centre de la salle.

Fort heureusement, la pluie cessant, la fuite en fait autant et le concert peut commencer presque normalement dans une Maroquinerie déjà bien remplie pour un début de soirée.

Les gens sont sagement assis et arrivent sur scène Lisa Portelli et son guitariste Yann Féry, chacun situé de chaque côté de la scène, laissant la place dans l'espace central à un grand écran.

Sur cet écran sera projeté Prises de vie, un film présentant au travers d'un montage d'images d'archives la vie de Pierre Guenoun pendant 10 ans. Rien de spectaculaire, au contraire. Des moments entre amis (beaucoup), des enfants, des rires, des filles, juste quelques moments qui ont été immortalisés à l'époque et qui sont là comme un témoignage sans pour autant apporter forcément un regard pertinent, simplement des instants qui, sur le moment, semblaient importants d'être filmés et qui, au final, doivent représenter pas mal de moments similaires dans nos propres vies.

De part et d'autre de l'écran officient donc Lisa Portelli et Yann Féry. Discrets, l'un utilise un sampler et une guitare, l'autre une guitare et sa voix, presque un murmure pour poser sur ces images non pas des mots, ni même des mélodies pop, mais des ambiances, des émotions qui viennent donner vie à ce film muet. C'est étrange et étonnant, original et la surprise passée, captivant pour peu que vous vous laissiez porter sans aller chercher trop loin un concept qui n'existe pas. Des émotions, voilà tout.

Rapide changement de scène pour la suite. On plie l'écran. On balaie l'eau qui continue d'inonder le parterre et le public se lève, remplissant joliment la salle. Sur une scène épurée (Benjamin Vayron, batteur sur la droite, guitariste à gauche et Lisa Portelli au centre, pas un seul ampli, relégués sur les côtés) arrive donc le trio, timide et traqueur pour cette dernière date de la tournée associée à l'album Le Régal. Ça démarre gentiment avec "Vaste Vague" mais on voit rapidement que le batteur et le guitariste maîtrisent leur sujet, même si parfois on aurait aimé plus de nuances dans le jeu de batterie comme ce fut le cas plus tard sur "En sueur".

Lisa Portelli est pleine d'appréhension, peut-être de doutes aussi, plaisantant sur la faible billetterie du concert au profit d'invitations venues aider au remplissage. Mais qu'importe, des concerts elle en a fait d'autres et des bien remplis, ici on est effectivement entre amis et entres fans, où est le mal ? Il ne faut pas longtemps pour que Lisa reprenne de l'assurance, les morceaux s'enchaînent alternant titres très rock avec des guitares très puissantes (et Lisa Portelli n'est pas la dernière à faire entendre sa belle Fender) et chansons plus intimistes.

Une constante, en fait deux : les très élégants textes, pleins de finesse et loin de la chanson française pompier, et la voix, à la fois fragile et déjà bien affirmée dans un style tout à elle (d'aucun diront qu'il y a quelques choses de Vanessa Paradis en elle, mais cela tient peut-être plus à son beau sourire qu'à son style musical.

Les morceaux s'enchaînent vite et le set semble bien court. Lisa Portelli tente quelques gentils mots avec le public mais sa timidité et sans doute l'émotion de la dernière date ont raison d'elle ("merci d'être là, c'est la dernière date après deux ans de tournée et... je sais pas") et paradoxalement lui donnent un charme fou.

Le set sera parsemé de quelques bonus comme l'arrivée sur scène du batteur suppléant, Nicolas Rajaonarisoa, qui a également tourné avec elle et qui viendra renforcer la section rythmique (dépourvue de basse par ailleurs, c'est assez rare et ça ne manque aucunement), ou ce chœur de jeunes filles rencontré au début de sa tournée et venu logiquement pousser la chansonnette sur cette dernière date. Anecdotique mais tout à fait amusant.

On oublie trop souvent qu'un concert véhicule des émotions avant d'apporter à tout prix du spectaculaire et pour le coup c'est réussi. Il suffit de voir le public danser, taper des mains et sourire à pleines dents pour s'en convaincre.

Lisa Portelli glissera quelques titres solo guitare-voix comme elle l'avait fait pour sa Froggy's session. Elle jouera d'ailleurs "En sueur" et "Sombrer" (pour laquelle elle justifie que Dieu peut être même une chaussure... n'empêche que ça jette un léger froid dans le public son histoire de grenouille de bénitier. Pourtant, la chanson est superbe et touchante).

Avant de terminer sur le très éthéré et non moins magnifique "Dans l'air", le trio reprendra "L'au-delà" de Jean-Louis Murat tentant vainement de faire chanter un public très majoritairement ignorant de l'existence de l'auvergnat. Qu'importe, la reprise est réussie même si la tentative d'imitation des petits cris inimitables de Murat était superflue.

Jeune et jolie, Lisa Portelli est loin des stéréotypes du genre. Elle sait bigrement bien écrire des chansons, très poétiques, et sait tout aussi bien faire gronder sa guitare. En espérant ne pas trop attendre le prochain album qui lui aussi devrait être "Un Régal". Quoi qu'il en soit, on peut désormais le dire : concert pluvieux, concert heureux.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Le Régal de Lisa Portelli
La chronique de l'album La Nébuleuse de Lisa Portelli
Lisa Portelli en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 23 juillet 2010)
Lisa Portelli en concert à L'Alhambra (mercredi 24 novembre 2010)
Lisa Portelli en concert à Ben Mazué - Namasté - Lisa Portelli - Twin Twin (mardi 1er février 2011)
Lisa Portelli en concert au Festival international de la chanson de Granby 2012 (44ème édition) - vendredi 14 septembr
Lisa Portelli en concert au Festival international de la chanson de Granby 2012 (44ème édition) - jeudi 13 septembre
L'interview de Lisa Portelli (mardi 27 novembre 2012)

En savoir plus :
Le site officiel de Lisa Portelli
Le Facebook de Lisa Portelli

Crédit photos : Olivier Olivar (Toute la série sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Lisa Portelli (27 novembre 2012)


# 22 novembre 2020 : Le Froggy's Nouveau

L'arrivée du Beaujolais nouveau sera moins festive qu'à l'habitude cette année. Qu'à cela ne tienne la nouvelle édition de Froggy's Delight et le replay de la nouvelle Mare Aux Grenouilles est là pour vous tenir chaud ! Voici le programme :

Du côté de la musique :

"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

et toujours :
"Pursue a less miserable life" de Saffron Eyes
"Reborn" de Aldo Romano
"Dear mademoiselle" de Astrig Siranossian
"Lignes futures" de Brazzier
"Song machine, season one : Strange timez" de Gorillaz
"Mémoire d'un enfant de 300 000 ans" de Imbert Imbert
"Perspectives & avatars" de Laura Perrudin
"Aux amis qui manquent" la 4eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Frédéric Chopin" de Roustem Saitkoulov
"Beethoven, un nouveau manifeste" de Simon Zaoui
"Any day now" de The Brooks

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Douze Hommes en colère" de Reginald Rose
"Phèdre!" par François Gremaud
"La Dame de chez Maxim" de Georges Feydeau
"Comme s'il en pleuvait" de Sébastien Thiéry
"La journée de la jupe" de Jean-Paul Lilenfeld
"Hier est un autre jour" de Sylvain Meyrac et Jean-François Cros
"10 ans de mariage" d'Alil Vardar
"Ils s’aiment" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"Le Professeur Rollin se re-rebiffe" de François Rollin
et un malicieux air d'opéra avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir l'exposition commentée "Soleils Noirs" au Louvre-Lens
en virtuel :
"Miro "Bleu I, Bleu II, Bleu III" au Centre Pompidou
"Gregory Crewdson - An Eclipse of Moths" à la Galerie Templon
voir ou revoir l'exposition "Les costumes font leur show !" au Centre national du costume de scène à Moulins
parcourir les collections de la National Gallery of Denmark à Copenhague
du Palais de Schönbrunn à Vienne
du Museu Imperial de Petropolis au Brésil et en Thaïlande
et du Museum of Contemporary Art à Bangkok
et "Les petites histoires des chansons coquines" du Musée de la Sacem

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Les bien-aimés" de Christophe Honoré
"L'exercice de l'Etat" de Pierre Schoeller
"Jimmy Rivière" de Teddy Lussi-Modeste
"Peur de rien" de Danielle Arbid
"The Bookshop" de Isabel Coixet

Lecture avec :

"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud
et toujours :
"Histoire politique de la roue" de Raphael Meltz
"Inépuisables" de Vivian Gornick
"Kudos" de Rachel Cusk
"Se cacher pour l'hiver" de Sarah St-Vincent
"Histoire navale de la seconde guerre mondiale" de Craig L. Symonds

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=