Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Une Estonienne à Paris
Ilmar Raag  décembre 2012

Réalisé par Ilmar Raag. France / Belgique / Estonie. Drame. 1h34. (Sortie 26 décembre 2012). Avec Jeanne Moreau, Laine Mägi et Patrick Pineau.

Voilà ce qu'il ne faut pas avoir honte d'appeler un joli film, un de ces films que l'on quitte avec un vrai sourire et le sentiment d'avoir bien fait de le choisir.

C'est aussi sans doute ce que doit se dire Jeanne Moreau qui trouve dans le personnage de Frida un de ses plus beaux rôles depuis "Cet amour-là" où elle interprétait Marguerite Duras.

Et pourtant, tout semblait mal commencer au cœur d'une Estonie bien proche de la Finlande des Kaurismaki, avec alcooliques qui rendraient belge Depardieu et ambiance grisâtre qui ferait paraître un paradis la proche Lituanie.

Heureusement pour l'héroïne, Anne, malmenée entre une mère mourante et un environnement d'une tristesse encore plus opaque, les scénaristes d'"Une Estonienne à Paris" avaient d'autres vues pour elle. Et c'est direction le Paris des beaux quartiers, à quelques centaines de mètres du Trocadéro et de la Tour Eiffel, qu'ils l'ont dirigée.

Bien leur en a pris : c'est dans le grand appartement d'une vieille dame bougonnante, irascible, sans appétit mais à la voix péremptoire - bref, Jeanne Moreau au mieux de sa forme - que le destin de cette élégante quadra-quinqua blonde, jouée par Laine Mägi, va bifurquer.

Infirmière, dame de compagnie, observatrice des petits riens et des grands mystères qui entoure le couple que forme désormais en pointillé Frida et Stéphane (Patrick Pineau), Anne va tout doucement à la découverte des êtres, des choses et des lieux de sa nouvelle vie. Une vie nouvelle qui peut s'achever sur un mot de travers par un retour en Estonie et dont elle profite donc à petits pas étonnés dans ses promenades parisiennes timides et solitaires.

Mais, sans rien dévoiler, "Une Estonienne à Paris" est un récit empreint de mélancolie et de nostalgie, pas un drame qui finit mal. Jeanne Moreau, même si elle joue les bravaches, n'est pas une Tatie Danielle qui a rompu avec son passé estonien. Si elle est rude avec Anne, c'est qu'elle est une vieille dame libre qui fait semblant d'être rétive à la bienveillance. Objet de scandale pour un tout petit milieu estonien réactionnaire et bien-pensant, c'est quelqu'un qui a été libre dans sa vie et dans ses amours et qui se donne maintenant le temps d'être apprivoisé, à la grâce d'un bon croissant issu d'une vraie boulangerie.

L'irruption de cette Estonienne, qui se reconstruit paradoxalement en encaissant les coups qu’elle lui porte, va opportunément permettre à Frida de transmettre son dernier amour, de ne pas le gâcher dans le ridicule et dans les affres de la grande vieillesse qui approche. C'est avec un grand tact que le réalisateur réussit à esquiver toutes les mauvaises pensées et arrière-pensées qui pourraient venir quand s'esquisse une nouvelle combinaison amoureuse qui n’a rien de factice.

Film tout à son sujet, "Une Estonienne à Paris" ne manque pas de qualités esthétiques et sait, par exemple, très bien exploiter le grand appartement de Jeanne Moreau où se déroule l'essentiel de l'action.

On soulignera la prestation toute en finesse slave de Laine Mägi, qu’on n’aimerait pas seulement de passage dans le cinéma français, et celle de Patrick Pineau, assumant magnifiquement son rôle d'ancien Harold toujours préoccupé pour sa Maud déclinante.

On ne pourra que terminer en réaffirmant qu' "Une estonienne à Paris" d’Ilmar Raag donne à Jeanne Moreau, à Jeanne la Française, divin monstre sacré et sacré monument national, un très beau rôle à sa mesure. Toujours juste, elle y est subtile, pleine d'humanité. Parfaite, en somme.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=