Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Habitants
Alex van Warmerdan  décembre 2012

Réalisé par Alex van Warmerdan. Pays Bas. Comédie. 1h45. (Sortie 26 décembre 2012 - 1ère sortie 1995). Avec Jack Wouterse, Annet Malherbe, Leonard Lucieer, Rudolf Lucieer, Alex van Warmerdam et Loes Wouterson

Alex van Warmerdan, cinéaste néerlandais, appartient au cercle très fermé des réalisateurs qui ont un univers immédiatement identifiable, dans lequel on entre en un plan et dont on déplore qu’ils n’abusent pas de la pellicule.

En vingt-cinq ans, depuis "Abel", il n’aura tourné que sept films, creusant son sillon sans encombrer les médias ni les festivals, et laissant chez ses spectateurs le souvenir ému de beaux moments cinématographiques.

En 1986, lors de sa première sortie, plus de 40 000 amoureux d’un cinéma différent avaient été séduits par ces "Habitants". Ils y avaient trouvé des idées impertinentes qui n’allaient jamais jusqu’à la méchanceté, s’étaient délecté d’une poésie visuelle qui ne s’étalait pas pour qu’on l’admire, des trouvailles épatantes que le réalisateur avait l’élégance de faire passer pour des évidences, tout cela dans une ambiance gentiment surréaliste se moquant des corps constitués qui n’aurait pas déplu à Don Luis Bunuel

Alex van Warmerdan est avant tout un facétieux qui, à l’inverse d’un Jacques Tati, ne prétend pas dire des choses définitives, asséner des vérités cinématographiques en jouant avec une fausse modestie les simples observateurs du genre humain. Il aime les gens et aucun de ceux qu’il met en lumière, ne serait-ce que quelques secondes, n’est un objet de simple moquerie.

Chacun a ses raisons, ses douleurs, ses bassesses et ses grandeurs et pourra tour à tour les exprimer, qu’il soit boucher priapique ou facteur n’aimant annoncer que des bonnes nouvelles.

Alex van Warmerdan décrit une petite communauté qui vit dans une ville nouvelle, où les maisons sont construites géométriquement et disposent de grandes surfaces vitrées, à la manière d’une utopie du Bauhaus.

Au début du film, on découvre une grande pancarte à l’entrée du village incitant à venir s’installer là… Mais, la réalité apparaît vite : le lotissement a été un échec. Seule une rue centrale a été construite et les « Habitants » vivent au milieu de nulle part, près d’une forêt dont la présence est aussi incongrue que le reste.

S’en suit la description par petites touches de quelques personnages pris dans leurs fonctions sociales ou plutôt dans le simulacre de l’exercice de leurs métiers respectifs. Qui peut venir acheter quelque chose dans les commerces de cette unique rue ? D’où sortent ses nuées d’enfants que l’on croise sans cesse ?

C’est un peu le village des schtroumpfs ou du Prisonnier : il y a le boucher, le garde-chasse, le facteur, etc… Comme on n’est pas loin de la Belgique, arrivent, comme un cheveu sur la soupe, un jour des pères blancs revenus du Congo pour exposer un Noir dans une cage…

À ces relents années cinquante d’un colonialisme désuet s’ajoute une atmosphère conformiste, une religiosité diffuse qui aboutit au clou du film : la transformation miraculeuse de la bouchère en sainte…

L’étrange étrangeté qui parcourt le film d’Alex van Warmedan n’est jamais inquiétante. Au contraire de ces films se réclamant du surréalisme qui énervent le petit cartésien qui sommeille en chacun, "Les Habitants" est une œuvre qui amusera même ceux qui se refusent habituellement au farfelu et au loufoque, aux collages et télescopages de hasard. C’est aussi une œuvre qui n’a pas pris une ride en vingt ans.

Alex van Warmedan vient de finir un nouveau film, "Camiel Borgman" qui devrait sortir en 2013. Si les sélectionneurs de Cannes s’apercevaient, pour une fois, qu’il y a un cinéma aux Pays-Bas et que cette cinématographie a produit un cinéaste exceptionnel, l’année à venir pourrait être celle du triomphe d’Alex van Warmedan, artisan modeste du septième art qui n’a jamais dû penser un instant qu’il était un grand cinéaste… Et pourtant !

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=