Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Habitants
Alex van Warmerdan  décembre 2012

Réalisé par Alex van Warmerdan. Pays Bas. Comédie. 1h45. (Sortie 26 décembre 2012 - 1ère sortie 1995). Avec Jack Wouterse, Annet Malherbe, Leonard Lucieer, Rudolf Lucieer, Alex van Warmerdam et Loes Wouterson

Alex van Warmerdan, cinéaste néerlandais, appartient au cercle très fermé des réalisateurs qui ont un univers immédiatement identifiable, dans lequel on entre en un plan et dont on déplore qu’ils n’abusent pas de la pellicule.

En vingt-cinq ans, depuis "Abel", il n’aura tourné que sept films, creusant son sillon sans encombrer les médias ni les festivals, et laissant chez ses spectateurs le souvenir ému de beaux moments cinématographiques.

En 1986, lors de sa première sortie, plus de 40 000 amoureux d’un cinéma différent avaient été séduits par ces "Habitants". Ils y avaient trouvé des idées impertinentes qui n’allaient jamais jusqu’à la méchanceté, s’étaient délecté d’une poésie visuelle qui ne s’étalait pas pour qu’on l’admire, des trouvailles épatantes que le réalisateur avait l’élégance de faire passer pour des évidences, tout cela dans une ambiance gentiment surréaliste se moquant des corps constitués qui n’aurait pas déplu à Don Luis Bunuel

Alex van Warmerdan est avant tout un facétieux qui, à l’inverse d’un Jacques Tati, ne prétend pas dire des choses définitives, asséner des vérités cinématographiques en jouant avec une fausse modestie les simples observateurs du genre humain. Il aime les gens et aucun de ceux qu’il met en lumière, ne serait-ce que quelques secondes, n’est un objet de simple moquerie.

Chacun a ses raisons, ses douleurs, ses bassesses et ses grandeurs et pourra tour à tour les exprimer, qu’il soit boucher priapique ou facteur n’aimant annoncer que des bonnes nouvelles.

Alex van Warmerdan décrit une petite communauté qui vit dans une ville nouvelle, où les maisons sont construites géométriquement et disposent de grandes surfaces vitrées, à la manière d’une utopie du Bauhaus.

Au début du film, on découvre une grande pancarte à l’entrée du village incitant à venir s’installer là… Mais, la réalité apparaît vite : le lotissement a été un échec. Seule une rue centrale a été construite et les « Habitants » vivent au milieu de nulle part, près d’une forêt dont la présence est aussi incongrue que le reste.

S’en suit la description par petites touches de quelques personnages pris dans leurs fonctions sociales ou plutôt dans le simulacre de l’exercice de leurs métiers respectifs. Qui peut venir acheter quelque chose dans les commerces de cette unique rue ? D’où sortent ses nuées d’enfants que l’on croise sans cesse ?

C’est un peu le village des schtroumpfs ou du Prisonnier : il y a le boucher, le garde-chasse, le facteur, etc… Comme on n’est pas loin de la Belgique, arrivent, comme un cheveu sur la soupe, un jour des pères blancs revenus du Congo pour exposer un Noir dans une cage…

À ces relents années cinquante d’un colonialisme désuet s’ajoute une atmosphère conformiste, une religiosité diffuse qui aboutit au clou du film : la transformation miraculeuse de la bouchère en sainte…

L’étrange étrangeté qui parcourt le film d’Alex van Warmedan n’est jamais inquiétante. Au contraire de ces films se réclamant du surréalisme qui énervent le petit cartésien qui sommeille en chacun, "Les Habitants" est une œuvre qui amusera même ceux qui se refusent habituellement au farfelu et au loufoque, aux collages et télescopages de hasard. C’est aussi une œuvre qui n’a pas pris une ride en vingt ans.

Alex van Warmedan vient de finir un nouveau film, "Camiel Borgman" qui devrait sortir en 2013. Si les sélectionneurs de Cannes s’apercevaient, pour une fois, qu’il y a un cinéma aux Pays-Bas et que cette cinématographie a produit un cinéaste exceptionnel, l’année à venir pourrait être celle du triomphe d’Alex van Warmedan, artisan modeste du septième art qui n’a jamais dû penser un instant qu’il était un grand cinéaste… Et pourtant !

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 juin 2022 : un festival de festivals

C'est parti pour la saison des festivals, de musique, de théâtre, de cinéma, de littérature.. tout est bon pour découvrir plein de belles choses pendant l'été ! Profitez-en.

Du côté de la musique :

"Garden Party" de Florent Marchet
"I had it all" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Spleen III" de Fleur du Mal
on découvre Grandma's Ashes et Sugar Pills
"Miniatures du dedans" de Hirsute
"All indians ?" de Imperial Quartet
"Whosampled.com" la 19eme émission de Listen In Bed à écouter
"Otrium"de Quentin Ghomari
"Heat" de Shake Stew
et toujours :
"Les micros siestes acoustiques Vol 1" de Bastien Lallemant
"Blooming point" de Beach Scvm
"Swing state" de Ben Sidran
"The crowd growls, the crown fails" de Bender
"Reaching out"de Cy
"Méli mélo" de Denis Gancel Quartet & Cie
"Blue songs" de Denis Levaillant
"Freedriver" de Early Spring Horses
Festival LEVITATION #9 :
avec  Péniche, Servo, You Said Strange, Death Valley Girls, Bruit, Pond, Kikagaku, Moyo
Kim Gordon le samedi
Interview de Bruit
interview de You Said Strange
"Philip Glass : Etudes pour piano, intégrale" de François Mardirossian
"The days of Pearly Spencer" de Listen In Bed à écouter en ligne
"I tried to make music with AI and this Happened" de Whim Therapy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Romance" au Théâtre Les Déchargeurs
"Mon amant de Saint-Jean" au Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet
"Les Tontons farceurs" au Théâtre L'Alhambra
"La Ménagerie de verre" au Théâtre Essaion
"Je m'appelle Momo" au Théâtre Essaion
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

dernière ligne droite pour "Pionnières, artistes d’un nouveau genre dans le Paris des Années Folles" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"J'arrive" de Bertrand Basset
"Parenthèse" de Denis Larzillière
"J'ai perdu mon corps" de Jérémy Clapin
"Nuit magique" de Xaver Böhm
"Ma fille" de Laura Bispuri
"Fiertés" une sélection de films arc-en-ciel
et (re)voir des films de Rainer Werner Fassbinder
"Lili Marleen"
"Tous les autres s'appellent Ali"
et en sortie DVD-VOD: "Todos os Mortos" de Caetano Gotardo et Marco Dutra

Lecture avec :

"La preuve du contraire" de Caitlin Wahrer
"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=