Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Habitants
Alex van Warmerdan  décembre 2012

Réalisé par Alex van Warmerdan. Pays Bas. Comédie. 1h45. (Sortie 26 décembre 2012 - 1ère sortie 1995). Avec Jack Wouterse, Annet Malherbe, Leonard Lucieer, Rudolf Lucieer, Alex van Warmerdam et Loes Wouterson

Alex van Warmerdan, cinéaste néerlandais, appartient au cercle très fermé des réalisateurs qui ont un univers immédiatement identifiable, dans lequel on entre en un plan et dont on déplore qu’ils n’abusent pas de la pellicule.

En vingt-cinq ans, depuis "Abel", il n’aura tourné que sept films, creusant son sillon sans encombrer les médias ni les festivals, et laissant chez ses spectateurs le souvenir ému de beaux moments cinématographiques.

En 1986, lors de sa première sortie, plus de 40 000 amoureux d’un cinéma différent avaient été séduits par ces "Habitants". Ils y avaient trouvé des idées impertinentes qui n’allaient jamais jusqu’à la méchanceté, s’étaient délecté d’une poésie visuelle qui ne s’étalait pas pour qu’on l’admire, des trouvailles épatantes que le réalisateur avait l’élégance de faire passer pour des évidences, tout cela dans une ambiance gentiment surréaliste se moquant des corps constitués qui n’aurait pas déplu à Don Luis Bunuel

Alex van Warmerdan est avant tout un facétieux qui, à l’inverse d’un Jacques Tati, ne prétend pas dire des choses définitives, asséner des vérités cinématographiques en jouant avec une fausse modestie les simples observateurs du genre humain. Il aime les gens et aucun de ceux qu’il met en lumière, ne serait-ce que quelques secondes, n’est un objet de simple moquerie.

Chacun a ses raisons, ses douleurs, ses bassesses et ses grandeurs et pourra tour à tour les exprimer, qu’il soit boucher priapique ou facteur n’aimant annoncer que des bonnes nouvelles.

Alex van Warmerdan décrit une petite communauté qui vit dans une ville nouvelle, où les maisons sont construites géométriquement et disposent de grandes surfaces vitrées, à la manière d’une utopie du Bauhaus.

Au début du film, on découvre une grande pancarte à l’entrée du village incitant à venir s’installer là… Mais, la réalité apparaît vite : le lotissement a été un échec. Seule une rue centrale a été construite et les « Habitants » vivent au milieu de nulle part, près d’une forêt dont la présence est aussi incongrue que le reste.

S’en suit la description par petites touches de quelques personnages pris dans leurs fonctions sociales ou plutôt dans le simulacre de l’exercice de leurs métiers respectifs. Qui peut venir acheter quelque chose dans les commerces de cette unique rue ? D’où sortent ses nuées d’enfants que l’on croise sans cesse ?

C’est un peu le village des schtroumpfs ou du Prisonnier : il y a le boucher, le garde-chasse, le facteur, etc… Comme on n’est pas loin de la Belgique, arrivent, comme un cheveu sur la soupe, un jour des pères blancs revenus du Congo pour exposer un Noir dans une cage…

À ces relents années cinquante d’un colonialisme désuet s’ajoute une atmosphère conformiste, une religiosité diffuse qui aboutit au clou du film : la transformation miraculeuse de la bouchère en sainte…

L’étrange étrangeté qui parcourt le film d’Alex van Warmedan n’est jamais inquiétante. Au contraire de ces films se réclamant du surréalisme qui énervent le petit cartésien qui sommeille en chacun, "Les Habitants" est une œuvre qui amusera même ceux qui se refusent habituellement au farfelu et au loufoque, aux collages et télescopages de hasard. C’est aussi une œuvre qui n’a pas pris une ride en vingt ans.

Alex van Warmedan vient de finir un nouveau film, "Camiel Borgman" qui devrait sortir en 2013. Si les sélectionneurs de Cannes s’apercevaient, pour une fois, qu’il y a un cinéma aux Pays-Bas et que cette cinématographie a produit un cinéaste exceptionnel, l’année à venir pourrait être celle du triomphe d’Alex van Warmedan, artisan modeste du septième art qui n’a jamais dû penser un instant qu’il était un grand cinéaste… Et pourtant !

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=