Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mon père va me tuer
Daniele Cipri  janvier 2013

Réalisé par Jihane. Italie. Comédie. 1h30. (Sortie 2 janvier 2013). Avec Toni Servillo, Gisela Volodi et Alfredo Castro.

À cause de Silvio Berlusconi et de Nanni Moretti, le cinéma italien n'est plus beaucoup repassé par la case "comédie à l'italienne", cet étonnant cocktail entre cinéma populaire et grands sujets de société porté par des acteurs mythiques, les Tognazzi, les Mastroianni, les Sordi, les Gassman, les Manfredi.

Il a oublié l'héritage des Risi, Scola, Monicelli au profit d'un cinéma du gros moi prétentieux (Nanni Moretti) ou d'un cinéma qui ne dépayse pas de la télé, qui copie sa vulgarité et son absence de réalité sociale.

Il aura fallu attendre l'éclosion de cinéates comme Daniele Cipri et d'acteurs comme Toni Servillo pour qu'on se rapproche à nouveau de ce qu'il y a de meilleur dans le cinéma italien.

Dans "Mon père va me tuer", Cipri trouve un sujet qui aurait enchanté les grands cinéastes d'antan : victime par hasard des méfaits de la mafia sicilienne, qui lui tue un enfant, une famille va toucher le prix de cette mort, un gros pactole qui va, in fine, amplifier encore son malheur, et pire que tout, lui enlever toute retenue morale...

La famille Ciraudo, avec des grands-parents entre gâtisme et méchanceté, un grand garçon mal dans sa peau post-pubère, une mère courage sans force et un père avec des rêves de grandeur petite-bourgeoise, rappelle ses devancières, celle par exemple d' "Affreux, sales et méchants".

Rit-on dans "Mon père va me tuer" ou grince-t-on des dents devant ces gens d'aujourd'hui toujours empêtrés dans la bêtise d'hier, n'ayant rien appris du passé et ne connaissant rien du présent ?

La mort d'une fillette convertie en Mercédès rutilente et épate-voisins, l'absence de destin d'un jeune homme transformée en noirceur perpétuelle, si "Mon père va me tuer" est une comédie, c'est une comédie bien plus noire que celle de l'âge d'or.

Toni Servillo et toute sa troupe sont des acteurs de grande qualité, mais ce sont des êtres singuliers, pas des types sociaux copiés sur l'Italien moyen.

Preuve que l'on n'est pas entre 1960 et 1980, la photo (tiens, tiens !) faite par le cinéaste lui-même (par ailleurs co-scénariste) n'a rien "d'italien".

Dans un sépia hyperréaliste, il transfigure cette histoire banalement pas banale. La référence qui vient immédiatement n'est pas transalpine. Cipri s'approche des ambiances si particulières du Suédois Roy Andersson. Comme lui, il est dans la transfiguration de la réalité plus que dans son imitation.

"Mon père va me tuer" de Daniele Cipri est un film qui n'est pas aimable, qui ne donne pas forcément envie d'être vu... Mais, franchement, il faut se forcer car Toni Servillo, comme tous les autres comédiens, rappelle que l'art de la comédie est née dans ce pays multiple qu'est l'Italie. Ils savent jouer le tragique comme le poétique.

S'ils ont la chance d'être dans les mains d'un cinéaste comme Daniele Cipri, sur lequel il faudra compter dorénavant, ils savent aller encore plus loin que ce tragique et ce poétique, vers un ailleurs où l'art transcende la vie.

"Mon père va me tuer" est un film qui remet sur les rails le cinéma italien. Rien que pour cela, il ne faut pas le rater.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=