Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mon père va me tuer
Daniele Cipri  janvier 2013

Réalisé par Jihane. Italie. Comédie. 1h30. (Sortie 2 janvier 2013). Avec Toni Servillo, Gisela Volodi et Alfredo Castro.

À cause de Silvio Berlusconi et de Nanni Moretti, le cinéma italien n'est plus beaucoup repassé par la case "comédie à l'italienne", cet étonnant cocktail entre cinéma populaire et grands sujets de société porté par des acteurs mythiques, les Tognazzi, les Mastroianni, les Sordi, les Gassman, les Manfredi.

Il a oublié l'héritage des Risi, Scola, Monicelli au profit d'un cinéma du gros moi prétentieux (Nanni Moretti) ou d'un cinéma qui ne dépayse pas de la télé, qui copie sa vulgarité et son absence de réalité sociale.

Il aura fallu attendre l'éclosion de cinéates comme Daniele Cipri et d'acteurs comme Toni Servillo pour qu'on se rapproche à nouveau de ce qu'il y a de meilleur dans le cinéma italien.

Dans "Mon père va me tuer", Cipri trouve un sujet qui aurait enchanté les grands cinéastes d'antan : victime par hasard des méfaits de la mafia sicilienne, qui lui tue un enfant, une famille va toucher le prix de cette mort, un gros pactole qui va, in fine, amplifier encore son malheur, et pire que tout, lui enlever toute retenue morale...

La famille Ciraudo, avec des grands-parents entre gâtisme et méchanceté, un grand garçon mal dans sa peau post-pubère, une mère courage sans force et un père avec des rêves de grandeur petite-bourgeoise, rappelle ses devancières, celle par exemple d' "Affreux, sales et méchants".

Rit-on dans "Mon père va me tuer" ou grince-t-on des dents devant ces gens d'aujourd'hui toujours empêtrés dans la bêtise d'hier, n'ayant rien appris du passé et ne connaissant rien du présent ?

La mort d'une fillette convertie en Mercédès rutilente et épate-voisins, l'absence de destin d'un jeune homme transformée en noirceur perpétuelle, si "Mon père va me tuer" est une comédie, c'est une comédie bien plus noire que celle de l'âge d'or.

Toni Servillo et toute sa troupe sont des acteurs de grande qualité, mais ce sont des êtres singuliers, pas des types sociaux copiés sur l'Italien moyen.

Preuve que l'on n'est pas entre 1960 et 1980, la photo (tiens, tiens !) faite par le cinéaste lui-même (par ailleurs co-scénariste) n'a rien "d'italien".

Dans un sépia hyperréaliste, il transfigure cette histoire banalement pas banale. La référence qui vient immédiatement n'est pas transalpine. Cipri s'approche des ambiances si particulières du Suédois Roy Andersson. Comme lui, il est dans la transfiguration de la réalité plus que dans son imitation.

"Mon père va me tuer" de Daniele Cipri est un film qui n'est pas aimable, qui ne donne pas forcément envie d'être vu... Mais, franchement, il faut se forcer car Toni Servillo, comme tous les autres comédiens, rappelle que l'art de la comédie est née dans ce pays multiple qu'est l'Italie. Ils savent jouer le tragique comme le poétique.

S'ils ont la chance d'être dans les mains d'un cinéaste comme Daniele Cipri, sur lequel il faudra compter dorénavant, ils savent aller encore plus loin que ce tragique et ce poétique, vers un ailleurs où l'art transcende la vie.

"Mon père va me tuer" est un film qui remet sur les rails le cinéma italien. Rien que pour cela, il ne faut pas le rater.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 août 2022 : On prend la Route du Rock

C'est bientôt l'heure du festival La Route du Rock, notre festival de coeur ! Que vous ayez prévu d'y aller ou pas, voici de quoi réjouir votre été

Du côté de la musique :

"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
et toujours :
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia...
"Witch cults" nouveau mix signé Listen In Bed à écouter partout
"César Franck : Piano Quintet - Antonín Dvorák : String Quartet No. 14" de Quatuor Prazak & François Dumont
"Asymétrie" de Slim Abida
"Ostinatos piano solo" de Xavier Thollard
"Homemade" de Yvan Robilliard
le replay du concert et interview de SuperBravo

Au théâtre :

la nouveauté de la semaine :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
quelques suggestion de spectacles musicaux
"Paris la grande" au Théâtre Le Lucernaire
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Novocento pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :

"Molière en costumes" au Centre national du costume de scène à Moulins
"Newton, Riviera" au Nouveau Musée National de Monaco
dernière ligne droite pour :
"Christian Louboutin - L'Exhibition[niste] - Chapitre II au Grimaldi Forum à Monaco
"La Joconde" au Palais de la Bourse à Marseille
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratut :
"Trois visages" de Jafar Panahi
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Le Club Vinland" de Benoit Pilon
"Un Juif pour l'exemple" de Jacob Berger
le cinéma des frères Dardenne en 3 films

Lecture avec :

"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth
et toujours :
"La saignée" de Cédric Sire
"Le maître et l'assassin" de Sophie Bonnet
"Labyrinthes" de Franck Thilliez
"Méfiez-vous des anges" de Olivier Bal

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=