Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Irmin Schmidt
Interview  (Paris)  mardi 22 mai 2012

Irmin Schmidt, claviériste et fondateur de Can, le fameux groupe de Krautrock, a travaillé sur des enregistrements inédits du groupe pour en extraire trois heures de musique, sous le nom de The Lost Tapes. Ces enregistrements datant de 1968 à 1977 prennent diverses formes, du live à la musique de film en passant par des jam sessions. Ces enregistrements regroupent aussi des morceaux avec les deux chanteurs du groupe, l'américain Malcolm Mooney et le japonais Damo Suzuki. Ce sont deux producteurs prestigieux, son acolyte Kumo et Daniel Miller, grand amateur de Krautrock, patron de Mute et producteur de Depeche Mode, qui aideront à l'accouchement de ce monstre.

Rencontre avec Irmin Schmidt au café de Flore à Paris pour un entretien entièrement en français.

Daniel Miller a-t-il influencé d'une quelconque manière cette exhumation d'anciens travaux ?

Irmin Schmidt : Non. Nous travaillons avec lui depuis dix-huit ans, mais il s'agit d'abord de liens juridiques concernant la distribution entre Mute et Spoon Records, le label de Can. C'était naturel que je discute avec lui du projet. Je lui ai fait écouter les morceaux que j'avais choisis. Nous avons énormément échangé car, concernant mon travail j'étais plus critique et rigide que lui. Jono Podmore (ndlr : alias Kumo), qui a aussi collaboré à ce travail, prenait souvent le parti de Daniel en ce qui concernait le choix des morceaux. Ils étaient une sorte de contre-pouvoir face à moi. Mais nous n'avons passé que deux après-midis en studio ensemble à écouter ma première sélection de bandes. Daniel joue un grand rôle pour Spoon Records parce qu'on travaille ensemble et en toute confiance depuis longtemps mais la proposition de sortir ces inédits vient d'Hildegarde, mon épouse et manager de Can depuis les années 70.

L'ordre des morceaux n'est pas chronologique, comment avez-vous décidé de la tracklist ?

Irmin Schmidt : J'avais 50 heures de bandes à disposition. J'ai trouvé qu'il y avait presque trois heures de musique dont la qualité atteignait le niveau de ce que nous avions fait paraître de par le passé. Le reste ne sera pas exploité à l'avenir et partira à la poubelle. J'ai ensuite travaillé avec Kumo sur les "collages" des extraits de pièces musicales, en particulier pour les musiques de films. Ensuite l'ordre des morceaux est mon choix pour avoir un narration cohérente sur chacun des disques.

Cette narration est-elle aussi un témoignage de l'État politique et sociétal de l'Allemagne des années 70 ?

Irmin Schmidt : Quand nous avons fondé le groupe, nous étions tous de jeunes hommes d'une trentaine d'années. Nous n'étions plus des adolescents et avions déjà une carrière derrière nous. Mais cela signifie aussi que nous étions des enfants de la guerre et que nous avions vécu notre adolescence durant l'après-guerre. Notre expérience était donc forcément différente de celle de quelqu'un de notre âge dans n'importe quel autre pays du globe. Nous avions grandi dans des villes détruites, pas seulement au sens physique mais aussi culturellement. Il y avait une fracture avec la génération précédente qui avait amené les nazis au pouvoir. C'est un contexte qui a influencé mon travail et ma réflexion personnelle.

L'autre aspect à prendre en compte, c'est que monter un groupe en 68, alors qu'une carrière prometteuse s'ouvrait devant chacun de nous, était typique de l'époque. Malgré ma formation classique, je trouvais que le jazz et le rock étaient des langages musicaux à explorer et un moyen d'ouvrir notre culture allemande à d'autres cultures extra-européennes, comme l'avaient déjà fait les expressionnistes allemands au début du XXe siècle. Ces morceaux sont donc bien un témoignage de notre tentative de participer à l'établissement d'une culture allemande qui prendrait en compte notre expérience. Sur un territoire détruit, l'Allemagne a vécu en essayant de copier la culture venue de l'extérieur, la musique française ou américaine. C'est seulement à partir des années 60 que des artistes allemands ont évoqué leur expérience de la guerre et de l'après-guerre à travers l'art. Can a un côté brut, agressif, qui vient aussi de là.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Axolotl Eyes de Irmin Schmidt & Kumo
La chronique de l'album 5 Klavierstücke de Irmin Schmidt
L'interview de Irmin Schmidt (14 janvier 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Irmin Schmidt
Le Myspace de Irmin Schmidt & Kumo
Le Facebook de Can

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=