Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fin de partie
Théâtre National de l'Odéon  (Paris)  janvier 2013

Comédie dramatique de Samuel Beckett, mise en scène de Alain Françon, avec Serge Merlin, Gilles Privat, Michel Robin et Isabelle Sadoyan.

Avant toute chose, dire que "Fin de partie", la deuxième pièce écrite par Samuel Beckett, n'est pas un texte abscons, compliqué, avec des niveaux de lecture pour universitaires.

Comme le proclamait Roger Blin, qui l'a mise en scène et interprétée à sa création, "Fin de partie" est "une pièce qui est à un niveau théâtral absolument direct, où il n'y a pas d'immense symbole à chercher, où le style est d'une absolue simplicité".

Jeu sur les êtres et sur les mots, prétexte pour Beckett à s'amuser avec sa langue d'adoption, "Fin de partie » n'est ni datée ni actuelle, ni à jouer dans les conditions de 1957 ni dans celles d'aujourd'hui.

Alain Françon qui l'adapte en respectant très scrupuleusement et fort méthodiquement les didascalies dont Beckett n'est jamais avare, sait que c'est un exercice de style ludique, une passe d'armes entre deux êtres solitaires mais solidaires, un peut-être père et un peut-être fils, un faux-semblant maître et un pas ressemblant domestique, un aveugle qui ne bouge pas et un voyant qui bouge trop...

C'est une tragédie, c'est-à-dire qu'on est là pour s'amuser de nous-mêmes et de notre piètre condition, avant que l'on siffle l'extinction de la race, la fin de la partie humaine...

Dans ce cadre minimal, le seul trait d'époque à la discrétion du scénographe et du metteur en scène est la couleur des murs. Au milieu de ce monde d'un gris noir dont Jacques Gabel et Alain Françon n'ont pas exagéré la noirceur, se débattent en vains débats, Hamm, un grabataire sur son simili-trone à roulettes personnifié à l'excès par un Serge Merlin hésitant entre être Lear et Shakespeare, entre Homère et amer, et Clov, un vieux ludion blanc, que Gilles Privat rend poétiquement comparable au spermatozoïde que jouait Woody Allen.

On aurait préféré que Serge Merlin modère ses colères comme l'envisageait Beckett qui rêvait d'un Hamm moins tempétueux et plus dans l'autodérision. Car, au fond, "Fin de partie" décrit une journée ordinaire de Hamm et de Clov. Ils ne sont pas dans la haine définitive, mais dans un jeu de rôles bien établi, dans un rituel où l'amour et l'amitié se cachent derrière certaines paroles excessives.

Le Clov subtil de Gilles Privat n'oublie pas cette dimension. Il sait que le méli-mélo de choses graves et sans importance dites aujourd'hui reviendra demain. Il n'ignore pas, comme Hamm le souligne à un moment, qu'il est là pour donner la réplique. Il est aussi là pour permettre à Beckett, devenu auteur de répertoire sans qu'on lui demande son avis, de garder une part de son mystère buissonnier et de résister à tout, même au confort de l'académisme.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 août 2022 : On prend la Route du Rock

C'est bientôt l'heure du festival La Route du Rock, notre festival de coeur ! Que vous ayez prévu d'y aller ou pas, voici de quoi réjouir votre été

Du côté de la musique :

"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
et toujours :
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia...
"Witch cults" nouveau mix signé Listen In Bed à écouter partout
"César Franck : Piano Quintet - Antonín Dvorák : String Quartet No. 14" de Quatuor Prazak & François Dumont
"Asymétrie" de Slim Abida
"Ostinatos piano solo" de Xavier Thollard
"Homemade" de Yvan Robilliard
le replay du concert et interview de SuperBravo

Au théâtre :

la nouveauté de la semaine :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
quelques suggestion de spectacles musicaux
"Paris la grande" au Théâtre Le Lucernaire
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Novocento pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :

"Molière en costumes" au Centre national du costume de scène à Moulins
"Newton, Riviera" au Nouveau Musée National de Monaco
dernière ligne droite pour :
"Christian Louboutin - L'Exhibition[niste] - Chapitre II au Grimaldi Forum à Monaco
"La Joconde" au Palais de la Bourse à Marseille
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratut :
"Trois visages" de Jafar Panahi
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Le Club Vinland" de Benoit Pilon
"Un Juif pour l'exemple" de Jacob Berger
le cinéma des frères Dardenne en 3 films

Lecture avec :

"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth
et toujours :
"La saignée" de Cédric Sire
"Le maître et l'assassin" de Sophie Bonnet
"Labyrinthes" de Franck Thilliez
"Méfiez-vous des anges" de Olivier Bal

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=