Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tristesse animal noir
Théâtre de la Colline  (Paris)  janvier 2013

Comédie dramatique de Anja Hilling, mise en scène de Stanislas Nordey, avec Valérie Dréville, Vincent Dissez, Thomas Gonzalez, Moanda Daddy Kamono, Frédéric Leidgens, Julie Moreau, Laurent Sauvage et Lamya Regragui.

Anja Hilling est une jeune dramaturge allemande prometteuse précédée d’une grande réputation qui lui ouvre les portes des théâtres du monde entier.

Écrite en 2008, "Tristesse animal noir" est une de ses œuvres les plus abouties, ce qui lui vaut aujourd’hui les honneurs de la grande salle du théâtre de la Colline.

Condensé de l’air bobo du temps, c’est un texte qui peut aussi bien intéressé qu’irrité puisqu’il fait fi des lois traditionnelles de la dramaturgie théâtrale. En effet, ce qu’il construit il peut le déconstruire dans la partie suivante.

En 2 heures 20, vont ainsi se succéder des moments de tension et des phases de relâchement. Un moment soumis à l’insoutenable, le spectateur est déposé quelques minutes plus tard en pleine banalité. Une banalité tenace et décevante, quelque peu artificielle dans la troisième partie, long épilogue qui prétend annoncer un retour à la vie, à la ville, de ces personnages en quête de nature.

"Tristesse animal noir" commence comme une balade en forêt. Six personnages, inscrits sous un néon où est calligraphiée "la fête", ont garé leur "Combi" Volkswagen dans une clairière et s’apprêtent à pique-niquer, à installer leur barbecue. Ce groupe hétéroclite et consanguin d’amis ou d’amants, d’homos ou d’hétéros est ici dans une forêt fœtale, quelque chose d’utérin dans lequel ils sont envie de s’enfoncer, de retrouver leur paradis perdu.

Mais le néon de "la fête" est remplacé par celui du "feu". Et la scène s’illumine, s’embrase, pour des récits d’horreur, pour une plongée dans une forêt en flammes où les mots champêtres et bucoliques sont remplacés par des mots lourds de sens, de suie, de peaux carbonisés, de bébé napalmé.

Chaque récit est une plongée dans l’effroi. Finis les petits arrangements entre maris et femmes, les désaccords et les broutilles entre amants, Stanislas Nordey transforme le cœur central de la pièce en un moment de théâtre inoubliable. Le sol est lumineux avant d’être recouvert de cendres. Les acteurs sont à fond dans le pathos et jouent vraiment leur vie.

Ce retour imprévu d’un feu qui abolit la fête, ce surgissement inattendu de la mort et de la souffrance prend des allures de voyage au bout de la nuit pour ces gens tranquilles et sans histoires autres que leurs petites histoires.

On comprend mieux pourquoi on est déçu par la structure choisie par Anja Hilling qui continue la pièce après la traversée de la fournaise. On comprend pourquoi Stanislas Nordey et son scénographe Emmanuel Clolus ont choisi un décor blanc, froid, pour ce retour à la mesquinerie de la vie dans une parodie d'installation artistique.

Sans doute, plus tard, si Anja Hilling a vraiment l’avenir que semblent lui annoncer les beaux moments de "Tristesse animal noir", les metteurs en scène qui revisiteront sa pièce n’hésiteront pas à saccager cette fin ratée. Pour l’heure, on la "zappera" pour se projeter dans cette forêt en feu où chacun des comédiens concernés est à son meilleur.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=