Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Django unchained
Quentin Tarantino  janvier 2013

Réalisé par Quentin Tarantino. Etats-Unis. Western. 1h25. (Sortie 16 janvier 2013). Avec Leonardo DiCaprio, Christopher Waltz, Jamie Foxx, Samuel L. Jackson et Kerry Washington.

Après l'original, la semaine dernière, voilà non pas la copie, mais la version Tarantino, "Django Unchained". C'est-à-dire quelque chose qui n'a rien à voir avec l'original, mais qui en emprunte l'esprit, presque jusqu'à le vampiriser.

"Django Uuchained" ne commence pas comme le "Django" de Sergio Corbucci après la guerre de Sécession, mais juste avant. Il n'y est pas question de Sudistes vaincus réorganisés en milice pour terroriser les Mexicains dans une ville boueuse et fantomatique, mais de Sudistes en plein âge d'or, avec plantations somptueuses et esclaves noirs sur qui passer leurs nerfs.

Dans les deux films, on massacre sec et Django, qui n'est pas le dernier à appuyer sur la gâchette pour occire son prochain surtout si c'est plutôt un lointain, devra bien serrer les dents vu ce qui l'attend en supplices qui font bien mal.

Ah... un détail qui n'échappera à aucun spectateur, quel que son degré de distraction : Django, chez Tarantino, n'a pas les yeux bleus de Franco Nero ni un faux-air de Clint Eastwood dans les films de Sergio Leone. "Django unchained" est enchaîné et, donc, ça ne coupe pas, à la peau noire. C'est Jamie Foxx (avec deux "x", attention!) qui s'y frotte avec autant de classe et de flegme que son homologue transalpin.

Les plus cinéphiles des spectateurs reconnaîtront avec émotion Franco Nero himself, trinquant avec son successeur, l'adoubant avec la dérision solennelle dont Tarentino est friand.

Film d'action sanglante, "Django unchained" se permet une alternance de scènes hyper-violentes aux confins de l'insoutenable et de discussions alambiqués qui portent la marque Tarantino, c'est-à-dire cette science du dialogue qui n'en finit pas sans pour cela incommoder les ennemis de la parlotte dans les films de divertissement. On y retrouve les coutumiers des bla-blas de Quentin, tels un incroyable Samuel L. Jackson grimé en méchant oncle Tom et un Christophe Waltz, passé du méchant nazi des "Bastards" au bon chasseur de primes allemand humaniste...

Méchant avec un flingue, le héros tarantinien est gentil avec les mots et a un bon fond, comme son papa. Car Quentin a un avantage sur ceux qui dominent le cinéma américain, les Scorsese, les Coen et toute la compagnie du cinéma bourré d'effets virtuoses : il n'est jamais cynique. Jamais ! C'est pour cela que l'on peut l'aimer et se laisser guider dans son cinéma tour à tour référentiel, populaire et maniéré.

Si l'on est cinéphile, on s'amusera de toutes ses références, à commencer par la présence d'acteurs ayant traversé bien des décennies hollywoodiennes (Don Stroud, Russ Tamblyn, Bruce Dern...), par des clins d'oeil (l'héroïne qui s'appelle... Shaft) et des hommages clairs et inattendus (un avocat s'appelle Léonide Moguy, réalisateur français passé par Hollywood où il a découvert Ava Gardner !)

Si l'on ne l'est pas, ce ne sera pas grave et on verra sans s'user les méninges l'un des meilleurs films de Tarantino, un film qu'on pourra ensuite revoir maintes et maintes fois, en y prenant toujours beaucoup de plaisir.

Car "Django Unchained" de Quentin Tarantino est avant-tout un film plaisant où l'on sent une fois de plus que son réalisateur aime vraiment le cinéma et sait faire partager cet amour.

Tarantino est un cinéaste altruiste, un chic gars, quelqu'un avec qui il fait bon vieillir de film en film...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=