Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Motorama
Calendar  (Talitres Records)  novembre 2012

Il est grand temps de cesser de résumer la Russie à Depardieu, les Pussy Riot et leur plat national si indigeste, le Poutine (enfin on se comprend). Et puis ce n'est pas si courant qu'un groupe de rock passe les frontières pour arriver jusqu'à chez nous alors il n'y a vraiment aucune raison de ne pas saisir l'occasion de parler de Motorama d'autant que Calendar, leur premier, album est formidable.

Signalons avant tout que Calendar est sorti chez Talitres, irréprochable label bordelais que l'on ne présente plus mais qui, il est bon de le rappeler, a été le premier à nous faire découvrir The National avant que les américains ne voguent de leurs propres ailes (sic) en allant sur un plus gros label avec le beau succès mérité qu'on leur connaît.

Et si je parle de The National plutôt que des autres artistes de chez Talitres (citons pour rappel Stranded Horse, Flotation Toy Warning, Ewert and the Two Dragons...), c'est que chez Motorama il y a quelque chose de leurs aînés américains. Quelque chose que The National avaient même hérité de leurs aînés anglo-saxons. Un joli tour du monde musical donc. On retrouve donc chez les russes cette noirceur endémique, portée par une voix sombre, des rythmiques étouffées et des guitares pleines de reverb à faire palir les plus cold wave des groupes cold wave des années 80.

"Image" ouvre l'album et c'est là que le sentiment d'entendre Matt Berninger est le plus prégnant. C'est puissant et prenant, cela vous tire par les pieds pour ne plus vous lâcher jusqu'au bout du disque. "White lights" continue le boulot et là c'est plutôt à Smith des Editors que l'on pense, pour le chant mais aussi la musique dont les reverb nous ramène à une époque révolue où Little Nemo était encore en activité (pas le poisson mais le groupe français). Parfois aussi, lors de quelques envolées vocales de Vladislav Parshin, on devine une petite influence Tindersticks qui traîne ("During the years").

Toutes ces références plus ou moins directes et lointaines (on ne va pas repasser en revue tous les groupes cold wave anglais des 80's car il faudrait recenser la moitié de la Grande-Bretagne) ne sont pour autant pas si handicapantes qu'elles peuvent l'être pour d'autres projets musicaux du genre. Ici point de pathos joy divisionesque (syndrome bien connu chez le jeune fan de cold wave), pas davantage de volonté de reproduire à l'identique. On pense bien sûr au fil de l'écoute de Calendar à Interpol et Editors, aux XX mais sans que jamais les morceaux de Motorama ne tombent dans le "déjà vu" ou la copie carbone.

Par ailleurs, l'album tient parfaitement la distance sans s'essouffler et si certains titres font office de tubes comme "Sometimes" ou "In your arms", chaque titre apporte sa pierre à l'édifice sans jamais sombrer dans le superflu ou la facilité. Motorama s'y connait en vague de froid et leur cold wave a su prendre de la distance et surtout de la hauteur avec le genre et Calendar est un petit bijou de rock'n roll, tout simplement.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Poverty de Motorama
Motorama en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent #13 (2010)
Motorama en concert au Festival Les Nuits de l'Alligator 2013 (mardi 26 février)
Motorama en concert au Café de la Danse (lundi 26 octobre 2015)
L'interview de Motorama (jeudi 6 mars 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de Motorama
Le Soundcloud de Motorama
Le Myspace de Motorama
Le Facebook de Motorama


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=