Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Happiness therapy
David O'Russell  janvier 2013

Réalisé par David O'Russell. Etats-Unis. Comédie dramatique. 2h02. (Sortie 30 janvier 2013). Avec avec Bradley Cooper, Jennifer Lawrence, Robert de Niro et Chris Tucker.

On sait que le ressort majeur de la comédie américaine est ce qu'on appelle la "comédie du remariage".

"Happiness Therapy", traduction "française" de "Silver Linings Playbook", ne faillit pas à la tradition. Sauf, élément nouveau, utilisé pour la première fois, que le héros est un "bipolaire", ce qu'on appelait encore l'année dernière un "maniaco-dépressif".

Bradley Cooper, qui gagne ici définitivement ses galons d'acteur majeur, a pété les plombs quand il a découvert que sa femme le trompait. Après un séjour en hôpital psychiatrique, le voilà"guéri", mais pas de sa femme qu'il veut reconquérir.

Pour améliorer un point de départ déjà original, David O'Russell, dont on avait pu apprécier les iconoclastes "Rois du Désert", comédie impertinente sur la guerre d'Irak, oblige son héros à retourner chez ses parents, pour y retrouver un papa d'anthologie joué par un Robert de Niro, comme à chaque fois dans son meilleur rôle.

Il met aussi sur sa route son équivalent féminin, elle aussi plus que perdu à la suite de la mort de son mari policier.

On sait dès lors que le couple final est là et qu'il faudra le temps du film pour que le héros comprenne qu'il est dans la version B de la comédie de remariage, celle où il n'y a pas remariage mais nouveau mariage.

Il faut dire que sa partenaire, Jennifer Lawrence, a l'avantage d'avoir un physique nouveau pour le cinéma américain. Joues rebondies, belle mais pas forcément sous tous les angles, elle a quelque chose des années 2010.

Sorte de descendante volontaire de Judy Hollyday, elle emporte la conviction en un éclair de scène. Elle a cette rare présence qui fait qu'elle est tout de suite familière au spectateur. Rien qu'à voir comment Robert de Niro l'adopte dans la scène où elle débarque dans la petite famille, on sait qu'elle a tout d'une grande.

Dans "Happiness Therapy", David O'Russell réussit à la fois à dresser le parcours du combattant d'un bipolaire, obligé de se soigner sous l'oeil des institutions (psy, policier...) et à décrire une petite communauté de la classe moyenne américaine, sur qui plane des risques de paupérisation et de désintégration.

Tout pourrait mal tourner dans ce monde où les enfants de 35 ans reviennent chez leurs parents spoliés de leurs retraites ou de leurs économies par la crise. Mais on se débrouille et la communauté reste ouverte grâce aux matchs de football américain qui fédèrent encore l'Amérique.

Film que l'on qualifiera grossièrement de "film de gauche", "Happiness Therapy" de David O'Russell croit en cette Amérique unie par les épreuves. Il décrit une Amérique qui serait rooseveltienne si elle n'était pas aussi unanimiste : ici, ceux qui sont "les blessés du système" côtoient ceux qui en profitent.

On est donc probablement dans un des premiers films "obamiens" : pas question d'un lutte des classes dans ce coin tranquille et assez privilégié de la côte est, mais plutôt d' un élan vers la solidarité, où le trader appartient à la famille du loser, où celui qui possède une maison ultra-moderne fréquente toujours son copain de lycée réinstallé dans sa chambre d'ado chez papa-maman.

Cependant, on ne se trompera pas de film :" Happiness Therapy" dit subtilement des "choses idéologiques" mais reste avant tout une vraie bonne comédie.

Après "Le Monde de Charlie" de Stephen Chbosky, sorti il y a quelques semaines, c'est le second film américain qui s'attache à un héros fragile psychologiquement et qui montre une Amérique qui doute d'elle-même et cherche à se rassurer en mettant en avant l'amour et l'amitié.

"Happiness Therapy" est une œuvre qui émeut et qui amuse. Un film qui utilise les conventions hollywoodiennes mais sans abuser des paillettes et du pathos. Un film bien qui fait du bien.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 juin 2022 : un festival de festivals

C'est parti pour la saison des festivals, de musique, de théâtre, de cinéma, de littérature.. tout est bon pour découvrir plein de belles choses pendant l'été ! Profitez-en.

Du côté de la musique :

"Garden Party" de Florent Marchet
"I had it all" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Spleen III" de Fleur du Mal
on découvre Grandma's Ashes et Sugar Pills
"Miniatures du dedans" de Hirsute
"All indians ?" de Imperial Quartet
"Whosampled.com" la 19eme émission de Listen In Bed à écouter
"Otrium"de Quentin Ghomari
"Heat" de Shake Stew
et toujours :
"Les micros siestes acoustiques Vol 1" de Bastien Lallemant
"Blooming point" de Beach Scvm
"Swing state" de Ben Sidran
"The crowd growls, the crown fails" de Bender
"Reaching out"de Cy
"Méli mélo" de Denis Gancel Quartet & Cie
"Blue songs" de Denis Levaillant
"Freedriver" de Early Spring Horses
Festival LEVITATION #9 :
avec  Péniche, Servo, You Said Strange, Death Valley Girls, Bruit, Pond, Kikagaku, Moyo
Kim Gordon le samedi
Interview de Bruit
interview de You Said Strange
"Philip Glass : Etudes pour piano, intégrale" de François Mardirossian
"The days of Pearly Spencer" de Listen In Bed à écouter en ligne
"I tried to make music with AI and this Happened" de Whim Therapy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Romance" au Théâtre Les Déchargeurs
"Mon amant de Saint-Jean" au Théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet
"Les Tontons farceurs" au Théâtre L'Alhambra
"La Ménagerie de verre" au Théâtre Essaion
"Je m'appelle Momo" au Théâtre Essaion
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

dernière ligne droite pour "Pionnières, artistes d’un nouveau genre dans le Paris des Années Folles" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"J'arrive" de Bertrand Basset
"Parenthèse" de Denis Larzillière
"J'ai perdu mon corps" de Jérémy Clapin
"Nuit magique" de Xaver Böhm
"Ma fille" de Laura Bispuri
"Fiertés" une sélection de films arc-en-ciel
et (re)voir des films de Rainer Werner Fassbinder
"Lili Marleen"
"Tous les autres s'appellent Ali"
et en sortie DVD-VOD: "Todos os Mortos" de Caetano Gotardo et Marco Dutra

Lecture avec :

"La preuve du contraire" de Caitlin Wahrer
"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=