Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Happiness therapy
David O'Russell  janvier 2013

Réalisé par David O'Russell. Etats-Unis. Comédie dramatique. 2h02. (Sortie 30 janvier 2013). Avec avec Bradley Cooper, Jennifer Lawrence, Robert de Niro et Chris Tucker.

On sait que le ressort majeur de la comédie américaine est ce qu'on appelle la "comédie du remariage".

"Happiness Therapy", traduction "française" de "Silver Linings Playbook", ne faillit pas à la tradition. Sauf, élément nouveau, utilisé pour la première fois, que le héros est un "bipolaire", ce qu'on appelait encore l'année dernière un "maniaco-dépressif".

Bradley Cooper, qui gagne ici définitivement ses galons d'acteur majeur, a pété les plombs quand il a découvert que sa femme le trompait. Après un séjour en hôpital psychiatrique, le voilà"guéri", mais pas de sa femme qu'il veut reconquérir.

Pour améliorer un point de départ déjà original, David O'Russell, dont on avait pu apprécier les iconoclastes "Rois du Désert", comédie impertinente sur la guerre d'Irak, oblige son héros à retourner chez ses parents, pour y retrouver un papa d'anthologie joué par un Robert de Niro, comme à chaque fois dans son meilleur rôle.

Il met aussi sur sa route son équivalent féminin, elle aussi plus que perdu à la suite de la mort de son mari policier.

On sait dès lors que le couple final est là et qu'il faudra le temps du film pour que le héros comprenne qu'il est dans la version B de la comédie de remariage, celle où il n'y a pas remariage mais nouveau mariage.

Il faut dire que sa partenaire, Jennifer Lawrence, a l'avantage d'avoir un physique nouveau pour le cinéma américain. Joues rebondies, belle mais pas forcément sous tous les angles, elle a quelque chose des années 2010.

Sorte de descendante volontaire de Judy Hollyday, elle emporte la conviction en un éclair de scène. Elle a cette rare présence qui fait qu'elle est tout de suite familière au spectateur. Rien qu'à voir comment Robert de Niro l'adopte dans la scène où elle débarque dans la petite famille, on sait qu'elle a tout d'une grande.

Dans "Happiness Therapy", David O'Russell réussit à la fois à dresser le parcours du combattant d'un bipolaire, obligé de se soigner sous l'oeil des institutions (psy, policier...) et à décrire une petite communauté de la classe moyenne américaine, sur qui plane des risques de paupérisation et de désintégration.

Tout pourrait mal tourner dans ce monde où les enfants de 35 ans reviennent chez leurs parents spoliés de leurs retraites ou de leurs économies par la crise. Mais on se débrouille et la communauté reste ouverte grâce aux matchs de football américain qui fédèrent encore l'Amérique.

Film que l'on qualifiera grossièrement de "film de gauche", "Happiness Therapy" de David O'Russell croit en cette Amérique unie par les épreuves. Il décrit une Amérique qui serait rooseveltienne si elle n'était pas aussi unanimiste : ici, ceux qui sont "les blessés du système" côtoient ceux qui en profitent.

On est donc probablement dans un des premiers films "obamiens" : pas question d'un lutte des classes dans ce coin tranquille et assez privilégié de la côte est, mais plutôt d' un élan vers la solidarité, où le trader appartient à la famille du loser, où celui qui possède une maison ultra-moderne fréquente toujours son copain de lycée réinstallé dans sa chambre d'ado chez papa-maman.

Cependant, on ne se trompera pas de film :" Happiness Therapy" dit subtilement des "choses idéologiques" mais reste avant tout une vraie bonne comédie.

Après "Le Monde de Charlie" de Stephen Chbosky, sorti il y a quelques semaines, c'est le second film américain qui s'attache à un héros fragile psychologiquement et qui montre une Amérique qui doute d'elle-même et cherche à se rassurer en mettant en avant l'amour et l'amitié.

"Happiness Therapy" est une œuvre qui émeut et qui amuse. Un film qui utilise les conventions hollywoodiennes mais sans abuser des paillettes et du pathos. Un film bien qui fait du bien.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 février 2024 : Quoi de neuf cette semaine ?

De la musque, du théâtre, de la littérature, de la bonne humeur et du replay au programme cette semaine sur Froggy's Delight que ce soit ici, sur Twitch ou sur Youtube. Comme disent les jeunes, suivez-nous et mettez des pouces bleus ! .

Du côté de la musique:

"Session de rattrapage 3", nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
quoi de neuf du côté de Caesaria, Archi Deep, Chester Remington, Dirty Fonzy
"She Reaches Out to She" de Chelsea Wolfe
"Victoire de la musique" de Cotonete
"Back to the wall" de Grand March
"Please, wait" de Maxwell Farrington & Le SuperHomard
"La reine du secourisme" de Nicolas Jules
"On the spot" de Philippe Soirat
"#puzzled" de Pierre-François Blanchard
"Goodbye black dog" de PURRS
"Print, Secrets for you" de Sylvain Cathala
"Witchorious" de Witchorious
et toujours :
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest

Au théâtre

les nouveautés :

"A qui elle s'abandonne" au Théâtre La Flèche
"Les quatres soeurs March" au Théâtre du Ranelagh
"Mémoire(s)" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"N'importe où hors du monde" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Quand je serai un homme" au Théâtre Essaïon
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" à La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec :

 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=