Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La tour de la Défense
Vingtième Théâtre  (Paris)  février 2013

Comédie de Copi, mise en scène de Thomas Ress, avec Ayouba Ali, Virginia Danh, Guillaume Ferrandez, Franck Jouglas, Nicolas Phongpheth et Romain Sandère.

Quelle bonne idée d’en revenir à Copi ! Et de le faire avec conviction, avec finesse et sérieux. Car Thomas Ress et ses comédiens, une véritable troupe, ne se permettent pas la facilité du second degré.

Le metteur en scène fait vivre le crescendo de cette réunion improbable au treizième étage d’une tour de la Défense pour un Réveillon de la Saint Sylvestre qui commence dans le peu conventionnel, se poursuit dans le saugrenu pour finir dans le feu, le sang, le drame le plus insupportable, mais aussi par la naissance d’un bel amour.

On est ici au cœur des années 1970, celles de la contre-culture, des combats pour la différence. Souffle l’esprit pré et post-soixante-huitard, celui d’Hara-Kiri et de Charlie-Hebdo, frémit le théâtre d’Arrabal, la démesure du cinéma de Jodorowski et le rire tonitruant des dessins de Roland Topor.

On est aussi avant la triste "invention" du Sida. Les mœurs sont entravées, mais ceux qui osent jouir sans entrave peuvent aller jusqu’au bout du désir et du plaisir.

C’est le cas chez Copi, Argentin parisien dont les dessins et le théâtre sont peuplés d’homosexuels et de travestis en quête d’amour ou de cri d’amour. Chez Copi, rôde le fantastique, tournoie l’absurde, avec une morale subversive très simple : avant tout, il faut rire de tout.

Thomas Ress réussit parfaitement à retransmettre cette ambiance qu’on aurait crue désormais bien éloignée des préoccupations du jour. Sa réussite s’explique d’abord parce que l’action se déroule dans l’intérieur très moderne d’un appartement des années 1970 qui n’est pas surchargé d’éléments design de l’époque qui en ferait quelque chose d’un mauvais goût kitsch ou daté.

La scénographie travaille d’abord sur la fluidité des personnages et de leurs mouvements aberrants dans ce grand appartement : les boas et les mouettes peuvent y surgir à tout moment, ils y seront accueillis et intégrés sans problème dans la salle de bains ou dans la cuisine. Quant aux landaus, ils s’y déplacent sans heurts et au-delà du malheur.

Dans cet univers où l’on mange beaucoup et toutes sortes de mets, il y a surtout l’exaltation de l’insatiable appétit de personnages qui ne sont pas les simples caricatures qu’on attend.

Presque contemporaine d’une pièce où le Père Noël était qualifié d’ordure et les travestis moqués au fer rouge, "La tour de la défense" a, elle, une vraie dose de compassion pour Micheline, son travesti, et évite toute dérision malsaine. Copi ne se moque jamais de ses personnages et préfère créer des actions inattendues qui entraînent le rire.

On appréciera tous les protagonistes de ce spectacle vif et jamais vulgaire qui réhabilite une époque anticonformiste dans laquelle personne n’avait à se justifier ni à peser le court et le contre avant de porter sa voix sur scène.

Aujourd’hui encore, en voyant cette farce aussi grinçante qu’émouvante, on découvrira que Copi, en vrai analyste de la société, avait choisi de faire un pied de nez à ce "politiquement correct" qui n’en était qu’à ses prémisses mais dont il devinait déjà les ravages futurs.

"La tour de la défense" est un régal théâtral, un vrai divertissement qui transcende bêtise et méchanceté pour proposer la possibilité finale d’un amour impossible.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours

Les grenouilles prennent la route d'Avignon et nous vous livrerons nos chroniques quasiment au jour le jour exceptionnelement ! En attendant, voici le programme de la semaine. Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y serons avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
et toujours :
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=