Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 5 caméras brisées
Emad Burnat et Guy Davidi  février 2013

Réalisé par Emad Burnat et Guy Davidi. Palestine/Israël/France. Documentaire. 1h30. (Sortie 20 février 2013).

Il y a quelques semaines sortait en DVD "Devil’s Doorway" ("La Porte du Diable"). Premier western pro-indien, le film d’Anthony Mann expliquait presque cliniquement le sort que les Étasuniens ont fait subir aux peuples indiens.

D’un rare pessimisme, ce beau film ne laissait aucun espoir à ces personnages, ces fiers guerriers promis àl’alcoolisme, à une vie végétative dans des réserves pouilleuses.

En voyant "5 caméras brisées" d’Emad Burnat et Guy Davidi, on éprouve le même sentiment tragique et l’on se dit que ce qui s’est passé jadis avec les Sioux et les Comanches s’accomplit aujourd’hui pour les Palestiniens.

Au départ, Emad Burnat est, comme le héros d’Anthony Mann, un paysan de Cisjordanie qui n’aspire qu’à cultiver sa terre, à récolter les fruits de ses oliviers. Mais l’histoire se répète encore : Israël ayant décidé de construire un "mur de séparation" entre les populations palestiniennes et ses colonies de peuplement, les autorités d’occupation décident d’exproprier les paysans palestiniens de la moitié de leurs terres. Voilà donc Emad et ses amis du village de Bil’in obligés de se battre dans un baroud d’honneur dont on sait d’avance l’inutilité pour tenter de sauver leurs terres.

La lutte des habitants de Bil’in a une particularité qui rend les choses encore plus insupportables : elle a pris la forme d’un combat non-violent. Un combat unilatéralement non-violent…

Emad a donc décidé de participer à ce combat caméra à la main. Et l’on suit le destin de ces différentes caméras qui filment les étapes de la lutte. Tout est dit dans le titre : Emad perd cinq caméras. Mais cette casse n’est pas que symbolique. En "mourant" avec vaillance, chacune de ses caméras a filmé les belles victoires et les cuisantes défaites, la fraternité des habitants de Bil’in, les ratonnades, les bavures policières et militaires, l’attitude arrogante des colons religieux…

Les caméras d’Emad ont chacune leur histoire. Elles filment les oliviers brûlés par les colons, les amis tombés sous les balles, le mur prenant forme…

Il y a celles qui montrent l’imprudence d’Emad, casse-cou au cœur des affrontements, celles qui montrent les phases d’espoir et celles de désespérance, celles qui s’attachent à expliquer la transformation du village en "réserve indienne", celles qui suivent ses enfants en train de prendre conscience de l’oppression.

Une caméra touchée par une balle sauvera Emad, une autre le mènera aux portes de la mort et dans un hôpital israélien.

Monté et construit avec l’aide de Guy Davidi, un réalisateur israélien, "5 caméras brisées" est un film sans haine, un constat d’une situation terrible, la dénonciation d’une injustice coloniale moderne.

Si on n’écoute pas la formidable parole d’Emad Burmat et si l’on ne regarde pas les images révélées par ses caméras bricolées, on peut être sûr que dans une cinquantaine d’années il y aura une version israélienne de "La Porte du Diable".

C’est à l’honneur de Guy Davidi, à l’instar de nombreux israéliens qui ne partagent pas l’aveuglement de la majorité électorale et médiatique de leur pays, de participer avec son ami Emad Burmat à la dénonciation de ce que cache ce nouveau mur de la honte.

Un beau film nécessaire qui a déjà fait "un peu" bouger les choses puisqu’il a reçu, fait inédit pour un film sur un tel sujet, un accueil favorable dans certains festivals aux États-Unis (Prix de la Réalisation au "Sundance Film Festival" en 2012) et qu’il a été pré-selectionné pour les Oscars 2013.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=