Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Book Burning
Théâtre de la Bastille  (Paris)  février 2013

Spectacle conçu et interprété par le comédien Pieter De Buysser et le plasticien Hans Op de Beeck.

Sur la scène, un grand coffre, un énorme coffre qui pourrait contenir des merveilles ou un homme qui en sortirait d'un bond... Mais, pour l'instant, l'homme qui apparaît à son tour s'approche de l'avant-scène sans en être sorti.

Il est grand, presque dégingandé. On pense d'emblée à Jacques Tati. Au coin de son oeil, une lueur, une flamme. Il est souriant mais timide. Le voilà qui s'affuble d'une espèce de moustache... Non, ce n'est pas tout à fait ça. C'est une queue de chat qui va faire office de moustache et dépasser largement son nez...

Car Pieter De Buysser se présente comme le chat de Schrödinger "dont il est prouvé scientifiquement qu'il était aussi mort que vivant quand il fut enseveli dans un cercueil contenant de l'acide prussique".

C'est sur cette incertitude que s'ouvre donc ce spectacle philosophique, poétique... et politique. Et tout ça sans jamais être ennuyeux, verbeux, oiseux. Rien en "eux", et tout en "é" comme légèreté, beauté.

Pieter De Buysser va dès lors emmener ses écouteurs attentifs vers une destination que n'auraient pas dédaigné tous ces merveilleux surréalistes belges, tous ces modestes et admirables descendants de Raymond Roussel.

Pour cela, il va lui suffire d'ouvrir sa grande boîte en forme de coffre, d'ouvrir l'un de ses tiroirs ingénieux, pour faire partager son rêve gentiment philosophique, hautement poétique et souverainement politique à ceux qui auront vaincu leur réticence et l'auront suivi dans une utopie qui aura bien vite franchi les frontières d'airain du monde actuel.

Entre colère et humour, sagesse et déraison, Pieter De Buysser n'oublie jamais qu'il est un chat qui voit les Indignés manifester, les livres brûler, les banquiers profiter et les humains, les vrais humains, s'enfuir, s'évanouir, tenter de se serrer les uns contre les autres là où n'ira pas les traquer le désordre libéral. Pieter De Buysser parle de "gérilleros de l'omission" de gens qui s'extraient de ce monde bavard, de sa censure subtile où pour taire la parole on ne la supprime pas mais on la multiplie, la subdivise, la rend idiote sous une cacophonie de points de vue.

Il parle beaucoup, Pieter, mais il laisse soudain son interlocuteur récupérer analyser ses paroles dans un silence sans compromis pendant lequel il en profite pour en revenir à son coffre, à sa grande boîte de Pandore qui a tout du cabinet de curiosité.

Créé par le plasticien Hans Op de Beeck, son coffre est une énorme pochette-surprise. Pieter de Buysser en extrait des pièces grises, magnifiquement austères, qu'il pose sur la surface des tiroirs ou des compartiments. Il peut ainsi ériger une bibliothèque comme recopier en volume un tableau. Le clou de ses installations malicieuses sera la reconstitution d'une "vanite" avec crâne humain et pots à la Morandi.

Pieter de Buysser fait surgir tout le temps l'inattendu par ses mots comme par ses gestes. C'est un conteur hors pair et un subtil commentateur qui sait raconter le vrai sous la forme de la parabole.

On saura gré à ce néerlandophone d'avoir joué son spectacle en français. Certes, les grognons ont souligné qu'il lisait son texte... Et alors ? Même si les chats, dans son interprétation mot à mot de "Book Burning" (La Mite brûlée), ont tendance à "gongoner", leurs "gongonements" raisonnent au cœur et Pieter de Buysser s'avère un sacré acteur.

On a évoqué la flamme dans son œil, sa bouche qui a parfois le sourire triste. Tout ça n'est rien à côté de ce corps habité par les mots : Pieter de Buysser est chat-rissmatique.

Ceux qui auront vent de sa venue dans leur ville n'auront aucune excuse s'ils laissent passer sans le voir ce grand moment de théâtre total.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 août 2022 : Only happy when it rains

Un peu de pluie, enfin ! C'est pour ainsi dire la tradition pendant le festival de La Route du Rock qui commence cette semaine ! Pour le reste voici notre petite sélection estivale hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Change" de Franz Robert Wild
retour sur le Hellfest 2022 avec Seth, Dog Eat Dog, Deftones, Suicidal Tendancies, Ghost etc.
"I started a garden" de Her Skin
Des petits festivals à venir avec La Guinguette Sonore et Engrenage Party
"Stereolab & Laetitia Sadier", nouvelle émission de Listen In Bed à écouter ici et toujours :
"NOW" le nouveau mix de Listen In Bed à écouter à volonté
retour sur le festival de Beauregard avec Turnstile, Izia, Madness...
"KEXP & NPR sessions" la nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"While my guitar gentle weeps" de Théo Cormier
"Hypnos & Morphée" de Dandy Dandie
Retour sur les Vieilles Charrues avec Last Train, Laetitia Sheriff, Johnny Mafia..

Au théâtre :

les comédies de l'été :
"Duos sur canapé" au Théâtre L'Alhambra
"Un cadeau particulier" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ceci n'est pas une comédie romantique" au Théâtre Le Funambule-Montartre
"La Ligne Rose" au Théâtre Lepic
"Dîner de famille" au Café de la Gare

et les spectacles à l'affiche en août

Expositions :
'Christian Bérard - Bébé excentrique" au Nouveau Musée National de Monaco
la présentation du nouveau parcours des Collections du Musée d'Art Moderne de Paris en accès gratuit
la visite commentée par la commissaire de "Anne de France - Femme de pouvoir, princesse des arts" au Musée Anne-de-Beaujeu à Moulins
dernière ligne droite pour :
"Le Théâtre des émotions" au Musée Marmottan Monet

"Toyen - L'écart absolu" au Musée d'Art Moderne de Paris
et les expositions à l'affiche en août

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Silvio et les autres" de Paolo Sorrentino
"Two lovers" de James Gray
"Innocents" de Bernardo Bertolucci
"Gothika" de Mathieu Kassovitz
"Lina" de Michael Schaerer
et le cinéma indien en 6 films

Lecture avec :

La rentrée littéraire d'automne 2022
et toujours :
"The unstable boys" de Nick Kent
"Le monde sans fin" de Jean Marc Jancovici & Christophe Blain
"Lanceurs d'alerte" de Flore Talamon et Bruno Loth

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=