Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Book Burning
Théâtre de la Bastille  (Paris)  février 2013

Spectacle conçu et interprété par le comédien Pieter De Buysser et le plasticien Hans Op de Beeck.

Sur la scène, un grand coffre, un énorme coffre qui pourrait contenir des merveilles ou un homme qui en sortirait d'un bond... Mais, pour l'instant, l'homme qui apparaît à son tour s'approche de l'avant-scène sans en être sorti.

Il est grand, presque dégingandé. On pense d'emblée à Jacques Tati. Au coin de son oeil, une lueur, une flamme. Il est souriant mais timide. Le voilà qui s'affuble d'une espèce de moustache... Non, ce n'est pas tout à fait ça. C'est une queue de chat qui va faire office de moustache et dépasser largement son nez...

Car Pieter De Buysser se présente comme le chat de Schrödinger "dont il est prouvé scientifiquement qu'il était aussi mort que vivant quand il fut enseveli dans un cercueil contenant de l'acide prussique".

C'est sur cette incertitude que s'ouvre donc ce spectacle philosophique, poétique... et politique. Et tout ça sans jamais être ennuyeux, verbeux, oiseux. Rien en "eux", et tout en "é" comme légèreté, beauté.

Pieter De Buysser va dès lors emmener ses écouteurs attentifs vers une destination que n'auraient pas dédaigné tous ces merveilleux surréalistes belges, tous ces modestes et admirables descendants de Raymond Roussel.

Pour cela, il va lui suffire d'ouvrir sa grande boîte en forme de coffre, d'ouvrir l'un de ses tiroirs ingénieux, pour faire partager son rêve gentiment philosophique, hautement poétique et souverainement politique à ceux qui auront vaincu leur réticence et l'auront suivi dans une utopie qui aura bien vite franchi les frontières d'airain du monde actuel.

Entre colère et humour, sagesse et déraison, Pieter De Buysser n'oublie jamais qu'il est un chat qui voit les Indignés manifester, les livres brûler, les banquiers profiter et les humains, les vrais humains, s'enfuir, s'évanouir, tenter de se serrer les uns contre les autres là où n'ira pas les traquer le désordre libéral. Pieter De Buysser parle de "gérilleros de l'omission" de gens qui s'extraient de ce monde bavard, de sa censure subtile où pour taire la parole on ne la supprime pas mais on la multiplie, la subdivise, la rend idiote sous une cacophonie de points de vue.

Il parle beaucoup, Pieter, mais il laisse soudain son interlocuteur récupérer analyser ses paroles dans un silence sans compromis pendant lequel il en profite pour en revenir à son coffre, à sa grande boîte de Pandore qui a tout du cabinet de curiosité.

Créé par le plasticien Hans Op de Beeck, son coffre est une énorme pochette-surprise. Pieter de Buysser en extrait des pièces grises, magnifiquement austères, qu'il pose sur la surface des tiroirs ou des compartiments. Il peut ainsi ériger une bibliothèque comme recopier en volume un tableau. Le clou de ses installations malicieuses sera la reconstitution d'une "vanite" avec crâne humain et pots à la Morandi.

Pieter de Buysser fait surgir tout le temps l'inattendu par ses mots comme par ses gestes. C'est un conteur hors pair et un subtil commentateur qui sait raconter le vrai sous la forme de la parabole.

On saura gré à ce néerlandophone d'avoir joué son spectacle en français. Certes, les grognons ont souligné qu'il lisait son texte... Et alors ? Même si les chats, dans son interprétation mot à mot de "Book Burning" (La Mite brûlée), ont tendance à "gongoner", leurs "gongonements" raisonnent au cœur et Pieter de Buysser s'avère un sacré acteur.

On a évoqué la flamme dans son œil, sa bouche qui a parfois le sourire triste. Tout ça n'est rien à côté de ce corps habité par les mots : Pieter de Buysser est chat-rissmatique.

Ceux qui auront vent de sa venue dans leur ville n'auront aucune excuse s'ils laissent passer sans le voir ce grand moment de théâtre total.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=