Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Narrow Terence
Interview  (Paris)  vendredi 25 janvier 2013

L'histoire qui a conduit à la réalisation de l'album Violence with benefits des deux frangins de Narrow Terence, Antoine et Nicolas Puaux, est étonnante. Il y est question de mauvais garçons, de bagarre, de justice, de rencontre avec une chapelle et de rédemption par la musique. Récit de ce qui pourrait servir de trame pour un film d'Abel Ferrara mais avec des décors à la Pagnol.

Le nouvel album a mis du temps à sortir. Pouvez-vous nous en expliquer la genèse ? Et pourquoi avoir choisi de joindre un DVD à l'album ?

Nicolas Puaux : Il y a eu comme un nœud dans nos existences. Suite à une altercation avec un individu, nous avons joué les mauvais garçons. Nous avons été condamnés à des travaux d'utilité collective. Sur les lieux où nous avons effectué notre peine, il y a une chapelle, ce qui a une portée symbolique en terme de rédemption. C'est là que nous avons accouché de ce disque.

Lorsque nous avons su que nous allions être condamnés suite à cette bagarre et passer sous le régime des travaux d'intérêt général, nous nous sommes dit que c'était une histoire à raconter quelque part. Dans le DVD, nous voulions expliquer que nous avons réussi à sortir quelque chose du chaos dans lequel nous étions, que nous avons porté notre croix, plus que montrer les arrière-cuisines de la réalisation de l'album.

C'est pour nous un album de transition, un album apaisé. Nous réinvestissons d'anciennes chansons de manière acoustique pour les adapter au son de la chapelle. C'est aussi une manière de nous tourner vers l'avenir avec de nouvelles chansons.

Le titre de l'album est en rapport direct avec cette histoire.

Nicolas Puaux : On peut traduire "Violence with benefits" par "Violence qui paie". Mais ce n'est pas une apologie de la violence.

Antoine Puaux : Le cadre religieux qui a entouré la création de l'album donne un double-sens qui colle parfaitement à cette histoire.

L'histoire de la pochette est donc aussi liée à cette histoire ?

Nicolas Puaux : Bien entendu. On a un album et un documentaire. Le documentaire raconte notre chemin de croix, alors que l'enregistrement de l'album s'est déroulé sous le regard de Jésus-Christ. Donc montrer cette statue d'un prêtre avec un œil au beurre noir rappelait autant les conditions d'enregistrement que l'altercation qui nous avait menée jusqu'à ce lieu.

Comment s'est comporté le groupe durant cette période trouble ?

Nicolas Puaux : Antoine et moi sommes du sud de la France. Actuellement le groupe vit à Paris, mais notre attache dans le sud-est est claire. C'est d'ailleurs pour cela que nous avons pu effectuer notre condamnation dans ce coin de France. On avait tout un réseau dans les centres culturels de la région. On les a contactés et demandé s'ils pouvaient faire quelque chose de nous. On avait déjà travaillé avec les gens d'Apt dans le cadre d'un festival.

Antoine Puaux : Comme nous pouvions effectuer notre peine dans le domaine de la musique, ils étaient même ravis qu'on ait été condamné (rire). Ça a été certainement profitable pour les élèves de l'école de musique, mais ça l'a été pour nous aussi. Ça a été la plus belle manière de nous aider à remettre le pied à l'étrier.

Vous avez effectué votre peine à l'école de musique. Les élèves ont-ils collaboré à l'album ?

Nicolas Puaux : L'école de musique d'Apt est un ancien hôpital qui a été construit autour de la chapelle. C'est le coeur de l'école. En plus, nous avions des instruments à disposition à l'école. Sur le DVD, il y a des morceaux live interprétés en collaboration avec des élèves. Et peu après l'enregistrement, nous avons été reprogrammés par le festival d'Apt. C'est plus pour ce concert qu'on a travaillé avec eux, qu'on les a fait intervenir. Nous-même sommes intervenus sur des chansons à eux. L'échange a bien eu lieu.

Votre musique est cinématographique. Est-ce une source d'inspiration ?

Antoine Puaux : Pas vraiment. Cette impression provient d'abord des conditions d'enregistrement. On retourne encore une fois au fait que cette chapelle est au coeur des compositions et des arrangements. On l'entend résonner sur le disque. On entend le son des pierres.

Nicolas Puaux : C'est vrai, la chapelle est un personnage à part entière de l'album. C'est d'ailleurs pour cela que pour les dates de la tournée liée à cet album, on recherche d'abord des chapelles, ou au moins des endroits qui ont une âme, comme cela. De vieux théâtres, d'anciens cinémas.

Justement, votre pochette qui représente un prêtre avec un œil au beurre noir ne rend-elle pas difficiles vos démarches de prospection de lieux atypiques où jouer ?

Antoine Puaux : (rires) Il y a la première stratégie qui consiste à cacher la pochette lorsque nous rencontrons des gens d'église...

Nicolas Puaux : ... Et la seconde où on explique notre histoire et notre démarche. La chapelle, c'est le lieu de la rédemption par excellence. Mais la plupart du temps, ça reste des chapelles qui ont une importante activité culturelle, qui sont des lieux ouverts. C'est finalement plus facile de jouer à Saint-Eustache au coeur de Paris que dans une petite église de village.

Retrouvez Narrow Terence
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Narco Corridos de Narrow Terence
La chronique de l'album Violence with benefits de Narrow Terence
La chronique de l'album Rumble-O-Rama de Narrow Terence
Narrow Terence en concert au Grand Mix (dimanche 14 mars 2010)
Narrow Terence en concert au Café de la Danse (lundi 12 avril 2010)
L'interview de Narrow Terence (dimanche 26 février 2017)

En savoir plus :
Le Bandcamp de Narrow Terence
Le Myspace de Narrow Terence
Le Facebook de Narrow Terence

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Narrow Terence (26 février 2017)
Narrow Terence (25 janvier 2013)


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=