Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bouvard et Pécuchet
Théâtre le Lucernaire  (Paris)  février 2013

Comédie dramatique d'après l'oeuvre éponyme de Flaubert, adaptation et mise en scène de Vincent Colin, avec Philippe Blancher et Roch-Antoine Albaladejo.

Avant que les deux compères imaginés par Flaubert entrent en scène, on peut légitimement avoir une certaine appréhension : est-ce une bonne idée d’adapter pour la scène cette somme foisonnante, ce grand roman de la "bêtise" qui a épuisé son auteur au point qu’il a pu dire que cette bêtise l’avait tué ?

En outre, on sait que "Bouvard et Pécuchet" est une œuvre inachevée, qu’il est donc difficile de savoir où Flaubert voulait vraiment en venir, s’il se moquait de ses deux puits de science amusante provoquant catastrophe sur catastrophe en accumulant les expériences calamiteuses ou s’il n’en faisait pas des héros modernes, les premiers anti-héros annonçant le Bardamu de Céline ou le Joseph K de Kafka.

Mais le doute se dissipe dès que Bouvard rencontre Pécuchet sur un banc et que les deux copistes constatent que chacun a son nom marqué à l’intérieur de son chapeau ou de sa casquette. C’est la voix-off d’Edith Scob qui lit le génial début du roman de Flaubert. Pendant ce temps-là, Bouvard s’assoit devant un micro et Pécuchet fait de même.

Quand ils commencent à se parler, on n’a déjà plus de doute : Vincent Colin a trouvé le ton juste. Son adaptation de la phrase flaubertienne est fluide, légère. Il la restitue sans la recopier, la teinte d’humour, l’allège de toute pesanteur naturaliste, en extrait les phrases les plus savoureuses.

De leur côté, les comédiens ont compris qu’ils ne devaient pas être des caricatures d’autodidactes frôlant le ridicule dans leur prétention à atteindre les cimes encyclopédiques. Bouvard et Pécuchet ne sont pas si bêtes que ça ; c’est leur ambition homaisienne ou prudhommesque, leur foi dans un progrès qui devient odieux par son extrême matérialisme, qui tutoie les sommets de l’absolue bêtise.

Roch-Antoine Albaladéjo et Philippe Blancher trouvent d’emblée l’évidence de leurs personnages. On leur saura gré de ne pas avoir cherché à tirer Bouvard et Pécuchet quelque part entre le poétique et le pathétique.

Dans sa mise en scène, Vincent Colin ne s’est toléré aucun temps mort. C’est donc tambour battant que l’on va suivre les tribulations picaresques et burlesques de Bouvard et de Pécuchet.

Et le rire va être souvent au rendez-vous. Pas simplement grâce au texte, mais aussi grâce aux astuces utilisées par Vincent Colin et par son "créateur sonore", Thierry Bertomieu. Car ce spectacle bénéficie d’une "bande-son" d’une rare qualité. Les actions des deux ostrogoths sont bruitées avec finesse, notamment celles qui se déroulent "hors champ".

On peut l’affirmer en employant le ton délicieusement emphatique des deux bonshommes : on est devant une proposition qui paraît modeste de facture, mais qui ajoute au théâtre, rien de moins que les acquis radiophoniques et cinématographiques !

On sera imparablement épaté par l’intelligence de ce spectacle sur la bêtise. Vraiment tout est léger et de bon goût dans cette adaptation limpide et jouissive de "Bouvard et Pécuchet". Elle fera à la fois connaître l’œuvre de Flaubert et aimer le théâtre.

Une vraie réussite à ne pas manquer.

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 février 2024 : Quoi de neuf cette semaine ?

De la musque, du théâtre, de la littérature, de la bonne humeur et du replay au programme cette semaine sur Froggy's Delight que ce soit ici, sur Twitch ou sur Youtube. Comme disent les jeunes, suivez-nous et mettez des pouces bleus ! .

Du côté de la musique:

"Session de rattrapage 3", nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
quoi de neuf du côté de Caesaria, Archi Deep, Chester Remington, Dirty Fonzy
"She Reaches Out to She" de Chelsea Wolfe
"Victoire de la musique" de Cotonete
"Back to the wall" de Grand March
"Please, wait" de Maxwell Farrington & Le SuperHomard
"La reine du secourisme" de Nicolas Jules
"On the spot" de Philippe Soirat
"#puzzled" de Pierre-François Blanchard
"Goodbye black dog" de PURRS
"Print, Secrets for you" de Sylvain Cathala
"Witchorious" de Witchorious
et toujours :
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest

Au théâtre

les nouveautés :

"A qui elle s'abandonne" au Théâtre La Flèche
"Les quatres soeurs March" au Théâtre du Ranelagh
"Mémoire(s)" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"N'importe où hors du monde" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Quand je serai un homme" au Théâtre Essaïon
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" à La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec :

 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=