Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rover - Bertrand Belin
Colisée  (Lens)  7 mars 2013

Ce soir là, j’étais à Lens. S’assoir ! Là ! J’étais à Lens. Ce soir, légère, à Lens. Ce soir là, j’ai l’aise à Lens. Ce soir là, c’était l’alliance.

Ce soir là, j’étais à Lens, au Colisée de Lens pour être exacte. Et, une fois n’est pas coutume, Bertrand Belin et Rover se retrouvaient tous deux en haut de l’affiche. Ni de première, ni de deuxième partie. Fifty fifty.

Ambiance cosy, gradin moelleux, couleurs chaudes. Les deux groupes s’attendaient, je pense, à avoir une attentive audience. Pendant que je patientais, que je scrutais le lever de rideaux, que j’observais la salle, je me demandais ce qui rapprochait Bertrand Belin de Rover et proportionnellement inversé. Bertrand Rover, s’ils s’assemblaient parfaitement, ce serait… Au fond de ma mémoire musicale, je recherchais, je triturais quelques chansons. J’essayais de mettre bout à bout des bouts. En vain. Et puis, je me suis dite que Rover Belin pourrait être un Colosse.

Bertrand Belin serait un de mes colosses de la post-Gainsbourg chanson française, avec Mathieu Boogaerts. Un jour, j’ai entendu répondre à la question qu’est-ce qu’une bonne chanson ? Qu’elle était celle qu’on réinterprète avec n’importe quel instrument, sans en dénaturer la moelle. Peut-être est-ce dû à la simplicité et la clarté de la création ? Bertrand Belin est un de ceux qui, à mon sens, va à l’essentiel. Le qualifier de minimaliste pourrait prêter à confusion. Loin de moi l’idée de décrire ses chansons comme "dénuées de" ou "sans". La recherche musicale est là. Mais le verbe et la strat, les deux ingrédients essentiels de Belin, vont à l’essentiel. Les mots ? Il les use pour leur sonorité, il les allonge, les accole, les fait sonner ou les arrête net. Et chacun est libre d’en absorber le sens qui résonne. Son jeu de guitare ? Il est cristallin et clinquant, vibrant, mais jamais hérissant, tricoté ou trituré. Dans un univers tantôt cotonneux voire brumeux, le dandy Belin chante de sa voix grave presque nonchalante des paysages, des émotions, des regrets, des douceurs.

Rover serait un colosse vocal ou une voix colossale. Et, quand le colosse oscille entre les cordes de David Bowie d’Elvis et celles de Robby Gibb, je m’écrie Champagne pour tout le monde ! Rover a connu, en 2012, un terrible coup de projecteur pour sa chanson "Aqualast". Elle est d’ailleurs aujourd’hui celle que le public attend à tous prix. Rover, voyageur aux multiples racines, ne se destinait pourtant pas d’emblée à la France. Thimothée Régnier s’est trouvé là, un jour, se découvrant d’ailleurs une voie par sa voix. Il s’est alors choisi le nom de scène "Rover" et roule... à jamais imprégné de l’image du hobo, troubadour musical, errant - aurait-il véritablement la passion des voitures ? - Rover a un registre plutôt sombre. Le passé au coeur du tourmenté Liban en est certainement une raison. Souvent, on cite pour le décrire, ses influences que sont les Black Keys ou encore Interpol. Le rock ténébreux sans nul doute. Pour ma part, en inconditionnelle de David Bowie, j’y vois beaucoup de parallèles.

Les rideaux se sont levés.

Bertrand Belin, que je pensais jusqu’alors très solitaire, s’était entouré d’une formation de quatre musiciens. Je l’ai toujours imaginé voyageur avec un baluchon, sa guitare, concédant parfois la présence de Tatiana Mladenovich pour sa douce voix et son jeu de batterie impeccable. Là, l’ensemble était plus orchestré, donnant une ouverture dans la création musicale. Quelques morceaux de l’album Hypernuit passés, Bertrand Belin s’est saisi de l’occasion pour donner un avant-goût de son prochain album Parcs. Décidément plus rock, emprunt de nouvelles influences, jazz, asiatique, Bertrand Belin s’éloignerait-il du registre intimiste ? L’affaire est à suivre...

Rover est, quant à lui, resté dans sa configuration trio. Tantôt au piano, tantôt à la guitare, le colosse a donné un concert survolté. Je l’avais vu, un an plus tôt, moins électrique. Les ballades folk rock trop, mis en avant, dénaturaient la force même de Rover. Ce soir là, Rover a continué, a joué Rover mais cette fois de manière plus dure, rock, éclatante.

Le concert terminé, c’était un goût de trop peu. Le public s’est levé pour en redemander encore. Belin - Rover, le mélange n’était pas si étrange, bizarrement raccord, étrangement rock. Ce soir là, je trouvais que les deux groupes dégageaient une énergie débordante. Si dans la voix de Rover se cachait un Elvis plus rock que jamais, Bertrand Belin était possédé de son déhanché. J’espère me retrouver bien vite, là, à m’assoir, à l’aise, voir d’autres alliances, à Lens.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Rover parmi une sélection de singles (octobre 2011)
La chronique de l'album eponyme de Rover
La chronique de l'album Let it glow de Rover
Rover en concert au Festival Les Paradis Artificiels #6 (édition 2012) - mardi 17 avril
Rover en concert au Festival Art Rock 2012 - vendredi, samedi et dimanche
Rover en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - samedi
Rover en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi
Rover en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi - 2ème
Rover en concert au Fil (vendredi 19 octobre 2012)
Rover en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Samedi
Rover en concert au Festival Crazy Week !!! #4 (édition 2013) - vendredi
Rover en concert au Festival Art Rock 2016 - Dimanche 15 mai
Rover en concert au Festival Nancy Jazz Pulsations #44 (édition 2017)
L'interview de Rover (2 mars 2012)
L'interview de Rover (vendredi 19 juillet 2013)
La chronique de l'album eponyme de Bertrand Belin
La chronique de l'album La perdue de Bertrand Belin
La chronique de l'album Hypernuit de Bertrand Belin
La chronique de l'album Cap Waller de Bertrand Belin
La chronique de l'album Persona de Bertrand Belin
Bertrand Belin en concert au Studio Acousti (Showcase) (15 février 2005)
Bertrand Belin en concert à l'Espace Jemmapes (17 mai 2006)
Bertrand Belin en concert au Festival FNAC Indétendances 2007 (vendredi)
Bertrand Belin en concert à La Flèche d'Or (mardi 26 juillet 2012)
Bertrand Belin en concert au Trianon (mardi 15 décembre 2015)
L'interview de Bertrand Belin (samedi 9 mars 2019)

En savoir plus :
Le Myspace de Rover
Le Facebook de Rover
Le site officiel de Bertrand Belin
Le Facebook de Bertrand Belin


Rachel Debrincat         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Rover (2 mars 2012)
Bertrand Belin (5 octobre 2010)
Bertrand Belin (1 octobre 2009)


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=