Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'invention de la pauvreté
Tancrède Voituriez  (Editions Grasset)  février 2013

Un titre austère en forme de sujet de dissertation pour étudiant en master d'économie et une illustration cynico-ironique, voilà pour un bel anachronisme pour introduire "L'invention de la pauvreté" de Tancrède Voituriez.

En parallèle à de sérieuses publications sur le commerce mondial et la PAC, cet économiste taquine la plume romanesque et livre un opus qui se déroule dans un milieu socio-professionnel qu'il connaît bien, celui des économistes.

Et, plus précisément en l'espèce, le microcosme cosmopolite et privilégié de ceux sévissant au sein des institutions internationales, milieu assez feutré et discret dont les éventuelles turpitudes, même si les frasques d'un ex-directeur du FMI a fait la une des tabloïds, sont peu divulguées au grand public.

Que le lecteur ainsi alléché rentre ses yeux exorbités de voyeur dans leur orbite car la charge visant les nantis de la sous-science qu'est l'économie comme la qualifie l'auteur reste très policée.

Certes, il délivre quelques sentences aussi caustiques que définitives sur les conférences de la Banque mondiale "qui servent de tribune aux chercheurs en mal de reconnaissance qui tireront quelque crédit de savoir leur communication retenue par une institution qui reste prestigieuse même si la qualité scientifique de sa production, sur certains sujets sensibles, n'est pas à la hauteur de sa réputation", le développement, qui reste "une énigme" et l'humanitaire qui n'est qu"un transfert de bien-être des assistés vers les riches ("Ça fait du bien au Nord d’aider le Sud" car "réduire la pauvreté chez les autres est une manière de se convaincre que l'on est riche et puissant").

Car sa prose ressortit, au terme d'une hybridation souvent laborieuse, à la littérature romanesque, en tant que roman d'amour, et au roman moral puisque dans le monde enchanté des économistes, si l'argent coule à flots il ne semble pas faire le bonheur et ce n'est qu'un leurre de croire que l'argent puisse constituer un réel moyen de transformation de nos relations avec les autres.

Tancrède Voituriez raconte le destin croisé d'un universitaire spécialisé en ichtyologie, et expert en comptage des stocks de thon rouge qui, suite à décrédibilisation professionnelle par l'affichage photographique de son sexe en gros plan et ratissé par une énième divorce, opère un revirement existentiel avec un retour à une vie de Robinson et au principe de plaisir, et un économiste fonctionnaire de l'ONU, un éminent col blanc spécialiste de la pauvreté, ce qui lui offre une véritable sinécure, en pleine déconfiture malgré ses noces.

Et l'auteur s'intéresse tout particulièrement à ce dernier et à sa "faillite" professionnelle. Il le dépeint comme un homme obligé d'inventer un but à son existence et qui a opté pour "un projet à la démesure de son malaise et de son chagrin" basé sur la vertu économique : réduire la pauvreté, qui s'est transformé en un travail de recension des pauvres ce qui accentue encore son sentiment de vacuité. Mais la narration de ses états d'âme peinent à passionner le lecteur.

Avec deux hommes, cherchez la femme. Celle-ci se trouve être la mariée, un joli oiseau exotique vietnamien que son époux, tel un Arnolphe en moins barbon, s'est mitonné en la prenant quasiment au berceau, rêvant d'être un nouveau Pygmalion. Toutefois la jeune femme est plus Agnès qu'Eliza Doolittle.

Tout cela se passe dans un décor de rêve, celui de la presqu'île de Cap Cod située sur la côte Est des États-Unis, immortalisée par le peintre Edward Hopper dont la maison sert de cadre au fastueux et interminable mariage. Mais on s'y ennuie.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=