Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Saga des Conti
Jérôme Palteau  mars 2013

Réalisé par Jérôme Palteau. France. Documentaire dramatique. 1h37. (Sortie 20 mars 2013).

À Clairoix, dans l’Oise, le 11 mars 2009 restera à jamais une date historique : ce jour-là, les 1120 salariés de l’usine de pneus Continental reçoivent une lettre de licenciement. C’est le premier acte de ce que Jérôme Palteau appelle "La Saga des Conti".

En général, les "sagas" sociales ont des scénarios stéréotypés. Après l’évocation du sort tragique qui attend les salariés licenciés, quelques tours de piste des grands leaders syndicaux et politiques (quand ils sont en période électorale), quelques manifestations aussi symboliques que sporadiques, interviennent les voix de la raison, celles des commentaires économiques qui font l’oraison funèbre d’une entreprise qui n’était plus viable, qui n’avait plus d’avenir.

C’est bien triste pour les travailleurs, mais ces choses-là les dépassent, n’est-ce pas ? Pour eux, le mieux, c’est donc d’aller sagement, sans se lamenter et le plus vite possible, prendre leurs marques chez Pôle Emploi.

Chez les Conti, on avait sans doute vu et revu ce feuilleton monotone qui passe en boucle dans les JT de 20 heures et l’on avait en tête une variante plus assez utilisée : celle de la lutte sociale, du combat acharné contre la multinationale allemande qui voulait fermer un site rentable pour complaire à leurs actionnaires.

"La Saga des Conti" de Jérôme Palteau raconte par le détail comment "les Conti" ont réagi et agi pour contredire les défaitistes de tous poils : oui, c’est possible de "triompher" de l’adversité capitaliste quand on est déterminé à résister, quand on sait s’organiser et qu’on croit jusqu’au bout que le pot de fer peut être vaincu par le pot de terre. Immergé dans la lutte, toujours là lors des grands moments violents et émouvants.

Jérôme Palteau reconstitue cette histoire avec empathie et sans emphase. Il montre l’importance du leader cégétiste des "Conti", le charismatique Xavier Mathieu, mais n’en fait que la figure de proue de la lutte. Grâce à Jérôme Palteau, on découvrira combien le portrait insidieux qu’en faisaient les médias officiels était une caricature.

À l’écoute des travailleurs en lutte, s’appuyant sur l’expérience d’un expert en conflits sociaux, Roland Szpirko, retraité de Chausson qui ne cache pas son appartenance à Lutte Ouvrière, Xavier Mathieu n’est pas le "casseur" qui n’a pas voulu se repentir devant David Pujadas. On verra d’ailleurs dans le film de Jérôme Palteau la scène filmée de l’intérieur du fameux "saccage" de la sous-préfecture de Compiègne. Les cinéphiles s’amuseront de cet effet "Rashomon" ou "Liberty Valence" qui permet de voir ce que les télés n’ont pas pu ou pas voulu montrer.

Dans "La Saga des Conti", la parole est donnée à ceux qui devraient toujours parler mais qui se la font d’habitude confisquer par des porte-voix peu fiables, par ces oligarques syndicaux qui n’ont d’ailleurs jamais trouvé le temps de venir les soutenir…

À défaut d’un hypothétique "grand soir" qui n’arrive jamais, on vivra avec les "Conti" quelques beaux petits moments, comme celui où ils s’en vont rejoindre leurs homologues allemands. Mini internationale ouvrière reconstituée au pays de Karl Marx, cette manifestation fraternelle à Hanovre a une valeur inappréciable et l’on n’aura pas peur d’écrire que c’est un vrai moment cinématographique que capte le réalisateur.

"La Saga des Conti" de Jérôme Palteau redonnera espoir à ceux qui ne se contentent pas de s’indigner. C’est aussi un film qui a déjà valeur de document historique et qu’il faut voir pour comprendre les bruissements sociaux qui ne peuvent que s’amplifier aujourd’hui et demain.

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=