Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce J'avais un beau ballon rouge
Théâtre du Rond-Point  (Ivry)  mars 2013

Comédie dramatique de Angela Dematté, mise en scène de Michel Didym, avec Richard Bohringer et Romane Bohringer.

Les Bohringer père et fille ensemble sur scène, ils en ont certainement aussi souvent rêvé que les spectateurs.

Et c'est Michel Didym, metteur en scène et directeur du Centre dramatique national de Nancy Lorraine, qui a trouvé le texte fédérateur dans lequel Richard Bohringer et Romane Bohringer sont à la fois si semblables et si différents.

Premier opus dramatique d'une jeune auteure italienne, Angela Dematté, diplômée de Lettres Modernes et de l’Accademia dei Filodrammatici de Milan et actrice, "J’avais un beau ballon rouge" traite essentiellement de la relation père-fille sur fond de le télescopage de l'intime et de l'Histoire avec majuscule à travers un biopic fictionnel sur un personnage historique, celui de Margherita Cagol, co-fondatrice des Brigades Rouges, l'organisation armée italienne d'extrême-gauche responsable d'actes de terrorisme dans les années 70.

Elle aborde la thématique de l'amour filial en corrélation avec l'incontournable fracture générationnelle entre le parent-adulte, qui compose avec la réalité contingente, et l'enfant-adolescent idéaliste, qui pense pouvoir refaire le monde avec un face-à-face sous haute tension entre un père petit-bourgeois conservateur chrétien et une fille sensible aux problèmes d'injustice sociale, "embrigadée" par un activiste politique avec qui elle formera le couple "à la Bonnie and Clyde" des années de plomb.

Et cependant, en l'espèce, dans cette déclinaison extrême, l'amour inconditionnel reste indéfectible, même s'il est peu démonstratif et si la confrontation entre l'idéalisme révolutionnaire forcené et le pragmatisme raisonnable mène à l'incompréhension et à la rupture intellectuelle.

Dans la scénographie astucieuse de Jacques Gabel avec un décor qui évolue de l'intérieur petit-bourgeois à l'appartement anonyme avec portrait de Lénine et cache d'armes, avec, pour le côté documentaire, quelques images d'archives d'époque dont celles emblématiques de la petite fille brûlée au napalm pendant la guerre du Vietnam, et la mise en scène classique et sobre de Michel Didym, le duo-duel des deux personnages est fracassant.

Insufflant à leur personnage un feu intérieur, Richard Bohringer compose, avec intériorité et une grande économie de jeu, une belle figure de père au coeur généreux mais impuissant face à Romane Bohringer qui incarne avec énergie et conviction une passionnaria dogmatique au destin tragique.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=