Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce SOMA
B-Spot  (Nice)  jeudi 4 avril 2013

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore SOMA, nous les encouragerons tout simplement à les découvrir. Tout d'abord à travers leur musique avec deux albums, dont le dernier Nobody's Hotter Than God, que nous avons eu la chance de pouvoir écouter et vivre en live.

Pour leur premier passage sur Nice, c’est sur la scène du B-Spot, récent lieu de performance scénique et artistique, fief du chanteur Medi (également ancien batteur de Charlie Winston), que SOMA se produit ce soir avec une prestation bousculée mais néanmoins très remarquée.

SOMA investit tout naturellement la scène sur une intro samplée, tout de suite suivie d'une belle montée instrumentale tout en puissance, ne laissant pourtant pas cacher un premier morceau "Henry VIII" qui ne cessait progressivement de faire prendre la sauce.

La suite n'a fait que confirmer l'énergie que dégagent nos quatre compères, avec des riffs de guitares aussi incisifs que mélodiques, accompagnés d'un duo rythmique basse/batterie chevronné.

Tantôt dansant voir disco/rock sur "Nowhere Fast", tantôt pop avec des mélodies plus sirupeuses et des choeurs nettement présents comme sur "The Blackyard", SOMA ne saurait se limiter à une seule chose, si ce n'est faire bouger la salle en investissant littéralement la scène.

Un contact d'ailleurs largement partagé avec le public, venu manifestement les écouter, à en croire les acclamations entre chaque morceau. Le chanteur s'en amuse tel qu'il réussit parfois à (ré)chauffer la salle de façon insolite, jouant parfois de son sex-appeal, en faisant participer les filles d'un côté et de l'autre les mecs simulant un cri "d'orgasme", qu'une groupie aurait eu lors d'un concert sur "Letters to unwrite" qui annonça le morceau.

Partageant ces moments magiques, ce groupe plein de ressources ne cesse de surprendre par sa capacité à s'approprier ce lieu, en rebondissant de titre en titre, ne laissant transparaître à aucun moment une baisse de régime.

Bien au contraire, la diète n'est pas pour ce soir, la musique coule à flot, enchaînant infatigablement les morceaux que l'on pourrait facilement qualifier de tubes, tant ils sont d'une efficacité à toute épreuve.

SOMA adopte toujours la même ligne directive sur scène, à l'image d'une épopée, dont on ne peut décrocher, ni se lasser. Tels des chevaliers aux cordes bien affûtées, ils nous délivrent alors un remarquable "Nobody's Hotter Than God" aux sonorités presque stoner voire Nosfellien, comme si dans une autre contrée, ils avaient croisé les "Reines de l'âge de pierre". À l'effigie de cette belle aventure, le moment tant attendue où tout le monde sautille dans tous les sens arrive enfin, poussant même le public à chantonner. L'intensité est alors à son comble (comme la salle d'ailleurs qui est de plus en plus à l'étroit) mais qu'à cela ne tienne, ils ont encore de la réserve. Nous offrant un "Get Down" qui en dit long sur l'ambiance et l'attitude rock à adopter, la soirée bât alors définitivement son plein. Mais c’est avec une énergie contenue que le passage en douceur laisse peu à peu place au refrain "Get Down… Get Down" repris à tue-tête, pour se terminer en un bouquet final transpirant un rock des plus férus.

C'est enfin sur cet air de mandoline "Silver Spleen", aux mélodies mélancoliques et féeriques (à la manière d'une magnifique comptine), qu'ils introduirent le morceau phare "Roller Coaster", finissant magistralement ce premier set.

Le public maintenant ivre de SOMA, en redemanderait même encore, acclamant leur groupe qui n'aurait pu partir ainsi.

Le fameux rappel, passage nécessaire (voire presque obligatoire), ne s'est pas fait attendre bien longtemps, sous une horde d'applaudissements "orgasmique". S'en suivit alors une reprise dansante tendance "New-Wave", qui n'a fait que confirmer cette incroyable capacité à s'accaparer, et prendre possession de tout ce qui les entoure.

On ne saurait juste blâmer ces petits moments fort désagréables de problème de son, avec des grésillements de micro qui s'en suivirent. Petit bémol qui fut néanmoins effacé par leur prestation scénique, et leur générosité envers leur public, avec qui nous avons pu partager ces bons moments.

L'happy-end ne pouvant être évité, toutes les bonnes choses ont une fin, mais quelle fin !

Enchaînant avec "Several Days", un morceau tout à leur effigie, plein d'entrain, SOMA nous a offert une belle leçon de style. Quasi possédés durant un instant, c'est avec une transition planante un soupçon psyché, que nous avons terminé par un retour en arrière dans les seventies.

Une fin de concert au passage à "l'ère" du rock vintage, et pourtant dans l'air de la pop d'aujourd'hui.

SOMA est peut-être tout ça à la fois, et en même temps une seule unité, démontrant par cette prestation, que leurs diverses influences ont su nourrir cette identité qui leur est propre.

La route du succès ne serait-elle pas très loin ? Du moins c'est ce que nous leur souhaitons. So Rock, On the Road !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ep de Soma
La chronique de l'album Volume 3, Compilation Divers Artistes de Soma Coma
L'interview de SOMA (jeudi 4 avril 2013)

En savoir plus :
Le site officiel de SOMA
Le Myspace de SOMA
Le Facebook de SOMA

Crédits photos : Sébastien Trivellin (retrouvez toute la série sur son Flickr)


Cherub         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 octobre 2020 : Le grand incendie

Plutôt que de subir ce nouveau couvre feu, faisons feu de tout bois et sortons, chacun avec nos moyens, la culture de ce marasme actuel. Voici donc le programme de la semaine sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri
et toujours :
"Glover's mistake" de Mickaël Mottet
"Chanson d'amour" de Alexandre Tharaud et Sabine Devieilhe
"Deux mezzos sinon rien" de Karine Deshayes
"Visible(s)" de La Phaze
"Seven Inch" 2eme émission de la 2eme saison de LISTEN IN BED
"Introsessions EP" de Minshai
"Faune" de Raphaël Pannier Quartet
"Shaken soda" de Shaken Soda
"Y" de The Yokel
"L'ancien soleil" de Yvan Marc

Au théâtre :

les nouveautés :
"L'Art de conserver la santé" au Théâtre de la Bastille
"Don Juan" au Théâtre national de Chaillot
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Saccage" à la Manufacture des Abbesses
"Le Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Jeanne d'Arc" au Théâtr de la Contrescarpe
"Here & Now" au Centre Culturel Suisse
"Virginie Hocq ou presque" au Théâtre Tristan Bernard
"Le destin moyen d'un mec fabuleux" au Studio Hébertot
les reprises :
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Swinging Poules - Chansons synchronisées" au Théâtre L'Archipel
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'art etd'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home avec :
"India Song" de Marguerite Duras
"De beaux lendemains" de Atom Egoyan
"La légende du piano sur l"océan" de Giuseppe Tornatore
"Une femme mélancolique" de Susanne Heinrich
"Atanarjuat, la légende de l'homme rapide" de Zacharias Kunuk

Lecture avec :

"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

et toujours :
"Etouffer la révolte" de Jonathan M. Metzl
"Infographie de la Rome antique" de John Scheid, Nicolas Guillerat & Milan Melocco
"L'accident de chasse" de David L. Carlson & Landis Blair
"Le voleur de plumes" de Kirk Wallace Johnson
"Mon père et ma mère" de Aharon Appelfeld
"Réparer les femmes : un combat contre la barbarie" de Denis Mukwege & Guy-Bernard Cadière
"Un coeur en sourdine" de Alexandra Pasquer

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=