Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce C'est la faute à Le Corbusier
Théâtre de l'Epée de Bois  (Vincennes)  avril 2013

Comédie de Louise Doutreligne, mise en scène de Jean-Luc Paliès, avec Jean-Pierre Hutinet, Catherine Chevallier, Jean-Luc Paliès, Claudine Fiévet, Valérie Da Mota, Ruth M’Balanda, Jeeb’s Paliès, Carel Cléril et Emilien Gillan.

C’est l’effervescence dans le local social de la ville : deux architectes répondant à l’appel d’offre de la mairie viennent visiter les lieux en vue de la restructuration du quartier.

Mais alors que le gardien (Alberto) comptait sur leur présence une demi-journée et avait prévu de les accueillir, l’un des deux architectes (l’homme), aussitôt arrivé, pense avoir tout vu en un coup d’œil et s’apprête déjà à repartir. Alberto, avec l’aide de toute la petite équipe présente (les musiciens ainsi que sa fille, journaliste audiovisuelle), boucle les lieux et les séquestre gentiment pour leur parler de la vie au quotidien dans le quartier, documentaire à l’appui.

Sur le plateau, le mur de fond est surmonté d’un écran qui donne des indications de temps ou illustre le propos. Et dans le décor, un autre écran sur roulettes sert de support pour la projection du documentaire. Il ya aussi des instruments de musique, un bar et des mobiles (inspiré du fameux Modulor de Le Corbusier) qui décorent l’espace.

"C’est la faute à Le Corbusier" est un spectacle protéiforme qui intègre autant la vidéo que la musique pour interroger la notion du "vivre ensemble" à travers différents sujets et propose un état de lieux de l’habitat urbain et des différents grands modèles architecturaux modernes tels qu’ils ont été mis en place avec des fortunes diverses.

Le texte de Louise Doutreligne bien documenté, tantôt drôle, tantôt explicatif dresse un tableau assez complet de la situation du logement collectif et pose les questions. Des témoignages issus du vécu des habitants de grands ensembles dessinent une partie des réponses.

Catherine Chevallier et Jean-Luc Paliès sont les deux architectes dont l’une, humaine, apporte sa vision féminine tandis que le deuxième, cynique, se métamorphosera quelque peu au contact des habitants. Le gardien Alberto c’est Jean-Pierre Hutinet qui amène sa fougue et son dynamisme à ce personnage.

Valérie Da Mota joue Nathalie sa fille avec conviction (et de belles notes de violon). Quant à Louise Doutreligne, elle campe avec aplomb et drôlerie Madame le Maire avec un discours compilant un petit florilège de la parole politique actuelle parfois absconse.

La chanteuse (Ruth M’Balanda à la voix magnifique) et les trois musiciens (Carel Cléril, Emilien Gillan et Jean-Baptiste Paliès) participent à l’ensemble avec un accompagnement musical des plus convaincants et s’illustrent aussi comme comédiens pour une lecture vivante "version pupitre" dont Jean-Luc Paliès est le spécialiste. Son audacieuse mise en scène mêle tout ce petit monde et fait habilement passer d’une forme à une autre de telle façon qu’on ne s’ennuie pas.

Au final, "C’est la faute à Le Corbusier" est un fraternel moment foisonnant confrontant les idées et croisant les points de vue qui propose de façon festive de repenser notre rapport aux autres dans un environnement urbain qui est le résultat des utopies passées.

L’ambiance chaleureuse qui émane de ce groupe intergénérationnel préfigure peut-être ce que pourrait être l’espace partagé par tous. Et c’est le personnage de Sarah, d’origine nigériane, étudiante en école d’architecture qui donnera une note d’espoir à la fin avec une nouvelle vision de l’intérieur, convaincue d’un projet pour l’avenir qu’elle défendra avec une "douce fermeté".

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=