Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eva Peron
Théâtre du Marais  (Paris)  avril 2013

Comédie de Copi, mise en scène de Martin Vielajus et Mélina Vernant, avec Audrey Lamarque, Guillaume Toucas, Perrine Demartes et Alexandra Robin.

Attention ! Ici, on ne va pas communier au mythe d’Evita. On ne va pas chanter "Don’t cry for me, Argentina" et pleurer sur les malheurs de la "Sainte" femme du général Peron, celle qui est devenue un mythe à mi-chemin de Marilyn Monroe et de Mère Teresa.

Copi, issu d’une famille en exil pour anti-péroniste, ne pouvait pas croire à la légende dorée de celle qui était "adulée" par le "petit peuple" de Bueno Aires. Quand il écrit son "Eva Peron", en 1969, Juan Peron est loin de l’Argentine. Mais la rumeur de son retour s’amplifie. C’est donc à la destruction systématique de l’icône morte d’un cancer en 1952 que va procéder Copi.

Dans une précédente version, montée à Chaillot avec Marilu Marini dans le rôle-titre, Alfredo Arias tirait la pièce de Copi vers la tragi-comédie et n’allait pas jusqu’à la farce, trop concerné sans doute par le sujet. Martin Vielajus et Mélina Vernant, eux, n’ont pas cette réticence et poussent à fond "Eva Peron" vers le comique et la caricature.

Ordurière, nymphomane, avide et sans scrupule, Eva Peron, dans son intimité, est un personnage odieux, un tyran domestique bien pire que son général de mari. Celui-ci, fantoche falot, n’a même pas l’honneur de la scène. Il est off, comme dans son existence de pantin de l’oligarchie.

La petite scène du Théâtre du Marais, encombré de valises et de gerbes de fleurs envoyées par ses admirateurs qui croient leur idole déjà morte, est parfaite dans sa proximité pour montrer cet intérieur confiné, surchauffé de haine et de bêtise, dans lequel le mythe, premier mythe politique fabriqué par les techniques de communication naissantes, paraît déjà mangé aux mites…

Sur une des malles qui fait office d’écran télé, des images de l’époque de l’agonie et de l’enterrement d’Eva défilent. Belle astuce qui permettra au public pas forcément fin connaisseur de l’histoire compliquée des juntes militaires argentines de comprendre combien la figure d’Evita déplaçait les foules et était un enjeu politique majeur.

En Eva Peron, Perrine Demartres est très convaincante. Le trio qui l’accompagne dans sa feinte agonie est au diapason. Guillaume Toucas, Audrey Lamarque et Alexandra Robin sont emportés dans le délire paranoïaque de cette "sainte salope".

Chacun s’amuse visiblement dans ses habits de conseiller âme damnée, de mère vorace sans amour et d’infirmière esclave vampirisée par la blondeur d’Evita. Comme dans tout bon conte, tout finira par un compte en Suisse et une substitution d’identité presque hitchcockienne.

Bref, on s’amuse de bout en bout dans cette adaptation qui montre une fois encore que Copi était un vrai auteur de théâtre. Raison de plus d’aller absolument partager ce moment où, là c’est sûr, on ne va pas pleurer pour Evita…

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 février 2021 : et le chiffre du jour est 21

21 février pour cette édition et 21ème Mare Aux Grenouilles, déjà, à voir en replay dès maintenant. Pour le reste voici le beau programme de la semaine avec une sélection tous azimuts malgré le sale temps pour la culture.

Du côté de la musique :

"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah
et toujours :
"Qui naît dort plus" de Armande Ferry-Wilczek
"La beauté du jour" de Ben Lupus
"For the first time" de Black Country, New Road
"Spare ribs" de Sleaford Mods
"Vertigo days" de The Notwist
"Lumen" de Dalva
"Michel de la Barre : Suites et sonates" de Ensemble Tic Toc Choc
"Muses" de Karen Lano
"Road of the lonely ones" le Mix #12, saison 2 de Listen In Bed
Interview de Med dont nous vous présenterons le disque très bientôt
"Blue" de Rosie Balland
RosaWay et Belfour dans un petit ni vus ni connus pour parler de leurs clips

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Un grand cri d'amour" de Josiane Balasko
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Dix ans de mariage" d'Alil Vardar
"Longwy-Texas" de Carole Thibaut
"J'ai des doutes" de François Morel
et de l'opéra revisité "La Dame Blanche" de François-Adrien Boieldieu
"La Flûte Enchantée" de Mozart
ou pas "Le Barbier de Séville" de Rossini

Expositions :

en virtuel :
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
“Calder Stories” au Centro Botín à Santander
"Le Voyage à l?époque d?Edo (1603-1868)" au Musée Cernuschi
"Ulla von Brandenburg - "Le milieu est bleu" au Palais de Tokyo
"L'Age d'or de la peinture danoise" au Petit Palais
"Claude Viallat - Sutures et Vari" à la Galerie Templon
"Sabine Weiss - Sous le soleil de la vie" à la Galerie Les Douches

Cinéma :

at home :
"L'Ombre des femmes" de Philippe Garrel
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Seule" de Mélanie Charbonneau
"Crème de menthe" de Philippe David Gagné et Jean-Marc E. Roy
"Pool" de Francis Magnin

Lecture avec :

"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano
et toujours :
"Yahya Hassan" de Yahya Hassan
"Cela aussi sera réinventé" de Christophe Carpentier
"De l'autre côté des croisades" de Gabriel Martinez-Gros
"L'instruction" de Antoine Brea
"La pierre du remords" de Arnaldur Indridason
"La sountenance" de de Anne Urbain
"Le premier homme du monde" de Raphaël Alix

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=