Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The land of hope
Sion Sono  (avril 2013) 

Réalisé par Sion Sono. Grande bretagne/Japon/Taiwan. Drame. 2h13. (Sortie 24 avril 2013). Avec Isao Natsuyagi, Naoko Ohtani et Jun Murukami.

L’année dernière, dans Froggy's Delight, on avait vanté "Guilty of Romance", le précédent film de Sono Sion.

Cette descente dans l’enfer du sexe sordide d’une femme lettrée avait confirmé la force du cinéma de l’auteur de "Suicide Club". Formaliste extrême, adepte d’un cinéma hyper maniéré, Sono Sion ne laisse jamais indifférent.

Quand on a appris qu’il s’emparait "à chaud" de la catastrophe nucléaire de Fukushima, on s’est forcément douté qu’il allait chercher à s’enfoncer là où ça fait mal.

La première surprise de "The land of hope" est qu’il prend la forme d’un film presque sage. On a même, pendant très longtemps, l’impression d’être dans un téléfilm catastrophe comme on en a vu bien d’autres.

Prenant comme héros principal un couple de vieux Japonais qui ne souhaitent pas partir de leur zone contaminée, le film semble prendre Fukushima par le petit bout de la lorgnette. On est parfois un peu gêné par l’idée, à la limite de l’absurde, de suivre la vie et la survie de personnages qui sont juste de l’autre côté de la zone dite contaminée, une zone dont ils ne sont séparés que par une "zone de démarcation" délimitée par un cordon jaune.

Sono Sion se moque des autorités nipponnes qui, comme naguère d’autres autorités, pensent que le nuage radioactif s’est arrêté net et n’a pas contaminé le potager de la famille Ono. Mais, peu à peu, le ton Sono Sion reprend ses droits et l’on suit tous les parcours contradictoires des Japonais pris dans le maelström du malheur.

Il y a ceux qui fuient éperdument et qui interrogent un compte Geiger intraitable, leur prouvant que cette fuite est inutile. Il y a ceux, comme ce couple de jeunes gens branchés, qui reviennent se jeter avec appétit dans la gueule du loup, retrouvant de la vie et l’espoir d’un autre vie dans ce no man’s land désormais sans vie. Il y a ceux qui restent, à l’instar du vieux couple dont la femme est atteinte d’un Alzheimer qui semble avoir pris un nouveau tour avec la contamination nucléaire…

Sono Sion a bâti une œuvre forte, angoissante, glaçante, à l’aune d’un désastre dont les humains, dans leur grande majorité, n’ont pas encore pris la mesure. L’apocalypse qu’il pressent ne prend pas une forme millénariste. On n’aura pas le droit à un grand soir de la peur et de la mort, mais à de petits faits, de petits moments prouvant que tout vient de changer.

Ce qui se dessine est sans doute horrible, mais ce qui l’est davantage c’est que presque personne ne croit vivre le temps d’après la catastrophe. Ce déni quasi-général est d’une violence inouïe.

Sono Sion ne crie pas. C’est paisiblement qu’il montre comment, en s’appuyant sur des mensonges d’État que les habitants acceptent ou feignent d’accepter, le Japon post-Fukushima est en train d’émerger, un Japon où la peste nucléaire peut se répandre tranquillement.

"The land of hope" de Sono Sion est un grand témoignage, qu’on aimerait prendre comme une pure fiction et pas comme l’annonce de ce qui va advenir ici et ailleurs…

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=