Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un Privé à Babylone
Théâtre de Belleville  (Paris)  avril 2013

Comédie d'après le roman éponyme de Richard Brautignan, mis en scène par Hervé Falloux, avec Aurélien Balion, Verena Gros, Kevin Poli, Jean-Baptiste Quiot, Thomas Robein et Alexis Verdier.

Écrivain tardif de la "Beat Generation", Richard Brautigan a profondément marqué la littérature américaine des années 1970 et 1980 en réussissant à faire triompher un style libre, décontracté, pouvant se permettre toutes les audaces formelles sous un apparent retour à une narration traditionnelle.

Dans "Un Privé à Babylone", il paraît se soumettre au classicisme du genre policier, du côté de Hammett ou de Chandler, mais crée, en fait, un univers onirique totalement personnel. <

Certes, son détective Card navigue dans les eaux de la convention du polar hollywoodien, avec whisky, cigarettes et petites pépées. Mais ce raté routinier possède une riche vie intérieure parallèle, où les ziggourats et le roi Nabuchodonosor remplacent son quotidien sordide.

Dans ces conditions, on comprend la gageure que constituait une adaptation scénique d'"Un Privé à Babylone". Hervé Falloux et Jean-Baptiste Quiot ont eu la bonne idée de vouloir s'y coller en cherchant des solutions simples pour que le spectateur comprenne qu'il n'était pas dans une simple parodie théâtrale de film policier des années 40 avec Bogie en trench-coat.

Tout passe ici par le jeu de Jean-Baptiste Quiot qui a tout l'attirail vestimentaire et moral du privé miteux, mais sait, de temps à autre, s'évader dans l'ailleurs babylonien. Pour l'aider à partir dans son paradis cérébral artificiel, le metteur en scène, Hervé Falloux, fait chanter aux membres de la petite troupe de courts passages de chansons incongrues dans ce décor de morgue et de cimetière, comme "Don't worry, be happy".

On pourra peut-être reprocher à l'ensemble de faire la part plus belle au "côté Privé" plutôt qu'au "côté Babylone". Mais ce déséquilibre est un parti-pris assumé, un refus d'une alternance un peu mécanique où l'on passerait en permanence d'un univers à l'autre. Babylone reste en filigrane comme un jardin suspendu, car c'est un rêve qui ne doit pas se matérialiser.

Le résultat est donc plaisant et doit beaucoup à l'interprétation de Jean-Baptiste Quiot bien secondé par ses camarades, et notamment par la blonde-brune Venera Gros au délicieux phrasé germanique.

On prendra plaisir à entendre de larges extraits du texte de Brautigan, dont Falloux et Quiot ont gardé in extenso certains monologues. Autant qu'une adaptation théâtrale, on peut dire que c'est un exercice d'admiration, d'une fidélité sans raideur au texte de Brautigan. Peut-être leur faudra-t-il "finir le travail" et couper çà et là, pour que leur privé navigue avec encore plus de facilité dans les eaux brautiganiennes de l'humour et de la poésie.

On assistait ici aux premiers pas de ce Privé peu commun avant qu'il poursuivre son enquête estivale à Avignon. On attend avec impatience de le revoir dans quelques mois, quand il aura pris son rythme final, quand il aura acquis de la bouteille, de bourbon comme il se doit.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=