Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce En crachant du haut des buildings
Dan Fante  (Editions 13E Note)  mai 2013

Rien de nouveau sous le soleil noir de l'anti-héros bukowskien Bruno Fante, avec "En crachant du haut des buildings", nouvel épisode des aventures du double autofictionnel de Dan Fante.

La trentaine passée, il quitte sa Californie natale pour goûter à la liberté et à l'anonymat d'une mégapole. Mais comme le dit Dan Fante "New York is the best place in the world to be lost and stay lost".

New York n'est pas une ardoise magique qui efface tout pour recommencer une nouvelle vie. Et Bruno Fante y traîne ses "valises".

Celles d'un alcoolique patenté persuadé de sa vocation littéraire, une vocation qui tarde à éclore sous l'ombre tutélaire du père, l'écrivain John Fante, à laquelle s'ajoutent le défaut d'inspiration et une certaine lucidité quant à la médiocrité du résultat de ses rares tentatives, et d'un homme happé par la spirale de l'autrodestruction.

Une spirale inféodée à l'alcool qui lui a servi de médicament contre une maladie profonde de l'âme, mais qui a pris l'ascendant et lui grignote les neurones.

"Tant que j'étais seulement bourré, j'arrivais à garder la tête hors de l'eau, mais je trouvais toujours des raisons de me défoncer davantage. Et de perdre les pédales pour tout oublier".

Mais oublier quoi ? Le passé sans doute au sein d'une famille inféodée à un pater familias névropathe, colérique et alcoolique (cf. "Dommages collatéraux"). Egalement le dégoût de lui-même qui l'entraîne sur la voie de la dépression, de la bestialité ("mon désir insatiable de sexe et de dépravation") et nourrit des pulsions suicidaires.

Même s'il manifeste une volonté "pieuse" d'en sortir, il est toujours rattrapé par ses pulsions qui lui inspirent une stratégie d'échec à double détente.

D'une part, en sabotant toute entreprise thérapeutique par crainte anticipative de ce que pourrait être la vie et la réalité de son éventuel talent d'écrivain ("Pour me donner le courage d'assister à toutes les séances sans devenir raide dingue pour autant, je m'étais remis à picoler à plein temps...").

Et d'autre part, en se sabordant lui-même. Sans fortune, il doit bien se résoudre à travailler. Mais pas en continu, car il ne mange pas de ce pain-là, mais des petits boulots, ces "bad jobs" d'interim forcément ni motivants ni valorisants, délibérément choisis pour ne pas s'impliquer dans le schéma laborieux du "boulot régulier" dans un état d'esprit identique à celui décrit dans "Travaux forcés" par son contemporain et homologue Mark Safranko.

Juste le temps d'amasser un petit pécule qui lui permettra de s'adonner à ce qu'il qualifie de goût pour la liberté et qui s'avère surtout fainéantise (contrairement à ce qui pourrait paraître ce n'est ni un asocial ni un cynique qui s'astreint aux petits boulots purement alimentaires pour survivre ou pour faire la nique à la société), propension à l'oisiveté - boire, lire, fumer, en attendant le "fiat lux" littéraire - et refus de toute autorité et qui se traduit par une énième descente en enfers.

Et même quand il trouve un emploi pas trop fatigant, son mauvais génie éthylique le pousse à ne pas respecter les quelques consignes imposées ce qui conduit inévitablement à être viré.

Mais Bruno-Dan Fante sait bien nous embobiner avec son air de petit garçon perdu.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Dommages collatéraux, L'héritage de John Fante" du même auteur
La chronique de "La tête hors de l'eau" du même auteur


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 octobre 2022 : La culture bien au chaud

C'est l'automne, on reste au coin du feu et on écoute de la musique, on lit des bouquins et on se connecte à la TV de Froggy's Delight pour le concert de Colin Chloé vendredi 7 octobre ! Pour les sorties culturelles, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Ti'bal tribal" de André Minvielle
Rencontre avec Bukowski autour de leur album du même nom, "Bukowski"
"Time is color" de Cédric Hanriot
"Stravinsky, Ravel, Prokofiev : Ballets" de Jean-Baptiste Fonlupt
"Ozark" le retour de Listen In Bed pour la saison 4 en direct (ou presque) de Malte
"Viva la vengeance" de Panic! At The Disco
"Symphonie Fantastique, Hector Berlioz" de Quatuor Aeolina
quelques petites news de Shaggy Dogs, KissDoomFate, Trigger King et Mind Affect
"Emerson enigma" de Thierry Eliez
et toujours :
"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Enfants" au Théâtre de l'Atelier
"Pères & fils" au Théâtre des Abbesses
"Le comble de la vanité" à la Pépinière Théâtre
"Boulevard Davout" au Théâtre de la Colline
"Et pourquoi moi je devrai parler comme toi" au Théâtre de la Colline
"Black Legends, le musical" à Bobino
"Gazon maudit" au Théâtre Les Enfants du Paradis
"Jean-Paul Farré - Dessine-moi un piano" au Studio Hébertot
les reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre de la Tour Eiffel
"Le Montespan" au Théâtre du Gymnase
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
"Racine par la racine" au Théâtre Essaion
"Los Guardiola - La Comédie du Tango" au Théâtre Essaion
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génie" au Studio Hébertot
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Grand Point Virgule
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre de l'Oeuvre
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Face au soleil" au Musée Marmottan Monet
"Yves Klein, l'infini du bleu" aux Carrières des Lumières aux Baux-de-Provence
les autres expositions de la rentrée :
"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle :
"Les Mystères de Barcelone" de Luis Danès
en streaming gratuit :
"A ma soeur" de Catherine Breillat
"Barbara" de Christian Petzold
"So long my son" de Wang Xiaoshuai
"Borga" de York-Fabian Raabe
"Love trilogy" de Yaron Shani
et le cinéma de Claire Denis en 3 films

Lecture avec :

"L'inconnue de Vienne" de Robert Goddard
"Mordew" de Alex Pheby
"Napalm et son coeur" de Pol Guasch
"Un bon indien est un indien mort" de Stephen Graham Jones
et toujours :
"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=