Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rock the casbah
Yariv Horowitz  mai 2013

Réalisé par Yariv Horowitz. France/Israël. Drame. 1h28. (Sortie 8 mai 2013). Avec Yon Tumarkin, Roy Nik, Henry David, Lavi Zytner et Yotam Ishay.

Si l'on s'en tient au scénario, de jeunes militaires sont transportés dans une zone de guerre, la fleur au fusil Uzi, et découvrent la réalité du terrain, l'hostilité qu'ils suscitent, l'ambivalence de leurs chefs et s'interrogent sur leur utilité.

Les plus va-t-en guerre finissent par se lasser alors que les indifférents sont amenés à commettre l'irréparable... car la guerre n'est pas jolie-jolie et révèle la vérité des êtres, tout ça sur fond de musique rock des Clash, période "Rock the Casbah"

On a écrit "Uzi" pour donner un indice grossier... Eh oui, on est à Gaza, en 1989 et la "guerre", c'est l'intervention israélienne contre l'Intifada alors qu'il n'y a pas encore de gouvernement «"autonome" et pas encore de Hamas à sa tête.

Donc, "Rock the Casbah" de Yariv Horowitz ne va pas être un film de guerre comme les autres. Les soldats Tomer et Aki ne seront pas regardés comme leurs collègues Ryan ou Chaudard. Héros pour les uns, salauds pour les autres, ils ne peuvent pas bouger un petit doigt sans être l'objet d'un contrôle idéologique par ces uns ou par ces autres.

Eh bien, pour une fois, on revendiquera une lecture "apolitique" des "aventures" de cette petite escouade de militaires israéliens perchés sur un toit de Gaza, chargés de débusquer celui qui a lancé de cet endroit un appareil électro-ménager qui a cassé la tête d'un de leurs camarades.

Certes, Yariv Horowitz n'est pas exempt d'ambiguïtés en montrant les agissements des militaires auprès des civils ni dans la description de ceux-ci. Mais, comme dans tout film de guerre, le terrain est miné et l'on pourra trouver soit qu'il en montre trop, soit qu'il n'en filme pas assez.

Mais faisait-on ce reproche à Coppola dans "Apocalypse Now" ?

Même si le film va susciter des polémiques, on mettra à son crédit de dire que cet épisode parmi d'autres dans le long conflit qui oppose Israël aux voisins qui sont sous sa domination ne résout rien et même fait empirer les choses.

Ici, chacun a ses raisons et c'est donc éluder toute solution définitive de préférer que ce soit la raison du plus fort qui l'emporte.

Dans "Rock The Casbah", Yariv Horowitz charrie beaucoup de matière, utilise vraisemblablement ses souvenirs personnels de militaire pour décrire au plus près ce qu'est l'armée israélienne. On découvre les contradictions de ces citoyens, à quelques heures de route de leurs domiciles, qui endossent en deux temps trois mouvements leurs treillis militaires comme des acteurs qui vont rentrer sur scène. On sent l'irréalité qui transparaît de cette situation. Il faut que le sang coule pour que ces jeunes gens commencent à croire qu'ils ne sont pas en train de jouer et qu'ils sont sur un vrai théâtre de guerre.

"Rock The Casbah" est un film efficace, un vrai film de guerre. À l'instar d'un Samuel Fuller, Yariv Horowitz ne fait pas l'apologie de la violence guerrière. Il la montre sous toutes ses formes, a même le courage d'évoquer les pratiques du Shin Bet, le service de sécurité israélien à qui Tomer va "livrer" un Palestinien.

C'est grâce à des films de ce genre, que l'idée de guerre finit par perdre du terrain. Car montrer la guerre sans expressément choisir son camp, c'est en sous-entendre l'inutilité, la nocivité.

Dans le contexte actuel, si désespérant pour la Paix, ce n'est déjà pas si mal.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=