Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rock the casbah
Yariv Horowitz  mai 2013

Réalisé par Yariv Horowitz. France/Israël. Drame. 1h28. (Sortie 8 mai 2013). Avec Yon Tumarkin, Roy Nik, Henry David, Lavi Zytner et Yotam Ishay.

Si l'on s'en tient au scénario, de jeunes militaires sont transportés dans une zone de guerre, la fleur au fusil Uzi, et découvrent la réalité du terrain, l'hostilité qu'ils suscitent, l'ambivalence de leurs chefs et s'interrogent sur leur utilité.

Les plus va-t-en guerre finissent par se lasser alors que les indifférents sont amenés à commettre l'irréparable... car la guerre n'est pas jolie-jolie et révèle la vérité des êtres, tout ça sur fond de musique rock des Clash, période "Rock the Casbah"

On a écrit "Uzi" pour donner un indice grossier... Eh oui, on est à Gaza, en 1989 et la "guerre", c'est l'intervention israélienne contre l'Intifada alors qu'il n'y a pas encore de gouvernement «"autonome" et pas encore de Hamas à sa tête.

Donc, "Rock the Casbah" de Yariv Horowitz ne va pas être un film de guerre comme les autres. Les soldats Tomer et Aki ne seront pas regardés comme leurs collègues Ryan ou Chaudard. Héros pour les uns, salauds pour les autres, ils ne peuvent pas bouger un petit doigt sans être l'objet d'un contrôle idéologique par ces uns ou par ces autres.

Eh bien, pour une fois, on revendiquera une lecture "apolitique" des "aventures" de cette petite escouade de militaires israéliens perchés sur un toit de Gaza, chargés de débusquer celui qui a lancé de cet endroit un appareil électro-ménager qui a cassé la tête d'un de leurs camarades.

Certes, Yariv Horowitz n'est pas exempt d'ambiguïtés en montrant les agissements des militaires auprès des civils ni dans la description de ceux-ci. Mais, comme dans tout film de guerre, le terrain est miné et l'on pourra trouver soit qu'il en montre trop, soit qu'il n'en filme pas assez.

Mais faisait-on ce reproche à Coppola dans "Apocalypse Now" ?

Même si le film va susciter des polémiques, on mettra à son crédit de dire que cet épisode parmi d'autres dans le long conflit qui oppose Israël aux voisins qui sont sous sa domination ne résout rien et même fait empirer les choses.

Ici, chacun a ses raisons et c'est donc éluder toute solution définitive de préférer que ce soit la raison du plus fort qui l'emporte.

Dans "Rock The Casbah", Yariv Horowitz charrie beaucoup de matière, utilise vraisemblablement ses souvenirs personnels de militaire pour décrire au plus près ce qu'est l'armée israélienne. On découvre les contradictions de ces citoyens, à quelques heures de route de leurs domiciles, qui endossent en deux temps trois mouvements leurs treillis militaires comme des acteurs qui vont rentrer sur scène. On sent l'irréalité qui transparaît de cette situation. Il faut que le sang coule pour que ces jeunes gens commencent à croire qu'ils ne sont pas en train de jouer et qu'ils sont sur un vrai théâtre de guerre.

"Rock The Casbah" est un film efficace, un vrai film de guerre. À l'instar d'un Samuel Fuller, Yariv Horowitz ne fait pas l'apologie de la violence guerrière. Il la montre sous toutes ses formes, a même le courage d'évoquer les pratiques du Shin Bet, le service de sécurité israélien à qui Tomer va "livrer" un Palestinien.

C'est grâce à des films de ce genre, que l'idée de guerre finit par perdre du terrain. Car montrer la guerre sans expressément choisir son camp, c'est en sous-entendre l'inutilité, la nocivité.

Dans le contexte actuel, si désespérant pour la Paix, ce n'est déjà pas si mal.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=