Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mendelson - Fauve
Le Grand Mix  (Tourcoing)  samedi 11 mai 2013

Alors oui, l'affiche ce soir là était quelque peu particulière.

Mais si vous voulez bien, laissons pour le moment ces histoires et évoquons d'abord le seul souvenir que l'on veut garder : ce soir là, on a vu Mendelson en concert.

Groupe rare tant sur scène qu'en qualité, c'est leur deuxième concert depuis 2009. "Autant dire que c'est exceptionnel" comme l'introduit Pascal Bouaziz, chanteur, guitariste, homme des mots du groupe.

Et animateur de la soirée qui ne croit pas si bien dire. L'opportunité de cette venue, c'est la sortie de leur dernier album, éponyme et triple, à la force pour ainsi dire indicible (voir la chronique parlante de Cédric Chort en ces pages).

Dans la vie sur ses albums, Mendelson, c'est surtout une voix en avant. Douce dans sa texture, dure dans ses mots, sans cruauté que celle du quotidien, un quotidien de l'usure, du désenchanté, où le bonheur et l'innocence ne sont qu'a posteriori, passés, dépassés sans que l'on sache. Où parfois la bonté émeut au point qu'on veuille la détruire. C'est une relation intime parce que pas fière et touchante.

Dans la vie sur la scène, on retrouve ça. Et c'est différent bien sûr. Mais à tel point, c'est une joie. Déjà la voix est là, mais l'homme est là. Qui présente poliment, amuse éloignement, "Est-ce que vous êtes froids ?… Tant mieux".

Seul, debout, entouré de quatre musiciens assis en arc de cercle, il occupe l'espace en voix sans effets. Il suffit des premiers mots du premier titre (premier du triple également) : "La force quotidienne du mal…" et boum, coup de poing sourd, on restera sonnés jusqu'à la fin.

Mais c'est aussi l'homme qui à la fin des titres tripote un peu des pédales qu'il semble découvrir, un petit carnet pense-bête à la main, aux croquis illisibles. Tellement accessible à la fin du concert, désarmant de gentillesse. Intelligence des émotions.

Autre étonnement fantastique : ici la musique prend presque le dessus. On la savait riche, elle devient impressionnante de l'ordre de l'empreinte, une pression. Sur certains titres, deux batteries à chaque extrémité de la scène, c'est d'une force copieuse, appuyée, et les guitares électriques en apothéose. C'est le "bruit", la perturbation autour des mots qui prend corps, et ça bouscule, c'est ça le mieux encore que ce que l'on espérait ; et Dieu, qu'est-ce qu'on espérait !

Encore ? A part le traumatisme de tout ça réunit, que dire ? Qu'il y a des projections vidéos en fond de scène ? Des barbelés en rouages ensanglantés, des boucles sur voie sans issue, des courants d'eau – qui illustrent Ville Nouvelle dans cette version toujours aride mais plus urgente –.

Que Mendelson ne vit pas que dans nos cerveaux et nos tripes, ils sont sur scène excellemment, et le 23 mai au Cabaret Sauvage pour Villette Sonique. Qu'attendez-vous ?

Mais il faut recontextualiser un peu, pour que le récit soit complet.

Deux groupes partageaient l'affiche en vérité : pas de première ni de seconde partie, dit-on, toujours est-il que Mendelson jouait avant Fauve. Collectif de jeunes gens aux pratiques professionnelles un peu cloisonnantes, un peu chiqué, un peu "produit". Certes, le public présent est très majoritairement là pour eux (moyenne d'âge à peine pubère faisant foi). Certes, c'est le "phénomène" du moment, et il est sans doute bon qu'il en existe, mais quel étrange enchaînement.

Pour être honnête : deux petits bouts de titres et pas plus auront suffi : le premier concert veut subsister un peu dans nos oreilles, et ce jeune homme qui mitraille sa prose en arpentant la scène, intranquille, dispersé, peu compréhensible, la musique peu variée, peu riche, pardon mais pas ce soir. Evacuez le trop plein, grandissez, il y a de quoi laisser mûrir, sans doute, l'intention est louable, mais le contraste est trop brusque, trop maladroit.

On préfère remercier le bar du Grand Mix, sponsor officiel de nos calamités groupiesques, et dire encore à Mr Bouaziz, que c'est bien ce qu'il fait, putain.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Seul au sommet de Mendelson
La chronique de l'album eponyme de Mendelson
La chronique de l'album Sciences politiques de Mendelson
La chronique de l'album Ville Nouvelle / Nouvelle ville de Pascal Bouaziz / Michel Cloup / Patrice Cartier
La chronique de l'album Haïkus de Pascal Bouaziz
La chronique de l'album A la ligne de Michel Cloup, Pascal Bouaziz & Julien Rufié
Fauve en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Fauve en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Samedi
Fauve en concert au Festival Rock en Seine 2013 (samedi 24 août 2013)
Fauve en concert au Festival Les Indisciplinées #8 (édition 2013) - 7 & 8 novembre
Fauve en concert au Festival Art Rock 2014 - 6, 7 et 8 juin
Fauve en concert au Festival Beauregard #6 (édition 2014)
Fauve en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - samedi
Fauve en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2014 - Jeudi
Fauve en concert au Festival Les Francos Gourmandes #4 (édition 2015) - Vendredi 12 juin
Fauve en concert au Festival Rock en Seine 2015 - vendredi 28 août

En savoir plus :
Le site officiel de Mendelson
Le Facebook de Pascal Bouaziz
Le site officiel de Fauve
Le Bandcamp de Fauve
Le Facebook de Fauve

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Marion Gleizes         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=